Avis Express - A quoi rêvent les étoiles, Gaspard des profondeurs, La lumière dans les combles ET Plus drôle que toi



À quoi rêvent les étoiles de Manon FARGETTON
Gallimard Jeunesse (On lit plus fort) – 2020 – 400 pages
Contemporain | Théâtre | Relations parents – enfants
Avertissement : deuil, dépression, sang, abandon familial, trouble bipolaire


Titouan ne sort plus de sa chambre. Alix rêve de théâtre. Luce reste inconsolable depuis la mort de son mari. Gabrielle tient trop à sa liberté pour s’attacher. Armand à construit sa vie entière autour de sa fille. Cinq personnages, cinq solitudes que tout sépare. Il suffira pourtant d’un numéro inconnu s’affichant sur un téléphone pour que leurs existences s’entrelacent… « Hasard, destin, alignement de planètes… Appelez ça comme vous voulez, moi j’appelle ça magie ».


Manon Fargetton offre un roman touchant à plus d’un niveau. J’ai adoré les nombreuses références à la terre bretonne, à Saint-Malo ou encore à Rennes – on y sent les bons souvenirs, le vécu… J’ai l’impression qu’il y a une certaine forme d’autobiographie – pas au sens strict, mais des pointes, comme de petites étoiles qui reliées forment une constellation, celle qui compose l’autrice. En ce sens, j’ai apprécié cette lecture.

Les personnages sont très particuliers, tous reliés par de petites choses, de petits événements, de grands bouleversements, des joies de la vie quotidienne ou des déceptions amères. Manon Fargetton a su écrire un roman super intéressant, j’ai adoré suivre la construction de l’histoire, voir les liens se tisser, se renouer, se délier. J’aime beaucoup cette approche entre la magie, le hasard, le destin, les mots sont bien choisis. J’ai beaucoup d’affection pour Luce et Armand, ce seront mes grands chouchous, leur histoire, leur personnalité, leur manière d’être, tout m’a séduite du début à la fin.

L’écriture est soignée, légère et aérienne, elle se laisse lire et appréciée, si bien qu’il est facile d’être capturé dans cette toile et de ne plus lâcher le récit. L’écriture sait aussi se montrer violente, plus cruelle, plus tendue avec des sujets graves et abordés avec justesse. Enfin, la plume sait dévoiler de petites pointes d’humour et d’espoir comme les étoiles dans le ciel nocturne, c’est toujours bienvenu et chouette. J’ai adoré le style d’écriture, c’est élégant, moderne, soigné et touchant ; la variété des thèmes abordés de manière succincte ou plus approfondie a su me toucher, m’interpeller, m’intriguer.

J’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman atypique, une écriture formidable, des personnages touchants et travaillés, une histoire passionnante et bien menée. Je ne suis entièrement conquise par le récit, j’ai détesté Alix du début jusqu’à la fin, je ne suis pas fan de Titouan, même si j’ai beaucoup aimé son histoire. Toutefois, il est captivant.



Gaspard des profondeurs de Yann RAMBAUD
Le livre de Poche Jeunesse – 2016 – 299 pages
Contemporain | Fantastique | Road Trip | Amour (famille, amitié)
Avertissement : maladie et hospitalisation, deuil

Gaspard a treize ans. Gaspard rêve… Il rêve que son père revienne. Car cela fait plusieurs semaines que le père de Gaspard n’est pas rentré à la maison. Alors Gaspard décide de partir, sans en parler à sa mère qui est si triste, en disant seulement à son petit frère : « J’ai décidé d’aller chercher Papa… » Mais Gaspard ne s’en va pas seul. Sur la route, il rencontre un compagnon de voyage pas comme les autres : Honoré, dit Néné, qui devient vite un ami, comme un double-pour-la-vie. Et puis il y a aussi cette autre compagne, cette petite musique au son de laquelle il s’enfonce, chaque nuit, dans un monde parallèle de rêves et de cauchemars. Là, c’est comme un double-de-lui que Gaspard côtoie, avec lequel il va approcher toutes ses peurs, jusqu’à la dernière…

Une très chouette découverte, il me rappelle l’Etrange voyage de Noé Nectar de John Boyne, mais c’est une légère impression, car les deux romans sont très différents au final. De plus, une fois ma lecture terminée, j’avais super envie de découvrir Jessie des Ténèbres qui se déroule dans le même univers. Le roman se lit assez vite et il a des thèmes pas toujours facile, des événements assez tragiques et violents, avec une atmosphère sombre, parfois angoissante.

En vérité, il a une pointe de fantastique dans ce qu’elle a de plus absurde, de plus drôle, de plus merveilleux et dans ce qu’elle a de plus terrifiant, cauchemardesque, dangereux et même mortel. Le monde parallèle était fascinant, intéressant et j’ai beaucoup aimé la frontière entre les deux mondes, le basculement de l’un vers l’autre. De plus, l’idée que le monde réel et parallèle s’affectant mutuellement était passionnante et riche en rebondissement. Ce qui se passe dans le monde parallèle a des conséquences sur le monde réel, ce qui ajoute un sentiment dérangeant où chaque geste compte.

