Le Hobbit : Un voyage inattendu - La désolation de Smaug - La bataille des cinq armées


Films réalisés par Peter Jackson
2012 * 2013 * 2014
Adapté du roman Le Hobbit de Tolkien
Trigger Warning (mise en garde) - sang, mort, araignée

Ian McKellen, Martin Freeman, Richard Armitage, Ken Stott, Graham McTavish, Dean O’Gorman, Aidan Turner, James Nesbitt, William Kirchner, Stephen Hunter, John Callen, Peter Hambleton, Mark Hadlow, Jed Brophy, Adam Brown, Sylvester McCoy, Cate Blanchett, Hugo Weaving, Andy Serkis, Christopher Lee, Ian Holm, Elijah Wood, Lee Pace, Orlando Bloom, Evangeline Lilly, Luke Evans, John Bell, Stephen Fry, Ryan Gage, Manu Bennett, Lawrence Makoare, Mikael Persbrandt, Benedict Cumberbatch



Un voyage inattendu

Quelle joie de voir pour la première fois sur grand écran la Terre du Milieu prendre vie ! J’ai réellement été très enchanté de voir ce film et j’ai terriblement hâte de voir sa suite.

Avant toute chose, mettons-nous d’accord. The Hobbit se passe soixante-ans avant le Seigneur des anneaux, c’est un fait. Je dirais même plus, cette histoire que Peter Jackson découpe en trois parties et a couplé avec les appendices est un conte. Un conte que Tolkien a écrit pour ses enfants dans les années 20-30. Il n’avait pour but que de les divertir, par conséquent l’aspect plus « bon enfant » et « simplette » s’en trouve expliqué. Peter Jackson respectant au mieux l’esprit Tolkien, on aurait eu du mal à trouver en The Hobbit un Seigneur des anneaux 2. A titre personnel, cela ne m’a pas dérangé, j’en suis même plutôt contente.

L’histoire en elle-même maintenant. On ouvre le film sur une scène que j’ai trouvée fort sympathique, une explication historique bien présentée, nous présentant certains personnages. J’ai bien aimé apprendre la triste histoire d’Erebor et de la famille de Thorin, c’était une scène d’introduction très intéressante. On arrive à notre vieux Bilbon qui débute l’écriture de son histoire dans un livre rouge tandis que Frodon part surprendre Gandalf. Je ne m’attendais pas vraiment à voir cette scène dans le premier film, cela a été une agréable surprise et une excellente idée. Parce que oui, le clin d’œil était très amusant. Nous voyons notre vieux hobbit écrire : Dans un trou, vivait un hobbit. La première phrase du livre de Tolkien qui évoque notre célèbre « il était une fois, X vivait dans un royaume… ». Et par cette phrase, nous entrons véritablement dans l’histoire.

Bilbon vit tranquille. Sa vie paisible lui convient parfaitement, il ne souhaite aucune aventure dans sa maison. C’est alors qu’il revoit Gandalf le Gris, un magicien dont il ne se souvient que des feux d’artifices. Ce dernier place une rune sur la porte et voilà que notre Sacquet se voit accueillir 13 nains festoyant dans sa demeure. Gandalf et Thorin lui parlent de leur quête et de leur souhait de faire de Bilbon un cambrioleur en raison des qualités d’agilité et de discrétion des hobbits. Au préalable réticent, il finit par accepter. Toutefois, comme toute aventure qui se respecte, Thorin, Gandalf et les autres vont devoir composer ensemble et surtout faire face à divers obstacles.

Comme évoqué plus haut, on retrouve quelques « clichés » du conte, comme cette récurrence du chiffre 13, ou bien le jeu des énigmes que se lance Bilbon et Gollum, ou les diverses rencontres (amicales ou pas). Ce sont des éléments typiques du conte que le réalisateur a dû mettre en place et fort de constater que le résultat était très sympathique.

