Les dernières chroniques

25/06/2017

Les Colombes du Roi-Soleil (DESPLAT-DUC) ~ Adélaïde et le prince noir / Jeanne, parfumeur du roi





Titre : Adélaïde et le prince noir
Auteur : Anne-Marie DESPLAT-DUC
Tome 10
Série : Les Colombes du Roi-Soleil
Flammarion Jeunesse — 2014
349 pages
6€95


 

Résumé :
Aniaba, prince d'Assinie, vit au coeur de l'Afrique. Adélaïde, jeune normande, est pensionnaire à Saint-Cyr. Ils n'ont aucune chance de se rencontrer... mais la providence s'en mêle et une série d'événements s'apprête à bouleverser leur vie. Adélaïde et Aniaba devront chacun faire preuve de patience et de courage...

Mon avis :
J'ai lu ce roman dans le cadre du Weekly Book Color Challenge et j'en ressors plutôt satisfaite, j'apprécie la nouvelle façon de présenter le récit. Trois parties bien différentes, sans être un coup de coeur, il s'avère intéressant et agréable à découvrir. J'adore l'idée de parler de l'Assinie, c'est original et bien pensé.

Je ne peux que regretter que les choses s'arrangent trop vite ou que l'Assinie est parfois laissé de côté. J'aurais réellement aimé savoir si les projets d'Aniaba se réalisent, un petit épilogue n'aurait pas été de trop. Ce sont pour moi, les défauts majeurs du roman, sinon, il est top et sympathique à lire. Peut-être, un tout dernier détail, la tripartition avec deux protagonistes principaux amène des certaines bases à poser ; un côté plus descriptif plutôt qu'action est à prévoir.

Néanmoins, ça se lit facilement et avec envie. Comme toujours, l'auteure sait allier une grande fluidité dans l'écriture, un bon travail dans les descriptions et dans les émotions, avec une maîtrise soignée dans le vocabulaire du 17e. Je n'ai pas souffert ni d'ennui, ni de longueurs, je suis restée, tenue en haleine par l'intrigue. Sans être révolutionnaire, elle sait être efficace et prenante, agréable à lire, avec de bons thèmes : politique, différences de cultures, esclavagisme, famille et romance. Avec cette fois-ci, la joie de retrouver Versailles et le roi.

La première partie nous présente le voyage d'Aniaba, de son Assinie natale jusqu'à son arrivée à Paris. Cette partie est loin d'être très joyeuse, les débarquements français, les galères et l'esclavagisme, la vente d'esclaves à La Rochelle, la perte d'amis, de repère... Aniaba nous raconte tout, ses espoirs, ses peines ; ainsi, il devient de plus en plus attachant. Il a cette envie de faire de la France un autre monde joyeux, heureux où tout ira mieux, on peut le taxer de naïveté, mais ce n'est pas mon cas. Je peux comprendre ce qu'il ressent.

La seconde partie nous présente Adélaïde de Pélissier, une jeune normande envoyée à Saint-Cyr. De sa vie campagnarde à son entrée dans la maison d'éducation royale, Adélaïde nous raconte son parcours, son assiduité, son respect pour sa famille. Elle est différente et pourtant, elle représente l'idée que je me faisais d'une jeune fille au 17e. Polie, effacée et douce, limite docile — mais uniquement en façade, car au fond, elle bouillonne d'idées, elle est réfléchie, vive d'esprit, mature et sensible. Je l'ai trouvé très différente des autres Colombes rencontrées jusqu'à présent. Pour le coup, son histoire avec son fiancé, sa vie à Saint-Cyr, à la cour m'a passionnée. Son histoire de coeur et de famille m'a intéressée jusqu'au bout et j'avais peur que tout se finisse très mal pour elle.

La troisième partie mêle les deux personnages. Entre respect et profonde amitié, nos deux comparses vont se lier pour sauver leurs vies, les gens qu'ils aiment et leur honneur. Une partie plus entraînante en terme d'actions et de rebondissements, même si les deux premières parties savent créer la surprise. Les protagonistes secondaires sont assez attachants et sympathiques, je pense à Gabriel notamment ou aux autres Colombes, à la petite soeur d'Adélaïde. La tante de cette dernière est très amusante, excentrique et bienveillante, j'aime beaucoup ses tractations et ses interventions. Même Banga parvient à créer de bonnes surprises.

En conclusion, j'ai pas mal d'affection pour ce dixième opus, avec sa nouvelle présentation, une intrigue claire et attachante, de bonnes idées comme la dentelle ou l'Assinie. Adélaïde et Aniaba sont deux personnages très agréables à suivre, captivants et originaux. L'histoire se révèle fort bien écrite, la romance s'avère sympathique, sans être un coup de coeur à cause de ses défauts, il reste néanmoins bon. Une bonne lecture au final.



Titre : Jeanne, parfumeur du roi
Auteur : Anne-Marie DESPLAT-DUC
Tome 11
Série : Les Colombes du Roi-Soleil
Flammarion Jeunesse — 2015
333 pages
6€10


Résumé :
L'année de ses dix-sept ans, Jeanne, orpheline, doit retourner dans son sud natal, chez son oncle. Une grande passion l'anime : les plantes, les fleurs et les parfums., Mais comment imaginer qu'une demoiselle de qualité puisse un jour devenir parfumeur ? Et quel mystère entoure sa naissance ?


