Aria, the Masterpiece (AMANO) ~ Tome 1


Aria, the Masterpiece de Kozue AMANO
Tome 1
Ki-oon – 2020 – 322 pages
Science-fiction | Venise | Contemplatif



Au XXIVe siècle, la planète Mars a été terraformée sur le modèle de Venise. Elle abrite maintenant une magnifique cité bâtie sur les eaux, où les canaux jouent le rôle de routes et les bateliers celui de guides incontournables pour naviguer dans les méandres de cette ville au charme légendaire…
Akari, terrienne d’origine, réalise un rêve d’enfance quand elle débarque à Néo-Venise afin de commencer son apprentissage du métier d’ondine, qui fera d’elle une professionnelle de la gondole. Pour cela, elle entre chez ARIA, une société tenue par… un chat doué d’intelligence ! L’unique employée, la belle et douce Alicia, sera son mentor et sa protectrice dans ce monde dont Akari a tout à apprendre…



Une très belle surprise ! C’est un manga qui ne plaira pas à tout le monde, mais qui a tout ce qu’il faut pour me séduire. Je remercie le site Babelio (Masse Critique) ainsi que les éditions Ki-Oon pour la découverte de ce manga d’une beauté singulière dont il me tarde de lire les prochains volumes.

C’est un manga à l’univers et à l’ambiance incroyable. C’est un titre de science-fiction et pourtant, j’ai parfois eu du mal à le croire tant il a cette veine un brin fantasy. Néo-Venise m’a charmée du début à la fin, j’ai beaucoup aimé l’univers proposé par Kozue Amano, parce que nous avons la parfaite réplique de Venise avec ce doux mélange entre fantasy (magie, folklore japonais avec le royaume des chats) et science-fiction (machines volantes, technologies avancées). L’univers s’étoffe chapitre après chapitre sans se presser, ce qui permet de découvrir les subtilités, de prendre son temps pour savourer les bases auprès d’Akari.

C’est là que le manga ne plaira pas à tout le monde. Il est extrêmement contemplatif, il n’y a pas d’intrigue au sens large – excepté le fil rouge de la formation d’Akari en tant que future Ondine. Ce n’est pas un manga d’aventures et d’actions avec des rebondissements à la pelle et des révélations coup de poing, mais une ode à la lenteur, à la philosophie, aux choses simples et légères qui font du bien, qui nous touchent et nous émerveillent. J’aime cet aspect mélancolique et nostalgique, c’est un manga qui fait du bien, qui est plutôt doudou et charmant avec ses messages bienveillants. Ce manga me rappelle Le maître des livres, Pan’pan Panda, le manga est élégant je trouve.

J’aime ce monde des gondolières appelées les Ondines et découvrir les secrets du métier, de la formation des nouvelles recrues, des maniements des gondoles était super intéressant. C’était d’autant plus captivant que les personnages principaux sont très sympathiques. Akari est une jeune femme qui veut croire en ses rêves, déterminée à devenir Ondine, un brin maladroite, toujours souriante et volontaire, sa formation au sein d’Aria est une expérience professionnelle et humaine. Aika est une autre aspirante ondine qui travaille pour une autre agence, j’ai crû que les ennuis allaient pointer le bout de son nez (économie, concurrence, tout ça), mais pas du tout ! Aika est une femme plus rigoureuse et caractérielle, moins rêveuse et plus pragmatique, mais tout aussi sensible et passionnée par ce monde des Ondines. Aika et Akari partagent une belle amitié sous le regard d’Alicia, le mentor d’Akari. Alicia est géniale, j’adore son calme et gentillesse, sa manière d’être et de former Akari, elle est captivante.

Les personnages sont certes sympathiques, ils n’en restent pas moins mystérieux, je ne sais quasiment rien d’eux ou de leur histoire, en revanche, leur personnalité et leur relation donnent de belles petites tranches de vie narrées dans ce premier tome. L’intrigue nous présente Néo-Venise, sa naissance et ce qu’elle est devenue, nous parle du mystérieux chat qui est le directeur d’Aria, nous avons des moments de fantaisie avec ce royaume des chats ou d’émerveillement avec les fêtes estivales, de belles rencontres ou des découvertes plus piquantes, comme Akatsuki une salamandre et un homme pour le moins déconcertant, bourru et très amusant. J’ai hâte de retrouver tout ce petit monde dans les prochains tomes.

Le texte est de bonne qualité, les répliques correspondent aux différents caractères des personnages, c’est fluide et très agréable à lire, les bulles ne coupent ou ne gênent en rien les illustrations. Le texte n’est pas trop présent, ce qui fait qu’on est pas perdu avec ces nouveaux repères et cet univers. Quant aux illustrations, elles sont magnifiques, je suis un peu sceptique sur l’esthétique du chat directeur d’Aria, toutefois le design le rend encore plus mystérieux à mes yeux. J’ai l’impression que ce chat est plus important qu’il n’y paraît. Les vêtements, les décors ou les objets sont très bien dessinés, je suis fan de Néo-Venise qui est parfaite comme réplique de Venise. J’aime le design des personnages qui fait que l’on ne se perd pas dans l’identification des protagonistes. Les pages couleurs sont très belles. La jaquette du manga est splendide, composition ou encore les couleurs et ses beaux effets de dorure. En somme, c’est un beau manga, un manga tranche de vie et contemplatif idéal pour voyager, s’émerveiller et se poser.



Crédits images :
Livraddict* BDGest* Flaticon* Canva * Unsplash

Merci à toutes celles et à tous ceux qui m'aide : like, commentaires, dons, clipeee, partage ou retweet ici, sur les réseaux sociaux, sur YouTube, sur Etsy ou sur Tipeee. Vous êtes trop cool !

2 Commentaires

  1. Je n'ai pas l'habitude de lire ce genre de chose, mais je dis pourquoi pas :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un manga assez relaxant je trouve ^^

      Supprimer