On côtoie la magie, le féerique notamment avec Radagast, la peur avec cette histoire de nécromancien, l’épique avec la bataille contre les Gobelins… On trouve des moments d’émotions et des instants drôles, comme lorsque les trolls se disputent comment manger les nains. Je me suis rarement ennuyée, prise dans le flot d’images que nous projettent Jackson. Nous sommes loin de la fantasy épique de la trilogie du Seigneur des anneaux, mais il me plait de penser que j’ai assisté une autre forme de trilogie, toute aussi intense et intéressante.

Ensuite vient les paysages, de toute beauté. Il n’y a rien à redire, la Comté est toujours aussi verdoyante, la maison de Bilbon reste authentique et inchangée… Fondcombe est toujours aussi majestueuse et magnifique, avec des détails architecturaux soignés. Oui, en tant qu’étudiante en histoire de l’art, les objets et l’architecture m’a énormément fascinée. Ce souci du détail, ce soin apporté à chaque élément, tout est travaillé de sorte que l’on puisse s’immerger avec facilité en Terre du Milieu. Les paysages défilent sous nos yeux au fur et à mesure que nos compagnons avancent dans leur périple et la Nouvelle-Zélande restera un havre de paix, le pays est et demeurera THE Terre du Milieu. On ne peut qu’être fan de la beauté des paysages proposés dans le film.

Comme pour le Seigneur des anneaux, les costumes sont à la hauteur et nous en met plein les yeux. Quel plaisir de retrouver Gandalf dans ses habits gris, les costumes des nains différents pour chaque compagnon, contribuant à leur identification. Ceux des elfes sont toujours aussi majestueux, simples et pourtant ils font leur effet. Les armes sont toujours aussi soignées et j’ai adoré la qualité des armes elfique que Thorin, Gandalf et Bilbon possèdent.

Les effets spéciaux sont à la hauteur du film, pour ma part, je ne l’ai pas vu en 3D, mais j’ai adoré la texture de Smaug que l’on voit à la toute fin. De même que les Aigles qui viennent secourir les nains, ils sont même plus beaux que ceux réalisés lors du Seigneur des anneaux. Que dire des géants de pierre qui se battent en pleine tempête de neige ? Ils sont époustouflants, j’ai réellement adoré cette scène. Gollum est plus réussi que celui du Seigneur des anneaux, je le trouve plus vivant, plus réaliste, le fait qu’Andy Serkis ait pu interagir directement avec les acteurs doit être une des raisons.

Autre point non négligeable, la musique. Quel pur enchantement que d’entendre Howard Shore. Il reprend avec brio certains passages composés pour la trilogie du Seigneur des anneaux, mais il ne se contente pas de les retravailler, il les recompose entièrement, leur offrant une nouvelle identité. Une identité propre pour ce film, c’est réellement un très bon compositeur et je dois dire que Misty Mountains est une chanson formidable, la voix de Richard Armitage est très belle. Il a su mettre en musique la Terre du Milieu tout comme Jackson a su mettre les images. La chanson du générique de fil, Song of the Lonely Mountain reprend la chanson des nains (Misty Mountains) et la sublime. Old friends, The adventure begins, An ancient ennemy, Warg-scouts, The white council,… toute la bande originale doit être écoutée !

Et pour terminer cette longue chronique, je vais tenter d’être brève sur le casting, mais il y a tellement à dire ! Quelle joie de retrouver des veilles figures, on a même l’impression qu’ils n’ont pas vieillis ! Cate Blanchett, Ian McKellen, Christopher Lee, Ian Holm, Hugo Weaving et Elijah Wood, c’était super de les revoir, ils sont toujours autant talentueux et incroyablement parfaits pour leurs rôles. On sourit même quand on les voit passer à l’écran.

Quant aux nouveaux personnages, les comédiens sont très bien choisis, personnellement, je n’ai rien à redire. Quel choix judicieux en ce qui concerne l’interprète de Thorin, Richard Armitage est vraiment super, il n’est pas sans nous rappeler un certain Aragorn, mais je le trouve néanmoins très différent. C’est un personnage intéressant et l’acteur est vraiment à la bonne place. Et mention spéciale pour l’incroyable talent de Martin Freeman pour incarner Bilbon ! Je ne connaissais que de nom, mais il est si bien choisi. Je comprends mieux pourquoi Jackson tenait tant à ce que le rôle lui revienne, il est Bilbon. C’est certainement avec Thorin, mon personnage préféré, voire le numéro 1. Un côté sage, malicieux, intelligent, un peu gaffeur, ce n’est ni un aventurier, ni un guerrier et encore moins un cambrioleur, mais c’est un protagoniste touchant et drôle.

