Les dernières chroniques

12/01/2017

Le secret de Terabithia (PATERSON) + Les enfants de Timpelbach (WINTERFELD) + La petite marchande de rêve (FERMINE)




Titre : Le secret de Terabithia
Auteur : Katherine PATERSON
Le livre de poche jeunesse — 2008
190 pages
4€90


 

Résumé :
Jess a un rêve : devenir le plus grand sprinter du collège. A la rentrée des classes, une nouvelle élève, Leslie, le bat à la course. Plutôt que d'en ressentir de la colère, Jess est intrigué par cette fille pas comme les autres, qui semble ne pas craindre les plus grands et assume sa marginalité. Très vite, ils deviennent amis, et s'inventent un royaume imaginaire dans la forêt : le royaume de Térabithia, dont ils sont le roi et la reine.

 
Mon avis :
Un très beau récit, un classique de la littérature américaine qui n'a pas pris une seule ride, puisqu'il est daté de 1977 et qu'il a su conserver sa grandeur.

Il se lit très vite, en une demi-journée, vous l'avez lu, mais c'est le genre de récit qui se lit et se relit, il est intemporel, parce que son style est fluide, moderne et sympathique. Ce fut un moment agréable que de se laisser emporter dans le monde de Jess et de Leslie, leur amitié et leur monde secret, celui de Terabithia. On est soufflé par la force des mots, les répliques sont bien menées et les descriptions sont superbes.

Je pourrais lui reprocher d'être parfois long, mais il a le mérite de dresser le portrait de deux enfants unis par une amitié extraordinaire et de leur quotidien. De leur différence, Leslie est issue d'une famille aisée tandis que Jess et les siens sont plutôt pauvres. Leslie est fille unique alors que Jess est entouré de sœurs, Leslie est doté d'un don pour les mots et Jess pour le dessin. Tout les oppose et pourtant c'est par l'imagination qu'ils vont se rejoindre, en créant un monde bien à eux, celui de Terabithia.

L'intrigue est formidable, elle est bien écrite, elle se laisse lire sans le moindre accroc, sans que l'on puisse poser le livre un instant. On apprend chapitre après chapitre, le quotidien de deux enfants qui vont s'unir pour devenir les meilleurs amis du monde. C'est le récit d'une très belle amitié, et si les rebondissements ne sont pas très nombreux, on aime imaginer avec eux Terabithia, on les voit s'unir pour s'évader de leur quotidien qu'il soit familial ou scolaire. On rit, on s'amuse, je suis restée captivée par cette histoire dont le dénouement est plus que touchant.

J'avais déjà vu son adaptation cinématographique, très poétique, je connaissais la fin, mais la lire, c'est différent. C'est même plus fort, quelle triste final, il est aussi beau que touchant, il est fort et inattendu.

Les personnages principaux sont Leslie et Jess. La première est incroyable, forte, sympathique, j'aime la manière dont elle manie les mots, la façon dont elle s'exprime. Terabithia est né grâce à elle et à son pouvoir de mettre les bons mots sur ce qu'elle imagine, c'est une petite fille très spontanée et elle apporte un vent de fraîcheur dans le monde de Jess. Ce dernier est un peu rabroué par sa famille en raison de son talent pour le dessin, il est doué pour dessiner, mais il a du mal à s'exprimer. Néanmoins, je l'ai apprécié pour son courage, son évolution, son humour et sa manière de voir la vie, le fait que le récit soit à la première personne du singulier permet de mieux se plonger dans ses pensées.

Les autres protagonistes sont variés et divers. Les parents de Leslie sont amusants, ce sont des auteurs un peu dans leurs bulles, j'ai bien aimé leurs rares apparitions. Les parents de Jess, j'en ai une opinion plus mitigé, Mme Aarons, elle ne semble pas proche de son fils, le rabroue sans cesse tandis que le père est absent. Tous deux se laissent mener en bateaux par les deux aînées ne vivant que pour les garçons, la mode et le maquillage, deux véritables pestes ! May Belle est plus adorable, je l'ai bien aimée, elle est gentille, drôle et très attachante, collante, mais si touchante, elle est naïve. J'apprécie les passages où je la voie. La petite dernière est un bébé, je ne peux donc pas donner une opinion tranchée. Je regrette de ne pas avoir vu plus souvent Mlle Edmunds, la prof de musique, car elle est bienveillante et semble avoir remarqué le don de Jess pour le dessin, don qu'elle encourage.

