Avis Express - Olympe de Roquedor, Les orphelins de métal, L'été de tous les possibles ET Mes coups seront mes mots




Olympe de Roquedor de Jean-Philippe ARROU-VIGNOD et François PLACE
Gallimard Jeunesse (On lit plus fort) – 2021 – 304 pages
Historique | Aventure


OLYMPE DE ROQUEDOR EST EN FUITE. On veut la marier contre son gré et s’emparer du domaine dont elle est l’héritière. Traquée par ses ennemis sur les terres hostiles des Loups de l’Azeillan, la jeune rebelle rencontre Décembre, un ancien soldat borgne, et son complice, le timide et mystérieux Oost. Ensemble, ils vont livrer un combat sans merci pour reconquérir le château de Roquedor…


Un roman que j’ai adoré découvrir et même terminé d’une seule traite. Ce roman offre une histoire très sympathique, avec des choix intéressants et un parti pris qui m’a plus d’une fois ravie. Des histoires d’aventure comme celle d’Olympe et de ses compagnons d’infortune, j’aimerais plus souvent en lire !

Ce roman a par moment des côtés « Cape et d’épée » un genre dont je raffole et qui me ramène vers le Capitaine Fracasse ou les Trois mousquetaires. J’ai vraiment adhéré au voyage entrepris par Olympe, par sa fougue et son envie de reprendre le château de son enfance, de devenir une femme libre. Il y a de l’action, des instants de tensions, des vieilles affaires de famille et de sombres secrets, c’est hyper rythmé sans être pour autant sur un rythme affolant. J’ai savouré chaque péripétie et les révélations sont tantôt attendues tantôt surprenantes, pourtant, peu importe la réaction que j’avais, j’étais totalement fan, emportée par le récit. L’histoire m’a séduite dès les premières lignes et je suis restée jusqu’au bout, intriguée, amusée par les détours et les rebondissements. Le final est d’un grandiose et les toutes dernières pages sont touchantes.

Je me suis amusée aux côtés de ces personnages haut en couleurs, passionnants. Bons ou mauvais, ils sont très attachants, amusants, touchants. Olympe est charmante et pétillante, d’une grande intelligence, d’une originalité délicieuse, j’ai beaucoup aimé cette héroïne flamboyante. Oost et Décembre sont eux aussi incroyables, leur personnalité comme leur passé, j’ai appris à les apprécier et à aimer le duo qu’ils forment, atypique et décalé.

Très clairement, quand j’ai lu le livre, j’avais les images en tête. Je me suis vite imaginée les décors, l’atmosphère, les personnages, l’écriture est très visuelle, très cinématographique – à tel point que j’adorerai voir un film ou une série dessus. L’écriture des deux auteurs donnent un récit vibrant, précis, simple et porteur de messages forts, je n’ai pas du tout remarqué de césure, de coupure, je suis bien incapable de dire qui a écrit quoi. Les illustrations ajoutées par François Place sont très jolies, j’avais bien aimé son travail sur Alma (Timothée de Fombelle), une fois de plus, les dessins sont très sympathiques à voir. Le style ne plaira peut-être pas à tout le monde, mais personnellement, j’ai bien aimé. Je conserverai un excellent souvenir des aventures d’Olympe de Roquedor.



Les Orphelins de métal de Padraig KENNY
Lumen – 2019 – 345 pages – 15 €
Automates | Science-Fantasy


« Je sais à présent que j’ai un cœur, parce qu’il est brisé… »
Christopher a beau être orphelin, il fait l’envie de tous ses amis… des amis bien particuliers, puisque ce sont des robots ! C’est que, contrairement à eux, il est ce qu’on appelle un Authentique : un être humain doté d’une âme, une vraie. Apprenti auprès d’un inventeur malhonnête, Absalom, le garçon observe avec consternation les manigances de son mentor, et passe ses soirées à enchanter ses camarades de métal avec les rares souvenirs qui lui restent d’avant – avant l’incendie qui lui a enlevé ses parents. Malheureusement, l’escroc se double d’un menteur… Absalom dissimule depuis des années un étonnant secret !
Quand la vérité éclate par une froide journée enneigée, le destin de Christopher est bouleversé à jamais. Enlevé par de parfaits inconnus, il part – enfin – à la découverte de lui-même. Mais c’est sans compter sur ses compagnons, qui ne l’entendent pas de cette oreille. Parmi eux, Lapoigne, un géant mécanique muet, Manda, petite fille perdue dans un monde qu’elle ne comprend pas, ou encore Rob, qu’Absalom n’a jamais vraiment terminé. Bien décidée à rattraper Christopher, la joyeuse bande se lance à sa poursuite sur les routes à bord d’une camionnette dérobée à leur créateur…


J’ai passé un très chouette moment de lecture avec ce roman, il m’attirait depuis des années et je suis contente de l’avoir récemment sorti de ma PAL. La couverture est sublime, j’adore le style graphique et la maquette rend le livre très sympathique, quoi qu’un peu sommaire. Je pense que le livre aurait pu avoir une maquette encore plus fouillée vu les thèmes employés.

