Les dernières chroniques

04/12/2015

13 à table (2014 et 2015) ~ COLLECTIF

Titre : 13 à table !
Auteurs : Marc LEVY, Eric-Emmanuel SCHMITT, Françoise BOURDIN, Guillaume MUSSO, Maxime CHATTAM, Alexandra LAPIERRE, Agnès LEDIG, Pierre LEMAITRE, Frank THILLIEZ, Jean-Marie PERIER, Gilles LEGARDINIER, Bernard WERBER, et Tatiana de ROSNAY.
Pocket — 2014
274 pages — 5€


Résumé 
13 des plus grands auteurs français pour 13 nouvelles autour d’un thème commun : un repas. Intrigues policières, réunions de famille qui dérapent, retrouvailles inattendues… Du noir, de la tendresse, de l’humour, de l’absurde, à chacun sa recette. 13 repas à déguster sans modération, alors à table ! 1 livre acheté = 3 repas distribués au profit des Restos du Coeur 



Mon avis 
J'ai bien aimé ce recueil de nouvelles, ça se lit vite, c'est intéressant... Je cherchais depuis longtemps à découvrir certains des auteurs qui y ont participé, ainsi, me voici satisfaite. Ce recueil est truffé de belles surprises et je vais tenter de rester la plus simple possible afin de vous persuader de le découvrir tout en vous donnant mon avis. 

Olympe et Tatan (Françoise Bourdin) : un repas de famille des plus mordants, j'aime énormément le caractère d'Olympe et de Tatan, elles se complètent et elles sont amusantes. Les répliques sont bien trouvées, le style est fluide et agréable à lire, j'ai passé un bon moment, Olympe restera parmi les inoubliables personnages que j'ai pu apprécier. 

Maligne (Maxime Chattam) : après Léviatemps, je continue d'être enthousiasmée par cet auteur. C'est une nouvelle absolument noire et glauque, la chute est terrifiante, l'ambiance est angoissante et l'auteur parvient à nous tenir en haleine avec facilité. C'est très bien écrit et c'est une nouvelle surprenante comptant parmi mes favorites de ce recueil. Je me suis sentie aussi dépassée que ce pauvre docteur Kurger. 

Nulle, nullissime en cuisine ! (Alexandra Lapierre) : une petite nouvelle sympathique sans être très captivante, elle a le mérite de détendre l'atmosphère après Maligne. C'est adorable et très drôle, surtout drôle, le personnage principal m'aura beaucoup amusée et j'ai adoré la tournure que prenaient les événements. 

Un petit morceau de pain (Agnès Ledig) : une nouvelle très touchante, tout en douceur et au message si joli. Ce petit garçon nous raconte comment un simple morceau de pain aura bouleversé sa vie et apporter autant de bonheur. Je me suis sentie très proche du narrateur, j'ai totalement adhéré à la plume et à la philosophie contée, un vrai régal. 

Mange le dessert d'abord (Gilles Legardinier) : une de mes nouvelles préférées. Ce n'est pas d'ailleurs pas une nouvelle, mes des confidences. L'auteur nous livre une très belle lettre en nous narrant deux anecdotes autour du repas et c'est si beau et si humain. J'ai adoré cette nouvelle du début à la fin, touchante et sensible, mais tellement forte et au final bien pensé. C'est le coup de cœur du recueil. 

Une initiative (Pierre Lemaitre) : une nouvelle agréable et amusante, elle m'a souvent fait sourire en raison de son personnage principal, Monsieur Tessier. Pour réunir sa famille, ce vieil homme encore vif va se rendre presque malade afin de préparer le repas. Nous le suivons dans sa course et son épuisement en lui souhaitant de réussir dans son entreprise. 

Dissemblance (Marc Lévy) : une nouvelle très enrichissante, très philosophique. Elle m'a captivée, même si je ne parviens pas à trouver le lien avec le repas. En revanche, ce dialogue a le mérite de faire réfléchir et d'apaiser les esprits, je la conseille. 

 Fantôme (Guillaume Musso) : une autre nouvelle que j'ai adoré du début à la fin. Je suis absolument fan de l'enchaînement des faits, la fin est horrible, j'avais un mauvais pressentiment et c'est abominable. La nouvelle policière est bien écrite, elle mêle un subtil parfum de fantastique avec ce fantôme, un soupçon de thriller, c'est bien dosé et maîtrisé, rien à redire. 