En conclusion, je conseille ce roman, il est touchant, réaliste. Il raconte le quotidien de deux enfants, leurs joies et leurs peines, il nous conte une formidable amitié, une de celles que l'on ne peut oublier de si tôt. Le style est agréable, fluide et nous transporte aisément dans le fabuleux monde de Terabithia, quant aux protagonistes ils sont variés, travaillés et attachants, chacun à leur manière. On se prend facilement d'amitié pour Leslie et pour Jess, c'est un très beau roman, bien que court, il est intense dans les émotions qu'il nous dévoile.





Titre : Les enfants de Timpelbach
Auteur : Henry WINTERFELD
Le livre de poche Jeunesse — 1957
248 pages


Résumé :
Une ville sans parents ? Le rêve ! Et pourtant, la situation n'est pas si idéale... Comment remettre le téléphone en marche, remplir le réfrigérateur, et lutter contre la bande des Pirates dirigée par le redoutable Oscar ? Avec un peu d'astuce, de bonne humeur et d'organisation, les enfants devraient pouvoir s'en sortir !


Mon avis :
Un livre très axé jeunesse, mais qui m'a été très sympathique, amusant et drôle. Je n'ai pas encore vu le film, mais je suis très intéressée. C'est un bon roman, il a des idées qui donnent matière à réfléchir, je suis en tout cas très contente de l'avoir lu.

C'est pour moi, un classique de la littérature jeunesse, c'est un livre pour les enfants conté du point de vue d'un enfant. Il sera certainement le chouchou des enfants, moi, il m'a été sympathique sans plus. Il se laisse lire, il est idéal pour la détente, pour se changer les idées, changer d'univers. Je ne dis pas non aux autres romans de l'auteur, parce que j'ai adoré ces enfants de Timpelbach.

L'histoire est simple, mais elle est très prenante. Les parents sont débordés par les facéties de leurs bambins et ont tout simplement tout abandonné. Ce qui devait être une farce d'une journée fut en réalité plus terrible, les parents se sont perdus, mais qu'à cela ne tienne ! Les enfants sont bien décidés à se survivre et à mettre Oscar hors circuit. J'ai sincèrement adoré. La punition est certes très extrémiste, mais le fait de voir ces enfants se démener pour se nourrir, remettre l'électricité en route ou pour avoir de l'eau m'a énormément plu. On peut en vouloir aux parents, toutefois, nous pouvons également les comprendre ; de même que les enfants, on leur en veut autant qu'on les aime.

La thématique de l'entraide est bien exploitée, Thomas et ses amis essaient de s'en sortir, mais pas seulement. Ils veulent aussi prêter main-forte à tous les enfants de Timpelbach. Le thème de la survie est lui aussi présent et bien mené. C'est vrai que ne peut que s'interroger sur nos propres capacités à survivre seul ou en groupe, cela prête à la réflexion. L'éducation, les capacités d'imagination et l'intelligence sont des thèmes forts et l'auteur les exploite avec brio. J'ai franchement adhéré aux idées données implicitement. Bien sûr, l'humour est au rendez-vous, il y a même un brin d'absurdité qui ne m'a pas laissée de glace.

Le style de l'auteur est fluide et simple. Le récit nous est conté du point de vue de Manfred, l'ami de Thomas et il se présente comme un garçon très intelligent. C'est lui qui parvient à redonner à la ville l'eau et l'électricité, il possède un vocabulaire plus étoffé que les autres, mais cela ne le rend pas moins attachant. Au contraire, je l'ai trouvé amusant et sympathique, il raconte très bien l'histoire, avec sa simplicité d'enfant tout en adoptant un ton plus « conteur », adulte, voire « épique » à certains moments. Les descriptions comme les répliques nous plongent dans un univers particulier et drôle, on prend plaisir à suivre les aventures de ces enfants.