L’histoire était très sympathique à suivre, j’ai adoré le voyage entrepris par Gaspard autant sur le plan physique que psychologique, sa quête de vérité va l’emmener très loin et lui faire faire des rencontres inoubliables. J’ai quelques bémols à soulever comme le fait que le monde parallèle m’aura plus séduite que le monde réel, ou que quelques révélations étaient cousues de fil blanc, ou le final un brin expéditif. Néanmoins, c’est une formidable ode à la vie, un voyage assez poétique, un duo incroyable entre Honoré et Gaspard, un univers parallèle riche en découverte, des choix narratifs audacieux et inattendus. Je ressors de cette lecture conquise.

La plume de Yann Rambaud était très cool à suivre, très soignée et poétique, puis moderne et percutante, descriptions comme dialogues font avancer le récit ainsi que les personnages. J’ai passé un bon moment en suivant Gaspard et Honoré, deux adolescents passionnants, qui se construisent à travers ce récit et à travers leur amitié.



La lumière dans les combles de Sharon CAMERON
Gallimard Jeunesse (On lit plus fort) – 2021 – 512 pages
Historique | Seconde Guerre Mondiale
Avertissement : violences et scènes de tortures, guerre, antisémitisme

Stefania et sa sœur ont un terrible secret : treize juifs se cachent dans leur grenier. Mais bientôt, l’étau nazi se resserre… Comment continuer à avancer…

Je suis super contente d’avoir découvert ce roman, je n’en ressors pas la plus enthousiaste à son propos, mais il m’a permis de découvrir l’histoire de Stefania Podgórska et son histoire. En fait, je retrouve ce qui m’a déjà dérangée avec Hôtel Castellana, quand l’Histoire surpasse l’histoire. D’un point de vue d’historienne, ce roman est fabuleux, il met à l’honneur une figure incroyable dont je n’avais jamais entendu parler. C’est hyper bien renseigné et pour cause, l’autrice travaille avec la famille de Stefania, a retrouvé les 13 juifs cachés ou leur descendance, Helena Podgórska (la petite sœur de Stefania), a rencontré Stefania… Bref, c’est un travail titanesque pour remonter le temps, retrouver toutes ces personnes, retrouver la piste des lieux cités. J’applaudis la démarche, j’admire le travail et j’ai désormais super envie de découvrir les discours de Stefania Podgórska.

Maintenant, je suis plus sceptique sur la forme. 500 pages pour avoir aussi peu, ça fait beaucoup. Pendant plusieurs pages et à répétition, Stefania fait des cauchemars, parle de ses peurs, de ses craintes de voir la Gestapo arriver… une ou deux fois, je peux comprendre, mais le répéter à l’infini, ça finit par casser le rythme. Je sais que l’autrice a travaillé à partir des mémoires, des pages de Stefania et je me dis qu’il aurait été intéressant de faire un roman plus court et percutant PUIS un ouvrage mêlant le journal de Stefania aux recherches de l’autrice, aux témoignages des survivants.

L’histoire est vraiment captivante, j’ai adoré découvrir Stefania, la voir avant la guerre et suivre les conséquences de cette dernière sur sa manière d’être, son envie de justice, son immense respect pour l’humain et la vie. J’ai été captivé par toutes les actions, par tous les sacrifices réalisés pour s’en sortir, pour aider sa sœur Helena et pour sauver 13 vies. Par ailleurs, Helena est une petite fille formidable, du haut de ses 6/8 ans, elle est admirable. Tous les personnages rencontrés sont fascinants, et l’autrice ne cache pas les horreurs comme les belles actions, elle ne cache pas non plus les nuances, c’est un excellent point. J’ai beaucoup d’affection pour Max, soucieux de Stefania, débrouillard et perspicace, il était super attachant.

La plume de l’autrice est super fluide, très jolie et simple, tout en étant précise dans les termes employés ou les langues utilisées, elle a réellement su décrire la Pologne durant cette seconde guerre mondiale. J’ai parfaitement ressenti la tension, les émotions fortes, la peur, la colère, la tristesse, l’envie de vivre et de sortir de cette guerre. En somme, c’est un excellent roman qui souffre d’un étirement en longueur à cause de répétitions, toutefois, j’ai adoré cette découverte poignante.



Plus drôle que toi de Rebecca ELLIOTT
Gallimard Jeunesse (On lit plus fort) – 2021 – 17 €90
Contemporain | Comédie
Avertissement : grossophobie

Voici Haylah, la future star du standup en proie à toutes les turpitudes de l’adolescence… Mon truc, c’est de faire rire les gens. Je ne connais rien de plus satisfaisant – à part peut-être manger du chocolat mais c’est une autre histoire. Ce que je vais vous raconter ici, c’est comment ma vie, cette accumulation de petits désastres et grosses bourdes, a pris un tour inattendu le jour du spectacle du lycée, quand j’ai découvert que cette bombe atomique de Leo Jackson partage ma passion pour le stand-up. Enfin, on la partagerait si on était amis…

Je suis ravie de cette découverte, c’est un roman qui se lit vite, avec des messages intéressants, beaucoup de pep’s et qui conviendra parfaitement aux adolescents. Très clairement, le livre se veut moderne avec une plume bien acérée, beaucoup de rebondissements, une intrigue simple mais efficace. C’est un réel roman de comédie un brin feel-good, qui me fait penser à de bons teenage movies, avec de l’humour, des personnages qui vivent des situations rocambolesques avec pas mal de répliques pétillantes. Il m’a fait passer un super moment.

