Les dernières chroniques

07/01/2017

Le Roi des Fauves (WELLENSTEIN)



Titre : Le Roi des Fauves
Auteur : Aurélie WELLENSTEIN
Scrineo — 2015
248 pages


 
Résumé :
Poussés par une famine sans précédent, trois amis, Kaya, Ivar et Oswald, prennent le risque de braconner sur les terres de leur seigneur, mais son fils les surprend. Au terme d’une lutte acharnée, ils laissent le noble pour mort. Capturés et jugés pour tentative de meurtre, les trois amis sont condamnés à ingérer un parasite qui va les transformer en « berserkirs ». Au bout de sept jours de lente métamorphose, ils seront devenus des hommes-bêtes, et leur raison s’abîmera dans une rage inextinguible. Le temps de cette transformation, ils sont enfermés dans Hadarfell, un ancien royaume abandonné, dont le passé et l’histoire ont été engloutis par le temps…

 
Mon avis :
J'avais envie de lire ce roman depuis très longtemps, depuis sa sortie même et j'ai enfin pu le découvrir. C'est un coup de coeur impressionnant, il est vraiment bon et juste hallucinant comme lecture. Je ne m'attendais pas du tout à ce que les événements prennent cette tournure. C'est un roman très singulier et prenant, j'espère pouvoir lire l'autre roman de l'auteure : Les loups chantants.

La fantasy est vraiment chouette dans ce récit, l'univers est captivant et sombre. On a des réponses à toutes nos questions, même si l'épilogue est ouvert, je ne suis pas restée sur ma faim. Le royaume des berserkirs est bien développé, toute cette mythologie autour des hommes-animaux, du roi des Fauves, de ce bouc fantôme s'avèrent fascinant à découvrir. Page après page, j'ai adoré lire toutes ces inventions de l'auteure.

Aurélie Wellenstein prend son temps pour nous tenir en haleine. Le parasite se développe lentement et les changements apparaissent subtiles. Elle laisse planer le doute, les angoisses sont profondes ; c'est toute une ambiance pressante et noire qu'elle imagine. J'ai trouvé le début un peu long, puis les événements s'enchaînent avec un rythme bien choisi pour laisser le suspense entier. Je me demandais s'ils allaient survivre, s'ils allaient s'en sortir, qui se transformerait et s'il y avait transformation, en quoi ça serait... Un vrai page-turner impossible à lâcher une fois commencé.

L'atmosphère est soigné, c'est de haute volée. C'est sombre, inquiétant, angoissant, oppressant, noir... peu de place pour les belles choses, pour la joie et l'amour. C'est très bestial et violent, autant physiquement que mentalement. Les personnages en bavent, ils sont pauvres et connaissent la famine, ils vont errer dans un continent sauvage, vont se muer en animaux pour oublier leur humanité. Il y a beaucoup de colère, de peur, de haine et d'envie de vengeance à l'encontre du système. Je suis admirative des thématiques abordées ainsi que la manière employée par l'auteure pour nous en parler.

L'intrigue est sympathique à lire, terriblement addictive, simple et efficace. Elle est très surprenante, l'auteure s'amuse à prendre des chemins intéressants et la fin m'a totalement bouleversée. Dans le sens où c'est renversant, bien mené et glaçant à souhait. Curieuse par nature, j'ai envie d'en apprendre plus, toutefois, le final se suffit à lui-même pour clôturer l'aventure. La plume d'Aurélie Wellenstein est juste merveilleuse. Elle est très visuelle, j'ai de suite en tête les paysages et les émotions. C'est droit et carré, pourtant, il y a une certaine légèreté et précision. C'est un style soigné et fluide que j'ai adoré découvrir avec ce roman. Les dialogues sont eux aussi très savoureux, ils renforcent la complexité psychologique des personnages tout en faisant avancer le récit.

Je terminerai la chronique en parlant des protagonistes. Le Roi des Fauves est une entité très intéressante et mystérieuse, comme cet esprit sous forme de Bouc fantomatique. Le roman ce centre davantage sur Ivar, un gros coup de coeur pour sa personnalité humaine et entière. Il est absolument fascinant et complexe à suivre, j'ai adoré son évolution et sa perception, sa manière d'être, de se raccrocher aux bons moments, d'avancer et d'aider, d'être soucieux et meneur. J'ai beaucoup aimé Oswald, très touchant comme Hilde, ils sont plus craintifs et sensibles. En revanche, j'ai détesté Kaya du début à la fin, elle est imbuvable et méchante.

En conclusion, c'est une découverte qui m'a laissée sans voix à la fin. Ce roman est déroutant, il est très sombre et cette atmosphère noire le rend unique et original. Il traite de mutation, de changements, d'animaux, de fantasy, d'amitié, de magie ; toute une recette qui me plaît, qui s'avère palpitante à lire. Un très bon univers, des protagonistes fouillés et captivants, une histoire prenante, une plume fascinante... Je l'ai lu en peu de temps et ça a été très dur de le poser une fois dans le récit. Une très belle écriture et un final du tonnerre, c'est un coup de coeur pour ce roman et son auteure.

6 commentaires:

  1. Même avec ton avis positif je ne suis pas tente par ce livre, ce n'est pas du tout mon genre de lecture habituel ! Mais merci pour ta chronique :)

    RépondreSupprimer
  2. Ce livre me fait de plus en plus envie. J'en lis beaucoup de bien et cette couverture me donne totalement envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu pourras le découvrir, ce roman compte parmi mes gros coups de coeur de l'année dernière.

      Supprimer
  3. Un livre qui me tente énormément, il est dans ma WL depuis un moment. L'intrigue me botte bien et la couverture est juste sublime ! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La couverture est magnifique je suis complètement d'accord dessus. J'espère que tu pourras le lire ;)

      Supprimer