Engrenages et sortilèges (TOMAS)


Titre : Engrenages et sortilèges
Auteur : Adrien TOMAS
Rageot – 2019
480 pages


Résumé d'Engrenages et Sortilèges

Grise et Cyrus sont élèves à la prestigieuse Académie des Sciences Occultes et Mécaniques de Celumbre. Une nuit, l’apprentie mécanicienne et le jeune mage échappent de justesse à un enlèvement. Alors qu’ils se détestent, ils doivent fuir ensemble et chercher refuge dans les Rets, sinistre quartier aux mains des voleurs et des assassins. S’ils veulent survivre, les deux adolescents n’ont d’autre choix que de faire alliance…




Mon avis sur Engrenages et Sortilèges

Une lecture rendue possible grâce à la maison d’édition et au site Net Galley, pendant le confinement, Rageot a mené une chouette initiative : celle de proposer des titres diffusés par le passé en accès libre, il y avait un horaire précis et un jour précis, on pouvait télécharger la version numérique et lire tranquillement chez soi. J’ai pris Engrenages et sortilèges parce qu’il me tentait depuis sa sortie, et je dois avouer que je pense très probablement me procurer la version papier un jour. Cette histoire m’a beaucoup plut et vu le Bibliothon de Bulledop, je suis très curieuse de découvrir ce que réserve l’auteur autour de cet univers !

J’ai passé un très bon moment avec ce one-shot, c’est un roman très sympathique et qui est parfait pour illustrer la sience-fantasy, ce mélange savoureux de deux genres que j’aime beaucoup : la science-fiction et la fantasy. L’univers d’Adrien Tomas est palpitant à découvrir au fil des pages, j’ai adoré chaque petite information lâché au cours de l’intrigue. Nous avons des mages aux spécialités intrigantes (manipuler les éléments, jouer avec les illusions, voire la nécromancie) ainsi que des mécaniciens qui nous plongent dans un côté steampunk pas piqué des hannetons !

Entre la magie et la mécanique, il y a tout un tas de factions, de choses, de notions, de protagonistes que je vous invite à découvrir : une école à l’ambiance horrible, deux castes qui ne peuvent pas s’encadrer (mages et mécaniciens), des intrigues politiques et des secrets de famille, des vieilles rancunes, une sombre affaire d’enlèvement, une cour des miracles peuplée de révolutionnaires et de voleurs habiles… C’est très dense, riche en rebondissements et je n’ai pas su m’ennuyer une seule page en assemblant les pièces du puzzle. Chaque élément possède sa place, son importance et si je peux un poil râler sur le final un brin expéditif, je note tout de même une chouette maîtrise pour l’audace. L’auteur fait des choix très intéressants, ça donne lieu à des révélations et retournements sympathiques – même si certains étaient cousus de fil blanc pour moi.

L’intrigue nous présente Grisella, la mécanicienne ET Cyrus, le mage. Deux adolescents dont les familles sont importantes, à tel point qu’ils vont être l’objet d’un enlèvement. Ils vont devoir s’allier pour survivre dans un monde fait d’intrigues politiques et militaires, avec des secrets bien enfouis, des stéréotypes à briser. Grise et Cyrus se détestent, détestent la caste de l’autre et se retrouvent coincé avec l’Arachnide, une dangereuse reine des bas quartiers, l’ennemie publique numéro 1. L’histoire amène nos deux personnages à dépasser les clichés, les normes, les informations toutes faites. En soi, le roman porte des messages et des idées très intéressantes, surtout qu’il n’y a nulle romance entre Grise et Cyrus. L’histoire se focalise sur l’apprentissage de soi et de l’autre, un début de relation qui peut déboucher sur ce que notre imaginaire souhaite en faire (amitié, amour).