Mon avis :
Un autre tome de lu avec celui-ci consacré aux aventures de Jeanne. Je ne savais pas trop sur quel pied danser avec elle, on l'a si peu vu dans les tomes précédents... Toutefois, cet opus devient un autre coup de coeur pour la série des Colombes. Il est très bien écrit, captivant jusqu'au bout et sympathique à lire, c'est un univers atypique que nous fait découvrir l'auteure.

Le roman se découpe en deux parties intéressantes. La première nous présente Jeanne dans ses premières années : j'ai découvert une petite orpheline sensible, proche de sa tante, mise mal à l'aise par son oncle et son cousin. Je l'a jugée très effacée et me posait des questions quant à la suite. J'ai été surprise de son parcours à Saint-Cyr, de sa belle amitié avec Louise, de son manque de sociabilité, de sa discrétion, de l'amour qu'elle porte aux plantes et au jardinage. Elle bénéficie d'un parcours atypique dans l'école de Madame de Maintenon.

Ce qui m'a enchantée, c'est le thème abordé par le récit, les parfums, les plantes, les arômes. Jeanne nous présente son don ainsi que le lot d'aventures que cela comporte. Car une fois Saint-Cyr quitté, elle se retrouve seule avec un oncle horrible, un cousin odieux, une tante mourante. Si elle fuit cette famille, c'est pour percer le mystère de sa naissance. Les plantes sont bien présentées, les boutiques de parfumeur m'ont subjuguées, ces affaires de secrets de famille m'ont de suite enchantées. Il a une atmosphère prenante et l'auteure a fait d'importantes recherches pour nous présenter un univers riche et passionnant.

Jeanne se révèle être au fil des pages une héroïne attachante, elle perd ses repères et loin de se laisser aller, elle prend sa vie en main. Elle est spolié par son oncle, par son premier employeur et pourtant, elle ne perds pas espoir. J'ai beaucoup aimé son parcours, elle ne ressemble à aucune autre colombe présentée jusqu'ici. Son histoire m'a touchée et sa personnalité la rend formidable. Elle est réservée et calme, réfléchie et si douée. Je me suis laissée prendre dans l'intrigue qui est riche en rebondissements et en rencontres. En à peine quelques heures, je l'ai dévoré, il sait nous tenir en haleine jusqu'au bout.

Aussi, son seul défaut à mon avis c'est sa fin brutale. C'est fou, parce que les tomes d'Olympe, de Gertrude et de Jeanne souffre d'une fin abrupte. J'ai encore pleins de questions et une énorme envie d'avoir la suite. Il me manque des éléments ou peut-être que j'étais trop à fond dans l'histoire pour m'arrêter. Quoi qu'il en soit, l'écriture d'Anne-Marie Desplat-Duc est toujours aussi merveilleuse. Les descriptions me plongent complètement dans cet univers de senteurs, à Montpellier ; les émotions sont là, Jeanne est très agréable à suivre ; les expressions et le vocabulaire de l'époque aident à l'immersion.

Côté protagonistes, j'ai beaucoup aimé cette galerie proposée par l'auteure. En bien, comme en mal, ils apportent tous quelque chose à Jeanne, je pense à ses parents et à la vérité autour de sa naissance. Je pense à cette tante si bienveillante et douce, à cet oncle si abominable, à ce cousin qui m'a mis mal à l'aise... J'étais heureuse de croiser Louise, de voir les amis que Jeanne a su se faire dans le monde de la parfumerie, à la famille du pêcheur qui va l'aider, à Guilhem ou encore à Jacques.

En conclusion, j'ai passé un moment de lecture extraordinaire. Je ne savais pas quelle histoire Jeanne me réservait, à part ce que le titre me donnait : les parfums. J'ai été surprise par sa personnalité, elle m'a étonnée à plusieurs moments, son histoire est riche, jolie et pourtant pas si facile et heureuse. L'ambiance est chouette, le cadre géographique et les thèmes abordés rendent le roman singulier. L'écriture est fluide, les personnages sont attachants et ont un impact dans la vie de notre héroïne. J'ai adoré ce onzième tome des Colombes.

7 commentaires:

  1. J'avoue que ce sont des livres que je ne connaissais pas du tout

    RépondreSupprimer
  2. Cette petite saga me tente depuis pas mal de temps ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu te laisses tenter un jour, je serais ravie de découvrir ton avis dessus ;)

      Supprimer
  3. Cette saga me tente depuis un moment parce que j'aime bien le contexte historique. Mais après, la taille de la saga me fait un peu peur donc à voir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après, tu peux lire que les tomes qui t'intéressent. En général, les livres font de brèves références aux autres rarement ou c'est rapidement expliqué sans que cela dérange. Il faut juste lire le tome 1 en premier, puis le 5 (Le rêve d'Isabeau) pour avoir le contexte de base et les connaissances pour arpenter la série comme tu le souhaites. Il n'y a que le 14 (le tout dernier) qu'il faut lire à la toute fin. Les autres, tu peux les lire comme tu le veux ;)

      Supprimer
  4. Quand j'étais petite j'adorais donc j'avais lu les premiers tomes mais je les avait vendus dans un vide-grenier, si je peux emprunter la suite, pourquoi pas ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu pourras lire quelques tomes et les apprécier ;)

      Supprimer