Les personnages sont intéressants quoique stéréotypés. Le public à qui le roman s'adresse doit pouvoir s'identifier à l'un de ces enfants, en plus de Manfred. De ce fait, nous avons celui qui ne pense qu'à manger, le garçon manqué, l'intello, le chef de bande très débrouillard, le méchant bagarreur... Toutefois, et curieusement d'ailleurs, je me suis quand même attachée à eux. À cause du malheur qui les frappe, du fait qu'ils cherchent absolument à s'en sortir, par leur énergie et leur courage, on se surprend à les aimer. Ils paraissent humains, touchants, drôles, ils sont captivants. J'ai mon préféré : Thomas. Il est très malin, perspicace, c'est le chef par excellence, un super bon chef, juste et avec des tonnes d'idées très astucieuses. Un vrai bonheur de le voir très souvent dans l'histoire.

En conclusion, j'ai sincèrement adoré ce roman. Certes, il n'est pas mémorable, il est simple, l'histoire est sans prétention, toutefois, il a une certaine intelligence et il fait réfléchir. La plume est d'une grande fluidité, il se laisse lire facilement. Une fois que l'on voit les parents partir, on ne peut que se demander comment les enfants vont survivre et cette idée nous fait tenir pendant tout le récit. Les événements contés sont intéressants, les protagonistes restent passionnants et Manfred est un bon conteur. C'est un très bon classique jeunesse.



Titre : La petite marchande de rêves
Auteur : Maxence FERMINE
Tome 1
Série : Malo au royaume des ombres
Michel Lafon – 2012
176 pages
9€95


Résumé :
Le jour de ses onze ans, Malo tombe dans la Seine. Aspiré dans un toboggan, quand il ouvre les yeux, il découvre un monde en noir et blanc, éclairé par une lune de diamants. Il vient de pénétrer au Royaume des Ombres, un lieu magique où les habitants sont aussi étranges que fascinants: Arthur, l’arbre qui ne cesse d’éternuer; Mercator, le chat si bavard vieux de deux cent treize ans; Lili, la petite marchande de rêves au regard d’or qui capture les songes… Sans compter les spectres inquiétants et un dangereux alchimiste qui lui jette un terrible sort. Pour briser le maléfice, Malo a un énorme défi à relever. Et une nuit…


Mon avis :
Un récit court, un voyage dans un monde loufoque, un côté conte comme l'est Alice au Pays des merveilles, Peter Pan ou d'autres récits de ce genre, de la magie, du rêve, une âme d'enfance. Il y a beaucoup d'ingrédients qui raviront petits et grands enfants à la lecture de ce roman, il a tout pour plaire et je me pencherais volontiers sur la suite.

L'intrigue commence sur un Paris bien morne pour le jeune Malo, rêveur et oublié par ses parents trop occupés dans leur vie d'adulte pour faire attention à lui. Les rêves sont son échappatoire et à la suite d'un accident il atterrit tout droit au royaume des ombres. Il y fera toute sorte de rencontres dans le but de contrer le sort d'un bien méchant alchimiste. C'est clairement un récit jeunesse, mais un beau conte que nous offre l'auteur. La morale qui est de faire de nos rêves les couleurs de nos vies est juste magnifique et tellement bien exploitée à travers les rebondissements. L'aventure que vit Malo est unique, le thème peut paraître très souvent prisé, mais la façon dont il fut traité le rend atypique.

Ce voyage dans une contrée magique est fantastique, je suis restée enchantée, sourire aux lèvres devant les nombreuses péripéties et rencontres faites par Malo. L'univers instauré par Maxence Fermine rend possible l'impossible, il invente ainsi tellement d'éléments intéressants, comme les marchands de rêves, la technique pour attraper des rêves, le vermot (une langue employée par un vieux magicien)... Mercator, Lili, Arthur, les protagonistes sont l'âme même de cet univers enchanteur et inquiétant. L'univers est bien maîtrisé et riche, un vrai régal.