L’histoire est très sympathique à suivre, j’ai beaucoup aimé ces orphelins de métal que l’on va suivre à travers un périple aussi incroyable que dangereux. L’histoire nous propose un voyage physique et psychologique, je comprends parfaitement les allusions au Magicien d’Oz, notamment avec cette idée d’avoir des robots plus humains que certains humains ! Je me suis très vite attachée à ce groupe un poil naïf et totalement drôle, ce qui donne des situations très amusantes, des décalages que j’affectionne particulièrement. J’ai adoré chaque rebondissement, chaque trouvaille pour rythmer le récit qui m’a tenu en haleine du début jusqu’aux dernières lignes.

C’est un récit très intéressant d’un point de vue des messages abordés, on y retrouve la famille, l’amitié, le sens que l’on peut donner à sa vie, ce qui définit l’humain en général, les émotions ou encore les souvenirs. C’est très fort et l’auteur maîtrise très bien les émotions. D’une manière plus générale, le style de Padraig Kenny est très captivant, une belle part de sensibilité, des descriptions justes et fouillées, je ne me suis pas ennuyée et je n’ai pas trouvé de lourdeur. Je serais bien curieuse de découvrir de nouveaux récits par cet auteur.

Durant cette aventure, j’ai eu mes petits chouchous comme Rob et Jack, deux automates très différents. Le premier est très naïf et innocent tandis que le second s’avère plus malin et perspicace. Monsieur Cormier fut une belle surprise, sa personnalité et son histoire sont fascinantes, pareil pour Estelle, j’ai bien aimé sa personnalité ou encore Christopher qui possède une place de choix dans cette histoire.



L’été de tous les possibles de Jennifer NIVEN
Gallimard Jeunesse (On lit plus fort) – 2021 – 464 pages – 18 €
Contemporain | Famille | Amour
Avertissement : certaines scènes avec présence d’alcool – scènes sexuelles – éléments de langage grossier


Ce devait être l’été de sa vie : un road-trip avec sa meilleure amie, quelques flirts et sa première fois. Claudine avait tout prévu… sauf le divorce de ses parents. Traînée par sa mère sur une île perdue, elle s’apprête à passer un mois de juillet déprimant quand elle rencontre Jeremiah Crew. Après tout, quoi de mieux pour se changer les idées qu’un crush de vacances qu’on ne reverra jamais ? Et aucun risque de tomber amoureuse en à peine 35 jours…


Nouveau roman de l’autrice Jennifer Niven, après un très bon « Tous nos jours parfaits » et mon petit chouchou « Les mille visages de notre amour », j’étais super intriguée par ce résumé. D’autant plus que je lis toujours les préfaces, notes, remerciements avant d’entamer une lecture, et en le faisant avant d’entamer le roman, la curiosité a monté d’un cran !

Le récit s’avère très particulier pour l’autrice, je vous laisse le découvrir par vous-même ; en attendant, si ce nouveau titre n’est pas un coup de cœur, il reste très intéressant à lire. C’est le type de roman qui devrait plaire aux adolescents (notamment au lycée) et qui devrait être lu par une grande majorité d’adolescents. Jennifer Niven réussie à aborder des thématiques pas toujours faciles et d’autres typiques de la période adolescente. J’ai beaucoup aimé le traitement lié à l’amour qu’il soit amical, amoureux ou familial, il y a les découvertes, les premières fois, l’amer et le doux. Le tout étant toujours juste, très bien décrit, captivant jusqu’aux dernières lignes, la plume de l’autrice est toujours aussi merveilleuse et travaillée pour partager les émotions et un côté philosophique via les messages qu’elle transmet.

J’ai été très touchée par l’histoire que je trouve passionnante du début à la fin, j’ai beaucoup aimé découvrir les deux personnages principaux ainsi que leur relation, j’ai beaucoup aimé la place et l’importance qu’ont les femmes dans ce récit. J’aurais aimé un peu plus de passages sur le passé de la famille de Claudine, mais c’est un regret totalement personnel. Si j’ai bien aimé le personnage de Jeremiah, j’étais en demi-teinte avec Claudine. J’ai eu beaucoup de mal à m’attacher et à la comprendre, c’était très dur pour moi de la suivre et d’approuver ses agissements, toutefois, elle reste une héroïne très sympathique à découvrir et à voir évoluer. J’ai bien aimé la mère de Claudine, beaucoup moins la meilleure amie de Claudine ou son père. Le petit point noir ce sont les personnages secondaires moins présents ou travaillés que les deux principaux, même si je peux comprendre la raison de cette différence de traitement.