Jules et Jim (Jean-Marie Périer) : une nouvelle agréable dont la chute est aussi inattendue que terrible. Elle ne figure pas parmi mes favorites, mais c'est une histoire d'amitié sincère et forte pour ces temps de fêtes, j'ai apprécié ces retrouvailles. 

Le Parfait (Tatiana De Rosnay) : une nouvelle très drôle, festive et mordante avec un très beau message à la fin. Une mère aide à l'organisation du mariage de sa fille, se retrouve en conflit avec sa belle-mère, se surmène pour être parfaite ce jour-là... C'est une belle réflexion autour du mot « parfait », j'ai adoré du début à la fin. 

La Part de Reine (Eric-Emmanuel Schmitt) : magnifique, à l'image de celle de Gilles Legardinier, nous avons ici une nouvelle forte en émotion, philosophique et si belle en dépit de son caractère dur et de sa fin si triste. J'ai adoré Reine, cette chienne si intelligente et dévouée à Clovis, un SDF très sympathique, le narrateur est formidable et touchant, bref, un vrai régal. 

Gabrielle (Franck Thilliez) : une bien jolie promenade dans un futur où les animaux disparaissent. Si je dis jolie, c'est parce que le personnage de Gabrielle est fantastique et que le narrateur retranscrit à merveille ce cadre idyllique où les ours tentent tant bien que mal de trouver leur repas. La fin est glaçante et forte, je m'y attendais un peu et pourtant, cela n'enlève rien à la dureté des faits. 

Langouste blues (Bernard Werber) : voici la dernière nouvelle, une de mes préférées également... Un véritable fou rire en lisant, elle mérite le détour, c'est frais et drôle, bien pensé et intelligent, et la référence est tellement tordante. J'ai apprécié ce voyage en compagnie des langoustes, c'est très bien écrit, on se plonge véritablement dans les pensées de Bob, la langouste, c'est merveilleux ! 

En conclusion, ces pages se lisent vite, car le style de chaque auteur est doté d'une grande fluidité permettant de s'imaginer les lieux, les situations, les personnages, les émotions... Je retiendrais Langoustes blues, La Part de Reine, Fantôme et Mange le dessert d'abord, mais il est évident que chacune de ces nouvelles possède ses forces et son quota de sympathie. Je ressors pas déçue de ma lecture, mais totalement enthousiaste, c'est un beau projet et j'espère que d'autres idées de ce genre verront le jour !



Titre : 13 à table ! (2016)
Auteurs : Françoise BOURDIN, Michel BUSSI, Maxime CHATTAM, Stéphane DE GROODT, François d'EPENOUX, Karine GIEBEL, Douglas KENNEDY, Alexandra LAPIERRE, Agnès LEDIG, Nadine MONFILS, Romain PUERTOLAS, Bernard WERBER
Pocket — 2015
282 pages — 5€

Résumé :
Les plus grands auteurs de la littérature contemporaine ont pris cette année encore leur plus belle plume pour vous concocter un délicieux recueil de nouvelles autour d'un thème : frère et sœur. Ceux qui s'aiment, ceux qui se détestent... Souvenirs d'enfance, vie commune, haine larvée ou avouée, à chacun sa recette. Douze fratries à découvrir sans modération. 1 livre acheté = 4 repas distribués au profit des Restos du Coeur


Mon avis :
Après ma lecture très appréciée sur le premier volet de 13 à table, j'avais envie de renouveler l'expérience tout en apportant ma contribution à une bonne cause. Je suis très contente de cette lecture, un iota en deçà du précédent, mais tout en restant charmant et sympathique.

Je recommande ce petit recueil si comme moi, vous désirez rencontrer un auteur pour la première fois. Je ne suis pas très fan de la littérature contemporaine, tous ces auteurs sont connus de nom ou de très loin. Excepté Maxime Chattam et Karine Giebel, je n'ai jamais pu lire des romans de ces auteurs. Je suis heureuse néanmoins de retrouver Bernard Werber, parce que je suis de plus en plus tentée de lire ses ouvrages. Beaucoup de découvertes en somme et j'en suis ravie, il y a de bonnes nouvelles et d'autres que j'ai moins aimés. Le thème est bien choisi, la fratrie donne naissance à des idées diversifiées et parfois percutantes.