Il se lit très vite, les chapitres sont courts, le format petit, la taille du texte, tout ceci le rendent très lisible. Il pourra facilement convenir à une lecture publique ou une première lecture – même si je l'accorde, le vermot est très particulier. Fort heureusement, nous avons un très bon lexique en fin d'ouvrage. La plume de Maxence Fermine est très jolie, pleine de charme et d'humour, de poésie. C'est fluide et très agréable à lire, je le recommande vraiment. D'autant plus que nous avons des illustrations de styles variés, mais très sympathiques à visionner, sans compter la magnifique couverture nous présentant Lili.

Lili et Malo sont les personnages clés de cette histoire. Ils ne se connaissaient pas avant, ils vont devoir s'allier pour aider Malo à rentrer chez lui et éviter de finir en Spectre malfaisant. Malo est naïf et plein de vie, on tombe très vite sous son charme et j'ai beaucoup aimé ses répliques entre le bon sens et le rêve. Lili est sans conteste un personnage que j'ai adoré découvrir et j'espère la revoir par la suite, sa manière d'être, sa personnalité, son physique, elle entre dans cette catégorie des inoubliables par leur différence. Elle est d'un secours formidable à notre héros. Les autres personnages, je vous laisse le soin de les découvrir, ils sont tous extraordinaires et en parler serait gâcher le plaisir. Il vaut mieux que je laisse la surprise, le conte n'en fonctionnera que bien mieux !

En conclusion, c'est une histoire qui se doit d'être plus connue. Elle est bien écrite, elle nous fait voyager, elle s'inscrit aisément dans la lignée du Magicien d'Oz et de ces autres récits pleins de magie, d'humour et d'enchantement. Le style de l'auteur est agréable, l'histoire très jolie, cette alchimie entre angoisse et merveilleux fonctionne très bien et les personnages sont plus qu'adorables. Je reconnais que le peu de pages ne permet pas d'avoir une vision approfondie de l'univers riche et fascinant, ou de s'attacher durablement avec certains protagonistes. Néanmoins, Lili et Malo marquent clairement les esprits, comme d'autres que je vous laisse découvrir. Quant à l'univers, l'auteur le poursuit avec les deux autres tomes de sa série et je compte bien les lire.

8 commentaires:

  1. Le secret de Thérabithia m'avait tellement fait pleurer au cinéma quand j'étais allé le voir à sa sortie! J'aime beaucoup le film ^^

    PS:
    Comme on échange régulièrement en commentaires je tenais à te prévenir personnellement que je venais de changer de plateforme. Je te propose donc de me suivre là-bas et de t'inscrire à ma NL si ça t'intéresse de continuer ces échanges ^^

    Voici le lien : http://lecturesdunevie.weebly.com

    Je me suis réinscrite à ta NL ici, j'étais sure de m'être déjà inscrite mais en fait je n'en suis plus si sûre, j'ai un gros doute d'un coup, donc maintenant je sais que c'est bon x)

    A bientôt j'espère ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hey ! C'est vrai que le film Terabithia est super émouvant, il m'a marqué. J'aimerais bien le revoir, histoire de pouvoir en parler ici. Tu es bien inscrite à ma newsletter, je suis en train de faire un tour sur ton nouveau blog, il est super sympa et design, bravo ;) Bien sûr que je continuerai à te suivre.

      Supprimer
  2. J'avais adoré le secret de Térabithia en film, mais je n'ai jamais lu livre. Ton avis me donne très envie de me pencher dessus ^^
    Les enfants de Timpelbach, j'avais trouvé le film sympathique, mais je ne pense pas que je lirai le livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me faut voir l'adaptation ciné des Enfants de Timpelbach, je suis très curieuse de la voir. J'espère que tu pourras découvrir Le secret de Terabithia en livre.

      Supprimer
  3. Il faudrait que je relise Le secret de Thérabithia à l'occasion, je ne m'en souviens quasiment plus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En revanche, moi, c'est le film qu'il me faut revoir, ça doit bien faire 9-10 ans que je l'ai vu maintenant.

      Supprimer
  4. J'ai Terabithia dans ma PAL, j'avais adoré le film même si je pleure à chaque fois que je le vois !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me faut définitivement revoir le film, vous me donnez tous envie de le revoir :D

      Supprimer