Mes coups seront mes mots d’Ibi ZOBOI et Yussef SALAAM
Gallimard Jeunesse (On lit plus fort) – 2021 – 409 pages
Contemporain | Milieu carcéral | Expression artistique
Avertissement : scènes de violences – éléments de langage grossier


Amal, lycéen noir américain, ne vit que pour le dessin, la peinture et la poésie. Il suffira d’une bagarre. Juste une embrouille entre garçons pour que son existence bascule… et c’est la prison pour un crime qu’il n’a pas commis. Ce n’aurait pas dû être son histoire. Pourra-t-il la changer ? Inspiré de l’histoire de Yusef Salaam, incandescent et vibrant d’énergie, un roman en vers livres comme un direct au cœur.


Une grande surprise que ce roman, il est intégralement écrit avec des vers libres et est inspiré d’une histoire réelle, histoire expliquée en fin d’ouvrage – des pages finales que j’ai lu avant d’entamer le récit et qui donne des informations très intéressantes. À la base, je ne suis pas fan de poésie, c’est même un type de lecture que je fuis parce que je n’ai pas la sensibilité pour en apprécier pleinement le potentiel. Toutefois, le livre a su attiser ma curiosité et je l’ai très vite lu, je reste un peu sur ma faim à cause du final coupé de manière très brutale.

L’histoire se développe à travers les différents poèmes d’Amal, depuis le procès jusqu’au final que je ne vais tout de même pas révéler ici. On revient également sur l’enfance d’Amal ou encore sur cette affaire de bagarre, le point de départ, l’événement qui a changé à jamais la vie d’Amal. L’histoire est très facile à comprendre, on suit une certaine chronologie, on voit les premiers jours d’Amal dans le centre de détention pour mineur. Ce roman permet d’approcher un peu le milieu carcéral, la justice des États-Unis ; le roman permet de mettre en lumière les problèmes (ou encore les failles) de ces milieux et ils sont nombreux ! On ressent les doutes, la peur, la colère d’Amal, le fait qu’il soit perdu – toutefois, c’est un brin flou. Les vers mettent l’accent sur les émotions perçues par Amal, mais ce n’est pas toujours très clair pour moi. Les vers permettent aussi de faire avancer le récit. Cependant, les vers ont des limites et peut-être que les couper avec des passages en prose aurait été un plus pour moi.

Si beaucoup d’éléments sont touchants et d’autres révoltants, j’admets qu’une portion du récit m’a laissée indifférente, par manque de consistance, d’attachement à Amal. Pourtant, le personnage principal est super sympathique, imparfait et très intéressant à suivre. La plume est franche, c’est une écriture coup de poing, qui casse les codes de la poésie et de la narration en général, c’est une plume qui est criante, elle crie la vérité d’Amal. De ce fait, même si je reste sur ma faim, une bonne partie de moi est très enthousiaste à l’idée que ce récit devrait être plus connu et devrait plaire à beaucoup de lecteurs et lectrices.



Crédits images :
Livraddict * Flaticon * Tipeee * Unsplash
Merci à toutes celles et à tous ceux qui m'aide : like, commentaires, dons, clipeee, partage ou retweet ici, sur les réseaux sociaux, sur YouTube, sur Etsy ou sur Tipeee. Vous êtes trop cool !

8 Commentaires

  1. J'avais beaucoup aimé Les Orphelins de métal également ! Je m'attendais à quelque chose d'assez plat et convenu et finalement, c'est une lecture très agréable.
    Mes coups seront mes mots a l'air bien. J'aime beaucoup les romans en vers (Sarah Crossan ♥) donc je me laisserai sûrement tenter si je le vois à la bibli.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce retour, j'espère que tu passeras un super moment avec Mes coups seront mes mots =)

      Supprimer
  2. Pourquoi pas pour les trois premiers, mais c'est clairement Mes coups seront mes mots qui m'interpelle le plus. Dommage pour la fin brutale et le fait que tu ne t'es pas trop attaché au personnage par contre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vaut qu'on s'y intéresse et qu'on le lise, j'ai bien aimé le parti pris et tous les messages qu'il délivre ^^ J'espère que tu auras l'occasion de le lire =)

      Supprimer
  3. Je suis bien contente de lire ton avis positif sur Olympe de Roquedor, car il est dans ma PAL ! J'espère l'aimer autant que toi :)
    Je dois aussi lire Mes coups seront mes mots, mais comme toi j'ai un peu de mal avec les romans en vers :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te souhaite de bonnes lectures avec ces titres, j'ai hâte de connaître ton avis dessus ^^

      Supprimer
  4. Je suis tentée depuis un moment par Les orphelins de métal et ton avis me donne encore plus envie de le découvrir :)
    Je ne savais pas trop quoi penser d'Olympe Roquedor, grâce à toi, maintenant je sais. J'ai très envie de le lire :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te souhaite de belles lectures avec ces deux titres =)

      Supprimer