Quant aux nains, même s’il demeure difficile de tous les retenir, certains sortent déjà du lot, comme Bofur, Kili et Fili ou Balin. On repère facilement Gloin, le père de Gimli, de par leur très grande ressemblance ! Du fait qu’ils soient très nombreux, il est dur de se remémorer leurs noms, néanmoins, je ne désespère pas de tous les retenir d’ici 2014 (date de sortie du dernier volet). Cependant, je trouve qu’ils sont très bien individualisés, du moins de par le physique, ce qui me permettra de mieux retenir les noms ! De plus, les comédiens sont très bien dans leur rôle, ils forment une drôle de compagnie. En résumé, on ne peut qu’applaudir le casting.


La Désolation de Smaug

On poursuit la quête de Thorin et de sa compagnie, je n’ai rien à redire sur la fidélité aux textes, les grands événements sont présents. J’apprécie les prises de libertés de Peter Jackson, elles ajoutent un effet de surprise. Je pense à Tauriel, mais également au fait que certains nains restent auprès de Barde. Ces prises de liberté complètent également le film – notamment toutes les scènes avec Gandalf qui sont des ajouts en concertation avec les appendices de Tolkien. Certains seront peut-être dérangés par ces idées, je les trouve bien orchestrées au final.

Il se passe tellement de choses dans ce film. La rencontre avec Beorn, j’adore ce personnage, nous avons une courte scène, mais elle m’a beaucoup plu. J’aime l’esthétique du protagoniste, le changement d’ours et homme est réussi et j’ai hâte de le revoir dans l’opus suivant. La forêt de Mirkwood est splendide, entre beauté et effroi. C’est une très belle forêt rongée par le mal, on ressent l’influence du Nécromancien sur cette zone, ça donne presque un côté triste. C’est l’un de mes passages préférés avec notre compagnie perdue, délirant presque, jusqu’au moment où les araignées arrivent. Elles sont très belles pour des créatures formées par ordinateur, elles sont proches du rendu d’Arachne dans le troisième volet du Seigneur des anneaux. Étant arachnophobe, je ne vais pas vous mentir en vous disant que j’ai adoré ce passage, néanmoins, je suis fan du courage de Bilbon.

C’est dans la forêt de Mirkwood que nous retrouvons une vieille connaissance, Legolas. Ce dernier est plutôt sympathique, j’adore son rôle dans cette histoire et ses scènes de combats sont plutôt classes. Mention spéciale pour Tauriel, jouée par Evangeline Lilly, une elfe totalement inventée pour le film, mais elle s’intègre très bien dans l’univers. Elle est courageuse, elle s’inquiète pour l’avenir de la Terre du Milieu, j’aime sa personnalité et l’interprétation d’Evangeline rend le personnage attachant. Autre nouveau protagoniste de la trilogie, Thranduil, le roi des elfes et père de Legolas, joué par Lee Pace. Charismatique, bien interprété, on l’avait vu vite fait dans le premier volet et celui-ci permet d’en apprécier toute la personnalité.

Le moment le plus attendu était cette célèbre scène avec les tonneaux, je ne suis pas déçue, elle est grandiose. Entre la chute elle-même, les orcs chassant les nains, les elfes qui arrivent également pour reprendre leurs prisonniers… Autant dire qu’on est très loin de s’ennuyer durant cette scène. En nous approchant de Lacville, nous faisons la rencontre d’un nouveau personnage, celui de Barde l’Archer. Un protagoniste très intéressant, riche et important par la suite, joué par Luke Evans. Je l’avais déjà vu dans les Trois Mousquetaires et son interprétation d’Aramis m’avait plu, mais le rôle de Barde est fait pour lui, il est investi.