Parmi les points positifs, j’avoue que le parti pris est original. Notre héroïne principale adore l’humour, elle collecte des situations et répliques pour les détourner et en rire, elle est tellement passionnée par le standup qu’elle lit beaucoup de choses sur le sujet et qu’elle rêve d’en faire son métier. C’est un super concept que j’ai adoré découvrir à travers le roman. D’autant plus que le livre aborde des thèmes que j’ai l’habitude de voir dans les romans adolescents : la famille, l’amour et l’amitié, les différences, l’acceptation de soi et des autres, surtout qu’Haylah est en surpoids, ça implique donc toute une galerie de messages à faire passer et pour lequel l’autrice comme son personnage passe par l’humour.

Haylah est une adolescente imparfaite ce qui fait du bien. Elle est brute de décoffrage, n’a pas sa langue dans poche et aime user et abuser de l’humour. Seulement, elle va découvrir qu’en devançant les autres sur son poids et en utilisant les critiques acerbes pour en faire une force, elle s’enferme inconsciemment. On découvre donc un personnage aussi fort que fragile, aussi admirable que pénible, aussi pétillante que sensible, elle fait des erreurs et sait régler ses problèmes, s’excuser et pardonner. C’est une belle leçon de vie en somme. Haylah a un sens de la répartie explosif et son talent naturel pour l’observation la rend perspicace, elle ne reste pas aveugle longtemps et comprend très vite les choses. Même si sa grande imagination lui fait surinterpréter des éléments, toutefois, cela donne des situations très drôles.

Maintenant, je vais quand même nuancer ces éloges. Je dois admettre qu’il y a des choses un brin dérangeantes. User de l’humour pour traiter du sujet, pourquoi pas ? Mais beaucoup de propos tenus par Haylah sont assez choquants – que ce soit envers elle-même ou envers ses amies. « Chloe, en revanche, est toujours magnifique. Un peu pouffe, peut-être, mais magnifique ». Haylah est surnommée Truie et elle-même reconnaît qu’elle en a pleuré le premier soir avant de finalement adopter ce surnom. C’est ultra malsain, en faisant cela, elle a inconsciemment validé le fait d’être obèse alors que tout le monde s’évertue à lui dire qu’elle est en surpoids. Autre petit point, le standup n’est pas forcément ma tasse de thé en matière d’humour, et j’admets que par moment, je ne comprenais pas toujours ce qu’il y avait de drôle dans le spectacle d’Haylah.


Crédits images :
Livraddict * Flaticon * Tipeee * Unsplash
Merci à toutes celles et à tous ceux qui m'aide : like, commentaires, dons, clipeee, partage ou retweet ici, sur les réseaux sociaux, sur YouTube, sur Etsy ou sur Tipeee. Vous êtes trop cool !

6 Commentaires

  1. Je suis très surprise de voir que tu n'as pas accroché avec Alix ! C'est un personnage que j'ai plutôt bien aimé, même si parfois ses réactions colériques m'ont énervée.
    On se rejoint sur La lumière dans les combles, vraiment un excellent roman, on est totalement immergés dans l'histoire!
    Plus drôle que toi est dans ma PAL, je t'avoue que les premiers retours qui tombent me laissent un peu perplexe (dont ton dernier paragraphe !), mais on verra bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le truc c'est que je suis d'un caractère / tempérament proche de Luna Lovegood ou Norbert Dragonneau, Aerith (FFVII), Tohru Honda, Ophélie de la Passe-Miroir... Du coup, j'ai beaucoup de mal avec les personnalités comme Alix :/ Je te souhaite une bonne découverte de Plus drôle que toi, je pense que j'ai pas l'humour stand up en fait, je suis plus dans l'humour absurde, les jeux de mots ou l'humour noir (Jérémy Ferrari, Arnaud Tsamère, François Rollin, François Pérusse, Roland Magdane, Les Inconnus...).

      Supprimer
  2. J'ai beaucoup entendu parler de A quoi servent les étoiles et je n'ai vu que de bons avis. J'ai vraiment envie de me faire mon propre avis :)
    Plus drôle que toi doit être sympa à lire, mais comme tu le dis, certains propos sont peut-être un peu limite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne découverte si tu te plonges dans A quoi servent les étoiles =) Je suis d'accord avec toi sur Plus drôle que toi, c'est une question de propos limite et d'humour - je ne suis pas fan du stand up, donc forcément, ça joue aussi =)

      Supprimer
  3. A quoi rêvent les étoiles était une bonne découverte ; perso j'ai adoré Alix - mais je comprends qu'elle a un sacré caractère pas facilement abordable...
    Les autres romans ne me tente pas plus que ça 😅

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends totalement (Alix comme pour les autres romans) ^^

      Supprimer