J'ai eu de bonnes surprises pour commencer. Françoise Bourdin ouvre le recueil avec Cent balles qui offre une vision intéressante de la famille, l'histoire et sa chute donnent à réfléchir sur ses priorités, sur le sens du mot famille. J'ai bien aimé cette affaire de frères unis en dépit de leurs différences. La seconde morte de Michel Bussi est plus singulière, avec cette affaire de nom similaire, j'ai été glacée par l'attitude de l'héroïne principale, par son côté manipulatrice qui rend la nouvelle surprenante. Tu peux tout me dire de Douglas Kennedy s'avéra amusante et idéale pour réfléchir, j'ai beaucoup aimé les questions soulevées par cette nouvelle. Le style d'écriture des trois auteurs est sympathique et fluide, j'ai beaucoup aimé les angles abordés et les personnages à qui ils ont donné vie. Autre belle découverte, Le premier rom sur la lune de Romain Puértolas, un texte très amusant et sympathique, qui fait réfléchir sans en avoir trop l'air. J'ai aimé le parti pris décalé qui rend le texte original dans son angle et qui se laisse lire grâce au style fluide et moderne.

Du côté des coups de coeur, Ceci est mon corps, ceci est mon pêché signé Maxime Chattam est clairement gagnante. Une vraie claque, un thriller façon nouvelle rondement mené, glaçant à souhait, percutant de plein fouet, fascinante dans sa psychologie. J'ai été scotchée. Karine Giebel m'a fait forte impression avec sa nouvelle poignante sur des faits — malheureusement — encore trop réels. J'ai adoré suivre Aleyna, touchante et splendide, brisée et bridée, la nouvelle fait choc. C'est très bien écrit et prenant à lire. Mon dernier gros coup de coeur revient à Bernard Werber avec Jumeaux, trop jumeaux. Le parti pris est surprenant et fantastique, le côté scientifique est super bien exploité. Il y a cette petite pointe d'humour, une grande partie de réflexion particulièrement prenante, je suis fascinée par l'idée et la manière dont l'auteur traite son sujet. J'ai beaucoup aimé les personnages, l'intrigue ainsi que le final.

Parmi mes légères déceptions, il y a Frères Coen de Stéphane De Groodt, dont je suis passée un peu à côté. Le côté décalé est pourtant sympa, mais j'ai eu une overdose de jeux de mots dont j'ai oublié le sens au bout d'un moment. La robe bleue de Nadine Monfils m'a également déçue, je n'ai pas tout saisi à cause du style d'écriture, trop compliqué, il y a un patois pas simple à appréhender. De plus, l'histoire m'a laissée de côté, je ne me suis pas attachée au personnage principal.

La main sur le coeur de François d'Epenoux ne m'a pas séduite en totalité, c'était sympathique, mais la fin, je ne l'ai pas saisie. Je trouve que la nouvelle instaure un cadre et des problématiques qu'elle ne résout pas, c'est dommage. Deux nouvelles qui ont manqué de me convaincre sans pour autant être décevantes, je parle d'Alexandra Lapierre avec Fils unique ainsi qu'Agnès Ledig, Karen et moi. J'ai bien aimé le style d'écriture, les personnages sont agréables à suivre, mais l'histoire est un peu en dent de scie.

En conclusion, un recueil qui reste surprenant et intéressant. Il me permet de retrouver des plumes et d'en découvrir des nouvelles, rien qu'avec ça, le recueil est gagnant. Les nouvelles sont courtes, ce qui rend la lecture agréable ; les différents styles permettent de se plonger dans des univers précis et variés. Les personnages sont plus ou moins attachants, les idées demeurent percutantes dans les angles abordés et ce thème a permis de récolter des textes de grande qualité. Bien sûr que des nouvelles m'auront plus touchée que d'autres, mais dans l'ensemble, je suis très, très heureuse de ma lecture. J'espère voir le prochain volet !

2 commentaires:

  1. J'ai celui de 2016 dans ma PAL mais je tarde sans arrêt ma lecture, il faudra que je trouve le courage de le lire :P Je ne suis pas ultra fan de recueils de base :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends, c'est vrai que la nouvelle est un format court. Personnellement, j'ai vu l'idée de découvrir des auteurs que je ne connaissais pas. De ce fait, le format ne m'a pas dérangé ^^

      Supprimer