Comme je le disais, l’auteur fait des choix audacieux. Une amitié à construire, des codes à démonter, des réalités à comprendre, des discours à détricoter, j’ai passé un super moment avec l’histoire – qui sans être parfaite – m’a tenue en haleine, m’a charmée et conquise jusqu’aux dernières lignes. La plume d’Adrien Tomas est très chouette, super agréable à lire, soignée et moderne, j’ai bien aimé les descriptions, les actions, les répliques. Je serais juste un peu gênée par le fait que cette incroyable Arachnide soit souvent qualifiée de « grosse voleuse » en référence à son physique imposant. Toujours ajouter « grosse » me rend perplexe quand « voleuse » suffisait juste.

Je terminerai avec les personnages qui sont attachants et j’aime leur spécialité, leur manière d’être, ce qu’ils dégagent. Je pense notamment à l’extravagant Lieber ou encore au maître en nécromancie Vestor Vax, ils sont super géniaux, j’ai adoré les rencontrer, leur personnalité ainsi que leur manière de faire ouvrir les yeux à Grise et à Cyrus. L’Arachnide est passionnante, de même que Ioséphir, le directeur de l’Académie, même Sarenziah la dirigeante du royaume est super sympa à suivre, peut-être même plus en raison de son passé, de ses relations et de son histoire. J’ai adoré Xiaomi, j’aurais aimé voir davantage Caes Lyffe ou les parents de Grise, de Cyrus. Quint, le chat familier de Cyrus est inoubliable, piquant et sage, il est merveilleux ! J’ai apprécié Cyrus, il est loin d’être parfait et respectable, mais son évolution, ses réflexions et sa manière d’être sarcastique, tous ces éléments m’ont enchantée, j’ai adoré l’adolescent. En revanche, je suis plus dubitative sur Grise, je l’ai trouvée un brin hautaine et autocentrée par instant, le fait qu’elle fasse des autres filles des « grelucheries » parce qu’elles sont différentes d’elle, elles aiment les garçons et leur vie d’adolescent tandis qu’elle serait dans le vrai parce qu’elle s’intéresse à des choses dignes d’intérêt. Par moment ses petits airs supérieurs l’ont rendu détestable, alors qu’elle est si pétillante, ingénieuse et sensible. Cyrus a certes son air noble, mais il s’est montré bien moins agaçant que Grise.

En conclusion, ce roman est super génial. L’histoire a un début et une fin, l’épilogue montre des choix audacieux, choix que l’auteur s’est évertué à faire autant que possible sur ses personnages, les révélations. L’histoire manie des ficelles simples et l’auteur les emplois avec maîtrise, si certaines idées peuvent être convenues, d’autres ont su me charmer et me tenir en haleine. Le rythme est bien maîtrisé, les thèmes abordés sont très intéressants, la plume d’Adrien Tomas est ravissante à lire. Les personnages sont adorables à suivre et à comprendre, l’univers est le gros coup de cœur, entre fantasy et steampunk, avec des notions et des idées franchement plaisantes et bien développées. Malgré quelques couacs, quelques facilités ou quelques idées gênantes (les « grelucheries » notamment), j’ai passé un super moment de lecture. C’était le premier roman que je lisais de cet auteur et je suis très tentée de renouer l’expérience avec d’autres récits.

7 Commentaires

  1. Comme toi, j'ai adoré ce roman (lu très rapidement (1 ou 2 jours je crois), trop d'addiction :3) ! Les perso sont géniaux à suivre, il y a des rebondissements, l'univers est incroyable... A lire sans hésiter^^

    RépondreSupprimer
  2. Ce roman a l'air bien sympathique, dommage que j'ai loupé le coche pour l'avoir (j'étais trop concentrée sur les offres de mangas, c'était déjà bien suffisant o/)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que le confinement a été généreux en offres, je comprends pour les mangas - et je n'en ai pas profité. Je me rattraperai avec les mangas que tu as acheté :)

      Supprimer
  3. Super chronique qui me donne encore plus envie de lire ce livre :)
    A sa sortie, je n'avais pas spécialement envie de le lire mais depuis quelques temps, il me tente beaucoup :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est très cool et l'auteur a récemment terminé ou bien avancé sur un projet autour de cet univers. Ce sera peut-être l'occasion de découvrir le tout =)

      Supprimer