Les dernières chroniques

11/04/2016

L'invocateur ~ Taran MATHARU ~ Novice







Titre : Novice
Auteur : Taran MATHARU
Tome 1
Série : L'Invocateur
Hachette (Lecture Academy) — 2016
346 pages
18€



Résumé :
Orphelin, Fletcher imagine déjà son avenir tout tracé : une vie dure mais paisible comme forgeron dans un village sans histoire. Jusqu'au jour où il se découvre un talent rare, un talent bien particulier : celui d'invoquer les démons. Accusé d'un crime qu'il n'a pas commis, Fletcher trouve refuge à l'Académie Vocans, sous l'aile du mystérieux capitaine Arcturus. Là, on lui enseigne la magie et la maîtrise d'Ignatius, ce petit démon qu'il a invoqué par erreur, et avec lequel il se lie d'une amitié sans faille. Mais l'apprentissage est rude et la concurrence mortelle : seuls les élèves les plus talentueux deviendront mages-guerriers et dirigeront les armées d'Hominum afin de défendre les frontières sud du pays, où les Orques tentent de faire basculer l'Empire dans le chaos.


Mon avis :
Je tenais tout d'abord à remercier les éditions Hachette pour ce nouveau partenariat, j'étais très curieuse de découvrir ce roman rien qu'en lisant son résumé. Démons, magie, académie, orques, guerre... il ne m'en fallait pas plus pour me pousser à découvrir ce premier tome qui s'avère après coup intéressant et très sympathique. La couverture est super belle, le texte en argent brillant donne du cachet à l'ensemble, il me manque juste une petite carte, histoire de savoir où nous sommes et où se trouve le front ou les différents lieux cités.

J'ai eu un récit pas si classique que ça en matière de Fantasy. Bien sûr qu'il y a des éléments déjà vu, mais j'estime que l'auteur a très vite su tirer son épingle du jeu. Déjà parce qu'il maîtrise son univers, Taran Matharu a fait des recherches pour construire ce monde, pour s'éloigner des codes habituels et proposer sa version de la fantasy. Ainsi la lecture se révèle intéressante et originale par bien des niveaux ; de plus, j'ai été loin de ressentir un effet négatif sur ce premier opus, j'entends par là qu'il n'est pas introductif, il sait proposer une intrigue propre et un final très percutant. Un cliffangher attendu pour ma part, mais je ne pensais pas qu'il arriverait aussi tôt dans l'aventure. Belle surprise !

La mythologie est fournie pour un premier tome, chaque élément est à sa place et semble être là depuis des années. L'empire Hominum est bien présenté dans les descriptions, on a une part d'histoire avec les alliances elfiques, avec les guerres contre les Orques. On a un aperçu sur la situation des nains, exploités et abaissés ; on comprend vite l'importance des mages-guerriers, cette caste capable d'user de magie et d'invoquer des démons. Ces derniers sont fascinants, il en existe divers types, ils sont liés à leur mage, ils viennent de l'éther... bref, impossible de s'ennuyer tant l'univers est riche et palpitant. Je suis émerveillée par toutes ces notions et tous ces concepts réinventés par l'auteur pour les incorporer facilement à son histoire.

Même les peuples se révèlent passionnants. L'auteur nous présente des Orques plus complexes qu'au premier abord, l'Orque albinos reste un mystère, ils paraissent très calés en magie et en invocation. J'ai hâte de pouvoir en apprendre plus, pareil pour les Elfes, loin d'être parfait ou paisible. Dans ce tome, Fletcher, grâce à son amitié pour Othello, nous présente la civilisation des nains. Un peuple, qui à mon sens, s'éloigne des bourrins montagnards miniers. C'est un peuple opprimé et malmené injustement, raffiné et très sympathique. Le roman n'est pas sans défauts, rassurez-vous : de petites facilités, des personnages encore à travailler, un style perfectible même s'il est déjà soigné, une carte, un léger manque de tension qui n'arrive qu'avec la préparation des épreuves de fin de roman. Toutefois, les défauts peuvent largement se corriger par la suite, j'en suis convaincue.

Autre point très positif, l'intrigue. Elle oscille entre simplicité et complexité. Fletcher et ses amis plébéiens prennent cher, à cause des familles nobles plus avancées qu'eux en matière de magie. Fletcher se fait rattraper par son passé, l'Inquisition me semble douteuse, comme les pinkertons. Il y a très peu de raccourcis ou de simplisme, juste une intrigue bien menée, agréable à suivre et surprenante sur plusieurs rebondissements ou révélations. D'ailleurs, je suis curieuse de savoir ce que l'avenir va réserver à tous ces personnages rencontrés. Taran Matharu possède une plume très fluide, de bonnes descriptions, de bons dialogues, les répliques sont très soignées et pourront paraître peu crédibles pour des adolescents... Néanmoins, je suis contente de ce parti pris, je n'aurais pas aimé avoir des héros avec un style trop simpliste et moderne, ne correspondant pas avec l'univers. Et puis tous les adolescents ne jurent pas comme des charretiers en parlant dans un registre contemporain.

Je terminerai cet avis avec les personnages. J'en ai beaucoup sur lesquels je patienterai le second tome, histoire d'en avoir une meilleure idée, comme Sylva ou Seraph. Les jumeaux Tarquin et Isadora sont ignobles, tout comme Rook ; j'ai bien aimé Fletcher, c'est un bon personnage principal, qui apprend vite, intelligent et malin, touchant et courageux. Il est un peu insouciant face au danger, mais c'est ce qui fait tout son charme, il connaît donc une belle évolution. En revanche, mon adoration totale revient à Othello, le nain. Déjà il force mon respect, parce qu'il cherche à s'intégrer sans violence, parce qu'il est réfléchi et déterminé, sage et bienveillant, ouvert et drôle.

En conclusion, c'est une série que je vais surveiller de très près, rien qu'à lire toute cette chronique assez longue au final ! C'est un petit coup de coeur qui ne demande qu'à être confirmé avec la suite. Les personnages savent se rendre attachants et à sa place, qu'ils soient bons ou mauvais. De plus, l'intrigue comme la plume de l'auteur sont fluides, agréables à lire, prenantes. Je suis restée émerveillée par cette belle découverte, par cet univers intéressant et par l'intrigue captivante au fil des chapitres.


Aucun commentaire:

Ajouter un commentaire