Les passages avec Gandalf et Dol Guldur sont très intéressants, ils permettent de raccorder la trilogie le Hobbit avec celle du Seigneur des Anneaux. Dans le livre, on apprend seulement à la fin et en trois lignes que notre magicien s’occupait du Nécromancien. Je suis très contente de pouvoir réellement voir ces scènes, sombres, de voir ce personnage du Nécromancien qui annonce l’avènement de Sauron. Les effets spéciaux concernant ce passage sont réussis. Ravie de revoir pendant un court instant Radagast, un magicien que j’aime énormément, je le trouve loufoque et attachant.

Je suis fan du rendu de Lacville, c’est une cité sur les eaux qui est juste magnifique à voir. L’architecture me plaît, les personnages que l’on rencontre sont très intéressants, la famille de Barde est attachante, le maire est juste complètement incroyable. Ce dernier est le maître des lieux, il est joué par Stephen Fry qui l’interprète à merveille ! Notre périple s’achève sur la Montagne. Les scènes avec Smaug sont juste extraordinaires, il y a des ajouts, certes, mais je les aime, parce qu’au fond, je rêvais d’une rencontre Thorin et Smaug. Parce que je rêvais de visiter un peu plus cette cité chère à Thorin, les forges sont splendides… Je suis ravie de ces ajouts. Et Smaug ! Quelle classe ce dragon, il est tellement bien fait, le rendu des écailles, celui des yeux, sa manière de cracher du feu, il est réellement effrayant. Ne l’ayant pas vu en VO, je vais avoir du mal à parler de la performance de Benedict Cumberbatch, mais sur les extraits et les bandes-annonces en VO que j’ai pu voir, je reconnais que sa voix donne du cachet au dragon !

Un petit mot sur les personnages principaux, la compagnie de Thorin. Martin Freeman est Bilbon, je n’ai rien à dire dessus, c’est un rôle fait pour cet acteur, il est Bilbon, point ! Ce que j’aime dans cette série c’est la personnalisation des nains qu’il n’y a pas dans le livre, ou très peu. Le livre se concentre sur Thorin, sur Balin, quelques fois certains nains sortent du lot, mais le film permet d’individualiser chaque nain. Et c’est un casting super investi qui se charge d’interpréter avec brio nos chers nains, ils ont tous leur moment de gloire, même si quelques-uns sont mis en avant comme Balin, Dwalin, Fili ou encore Kili. Je garde le meilleur pour la fin, parce que je suis totalement fan, j’aurais bien du mal à parler de lui en toute objectivité, mais il faut reconnaître son talent. Je parle évidemment de Richard Armitage. Tout comme pour Martin Freeman, l’acteur est Thorin, c’est un rôle qu’il interprète avec brio, il est investi, juste et extraordinaire. J’adore.


La bataille des cinq armées

Un troisième volet extraordinaire, j’avais sacrément peur de la bataille finale, parce que moi « pan-pan-boum », ça m’ennuie très vite. J’avais déjà décroché sur le Seigneur des anneaux à cause des nombreuses batailles, je préférais d’ailleurs La communauté de l’anneau aux deux autres volets. Ainsi cette Bataille des cinq armées restera gravée dans ma mémoire, le film est fort en émotion, riche en événements – j’aurais presque aimé qu’il dure plus longtemps pour plusieurs raisons. Comme je ne veux rien gâcher, je n’expliquerais pas pourquoi, ce serait du spoiler total – et d'ailleurs, la version longue apporte de très belles scènes supplémentaires pas piquée des hannetons.

L’histoire suit fidèlement le récit de Tolkien, je n’ai pas à me plaindre du côté adaptation, c’est réussi. Ce n’est pas parfait, on ne va pas se mentir, mais personnellement, je n’ai pas tiqué, tout s’imbriquait. Et même en connaissant l’histoire, j’ai apprécié la liberté de Peter Jackson, car finalement, j’ai su être surprise et je me suis sentie transportée du début à la fin du film… à tel point que je n’ai pas vu ces deux heures passer. Il y a de l’action, de l’émotion, de la romance, de l’amitié, c’est très riche et je suis restée émerveillée par l’histoire. Tolkien a quand même fait fort avec cette fin, avec ce dénouement de bataille.

L’image demeure époustouflante, la qualité des couleurs, des textures sont formidables ; les scènes de batailles sont fluides, les ambiances sont maîtrisées, c’est beau à voir. Ce dernier voyage en Terre du Milieu est splendide, ce sont de très beaux décors. Les costumes sont toujours aussi magnifiques, l’armure de Thorin est classe ; les créatures sont bien modélisées, Smaug est très effrayant – ce début de film est une ouverture de dingue – même si elle est aussi rapide qu’elle fut écrite dans le roman. La bande originale est magistrale, je redis la même chose pour chacun de ces trois films, mais ils ont chacun une empreinte, une histoire… et toutes les musiques de ce dernier opus sont merveilleuses, je ne parlerais même pas de The last goodbye de Billy Boyd, très touchante. Elle conclut d’une très belle manière cette trilogie.

Il y a tellement de choses marquantes pour ce dernier volet, l’attaque de Lacville par Smaug, la folie de Thorin dévoré par l’or, Bilbon qui s’affirme de plus en plus quitte à se défaire de Gandalf, les elfes, le nécromancien… Cette bataille des cinq armées véhicule de sacrés messages et des idées très intéressantes sur la vie, la mort, l’amitié, le courage, le voyage. J’ai retrouvé avec plaisir des éléments du premier film mêlés au second pour un faire un final explosif et intense. L’aspect conte tel que l’avait pensé Tolkien se retrouve dans la trilogie, le Hobbit restera mon histoire favorite que cela soit en films ou en livre.

Le casting est au top. Martin Freeman est Bilbon, je n’arrive pas à l’expliquer clairement, mais je ne parviens pas à imaginer un autre acteur pour ce hobbit. Il l’incarne. Il est aussi drôle que grave, son personnage aura connu une belle évolution. Je crois que je dois applaudir Richard Armitage, je suis restée scotchée devant Thorin, cette folie passe très bien à l’écran, l’espèce de dédoublement de personnalité est fou. Thorin est certainement un magnifique protagoniste, mémorable, et l’acteur y est pour beaucoup. J’ai adoré revoir Elrond et Galadriel pour sauver Gandalf, quelle scène terriblement prenante que celle où notre chère elfe se met en mode traumatisante. Alfrid m’aura fait mourir de rire, Ryan Gage est super fort tout comme Luke Evans, il fait un Bard très courageux et dévoué à sa famille, j’ai adoré son jeu. Les autres membres de la compagnie sont réellement investis par leurs rôles, je pense notamment à Dwalin (Graham McTavish) et Balin (Ken Stott), préoccupés par Thorin, ou encore Kili (Aidan Turner) et Fili (Dean O'Gorman). Viennent ensuite nos trois elfes de Mirkwood. Thranduil m’a particulièrement enchantée pour ce dernier volet, ironique, loin de l’image super lisse du cliché elfique, il est différent. J’ai adoré ses apparitions et Lee Pace fait un excellent roi des elfes. Orlando Bloom reprend son costume de Legolas et sincèrement, j’ai bien aimé les scènes où il est présent. Je comprends mieux son personnage, son lien avec Gimli se trouve être encore plus touchant et amusant. Quant à Tauriel, je suis désolée, mais je l’adore. Elle reprend l’empathie d’Arwen avec le côté guerrier d’Eowyn. Je rappelle qu’Arwen ne quasiment à rien dans le livre, c’est Peter Jackson qui lui a donné ce rôle un peu plus présent, sinon elle était d’une passivité incroyable. Du coup, Tauriel tranche avec la passivité elfique, ça fait du bien, Evangeline Lilly est bien dans ce rôle, j’ai adoré ce personnage et ce qui lui arrive est très triste. Elle est touchante cette elfe et j’espère la voir dans la version longue, histoire de mieux comprendre ce qui va lui arriver.

En conclusion, cette trilogie du Hobbit est géniale, mais cela n’engage que moi. Je comprends que beaucoup attendaient un Seigneur des anneaux 2, mais le roman n’a pas été pensé par Tolkien de cette manière. À titre personnel, je suis très contente du rendu final, un SDA 2 m’aurait été ennuyeux, surtout que je n’ai pas franchement adhéré à la forte présence de batailles dans les deux volets du Seigneur des Anneaux. Ce dernier film offre un final magnifique, tout est soigneusement arrangé pour passer un bon moment cinéma. Les personnages, l’image, l’histoire, les objets, l’action, les répliques, les décors, je demeure émerveillée par l’univers. J’ai adoré ce dernier film, il a beaucoup d’atouts et j’ose le dire, je préfère le Hobbit au Seigneur des anneaux, c’est ainsi, j’y suis plus sensible. Je garde un excellent souvenir de cette belle aventure.




Crédits images :
Flaticon * Tipeee * Seriebox * Unsplash (Adrien Aletti) * Peter Hollens, Eurielle et Taylor Davis via YouTube

Merci à toutes celles et à tous ceux qui m'aide : like, commentaires, dons, clipeee, partage ou retweet ici, sur les réseaux sociaux, sur YouTube, sur Etsy ou sur Tipeee. Vous êtes trop cool !

6 Commentaires

  1. Comme toi j'aime beaucoup ces films ! Je les avais tous vus au cinéma, c'était top :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis allée les voir au cinéma et j'ai depuis pu voir les versions longues, tout aussi stylées =)

      Supprimer
  2. Tu tapes dans le mil avec cet article parce que j'ai prévu de publier bientôt un article sur Le Hobbit du livre au film. En plus, je suis en plein dans le visionnage de la trilogie 😊
    J'adooooore la BO des films ! A chaque fois que j'écoute Misty Mountains ou I See fire, j'en ai des frissons...
    J'adore les personnages ! Je suis d'accord, Martin Freeman et Richard Armitage sont supers dans leurs rôles. J'ai réussi à retenir les noms de tous nains, mais ça n'a pas été facile 😅
    En tout cas, ils me font bien rire et ils sont aussi touchants. Je pleure toujours à la fin...
    J'adore la scène avec les tonneaux ! Le manque de respect de Legolas pour les nains me fait tout le temps rire 😂
    Personnellement, je suis fan de la trilogie ! Mais il faut bien avouer qu'il y a énoooooormément de libertés par rapport au livre notamment avec la bataille finale, les présences de Legolas et Tauriel, etc... Même si je peux comprendre que pour certains ces ajouts puissent être dérangeants, je trouve qu'ils permettent de découvrir l'histoire et les personnages plus en profondeur. Les nains ont chacun une vraie personnalité et les scènes sont plus détaillées, ce que je trouve super !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai hâte de voir ton article =) Cette scène avec les tonneaux, elle est tellement extra. Les libertés sont énormes comme avec le Seigneur des anneaux, ils ont changé et adaptés pas mal de choses. Maintenant, y'a des libertés prises qui ne me dérangent pas des masses et celles qui interpellent ^^ Sortir cet article me donne super envie de me replonger dans les films et dans le roman. Merci pour ton retour !

      Supprimer
    2. Je n'ai pas encore lu tous les tomes du Seigneur des anneaux (il me reste le dernier à lire) et en vrai, pour l'instant, je trouve que les libertés ne changent pas forcement l'intrigue pour le moment donc ce n'est pas dérangeant. Mais, avec l'adaptation du Hobbit, l'intrigue change beaucoup plus, ce qui me chiffonne un peu.

      Supprimer
    3. Ah, ouais ? J'avais pas souvenir, à part le fait d'avoir ajouté toutes les aventures de Gandalf (mais elles ont été racontées par Tolkien via des lettres), l'invention de Tauriel ou encore le fait d'avoir ajouté Galadriel, Legolas. Je devrais peut être le relire et regarder film par film pour me faire un avis plus frais =)

      Supprimer