Les dernières chroniques

26/08/2016

Album ~ Chhht ! (GRINDLEY) + Fanfantôme (SJÖSTRAND) + Gustave est un arbre (BABIN / TALLEC)

Titre : Chhht !
Titre VO : Shhh !
Auteur : Sally GRINDLEY
Illustrateur : Peter UTTON
L'école des loisirs (collection Pastel) — 1991
28 pages — 13€
Thèmes : Bruits et cris — Géant — Livre animé — Peur
Âge : 3 à 5 ans


Résumé :
Chut ! C'est à pas de velours que les petits doivent avancer au fil des pages de cet ouvrage pour ne pas réveiller le géant ! Dès la couverture, les impressionnantes perspectives des illustrations de Peter Utton plongent l'enfant dans l'univers d'un château habité par un colosse effrayant dont nul ne sait de quoi il est capable si on le réveille...


 
Mon avis :
Un album fortement sympathique qui appelle à jouer avec les intonations et avec le public, il est doté d'un caractère plutôt ludique. Je le recommande vraiment pour s'amuser avec des enfants, il est même indispensable !

L'histoire, le lecteur ou celui qui se la fait lire en est le héros. C'est simple, nous sommes le héros de l'intrigue et quelqu'un nous conseille de ne pas faire trop de bruit au risque d'éveiller la méfiance des habitants de ce curieux château. Ces derniers iront immédiatement prévenir leur maître : le géant. On avance dans le récit tout doucement, chaque double page est un pas de plus à l'intérieur des lieux et l'on y fait de drôles de rencontres : chat, épouse du géant, poule, souris... Ce que j'ai énormément apprécié c'est l'idée d'utiliser la quatrième de couverture pour clôturer le récit, c'est très intelligent et amusant !

En parlant de divertissement, le jeu prend une grande place. Les textes commencent sur une page et se finissent sur l'autre page, il nous faut sans cesse tourner les pages pour connaître la suite. C'est un excellent moyen de pousser le lecteur à poursuivre son avancée. Le jeu se crée grâce à l'interpellation du narrateur notamment avec l'emploi du « tu » et les consignes qu'il nous indique. En dernier lieu, nous sommes conviés à vérifier que les habitants restent figés dans leur occupation, on ouvre alors une porte, une fenêtre, une trappe prédécoupée dans les pages.

Le texte est de bonne qualité, il est simple, fluide, amusant, il parle directement aux enfants, il nous interpelle et nous interroge. Il permet de s'impliquer dans l'histoire, grâce à ces jeux d'ouverture ou de conseils. Personnellement, j'adore le concept, les mots employés sont bons, la lecture est très agréable, je me suis beaucoup amusée avec cet album.

En dernier lieu, les illustrations. Elles sont vraiment belles, il y a ce petit côté aquarelle très appréciable parce qu'il implique une petite part d'imagination et de rêve à travers le fabuleux travail sur la couleur. Peter Utton joue également avec la perspective afin de nous rendre le château du géant impressionnant et effrayant. Les lieux, personnages et animaux sont bien esquissés, on les reconnaît au premier coup d'oeil, on se les imagine, je suis fan du jeu des textures comme pour les plumes par exemple. Les objets ont un beau rendu, les bocaux où sont amassés les papillons, le jeu d'échec ou le crâne à l'entrée nous donnent une ambiance singulière. Le jeu autour des ombres et des lumières est très appréciable et donne encore plus de relief aux perspectives par exemple.

En somme, c'est un bel album. Il plaira aux grands comme aux petits, il est idéal pour une lecture publique, car il permet un jeu sur les voix, les intonations. Il s'amuse avec le lecteur en le plaçant en tant que héros de l'histoire, celle-ci est amusante, effrayante et pleine de rencontres. Le texte est soigné et les illustrations sont très jolies, elles complètent parfaitement le travail de Sally Grindley. C'est un album que je recommande vivement !



Titre : Fanfantôme
Auteur : Charlotte SJÖSTRAND
L'école des loisirs — 2011 — 26 pages — 11€50
Thème : Fantôme — Vie quotidienne
Âge : A partir de 3 ans


Résumé :
Que se passe-t-il quand un petit Fanfantôme a envie de faire pipi et tarde trop à aller aux toilettes ? Il fait une vilaine tache sur son drap blanc. D’abord, il a honte, il a envie de mentir, et il cache sa tache. Mais Fantômama veille à tout. Allez hop ! A la lessive ! Dans la machine à laver, Fanfantôme s’amuse comme dans un manège, à tourner, à s’essorer… Et maintenant, sur la corde à linge ! Que se passe-t-il quand un Fanfantôme tout propre rencontre une mignonne petite culotte sur une corde ?


Mon avis :
Un album qui ne me restera pas forcément gravé en mémoire, mais qui possède un certain charme. En tout cas, j'ai bien aimé cette lecture, les enfants en seront ravis !

L'histoire nous conduit dans la demeure d'une famille de fantôme, l'enfant fantôme se salit sans le faire exprès. S'enchaîne alors tout un processus de nettoyage et de séchage très mignon parce qu'il renvoie au thème de la propreté si cher aux parents. Fanfantôme fait aussi une belle rencontre, une petite culotte, déjà en train de sécher et, avec qui il va vivre une folle aventure ! L'histoire séduira plus facilement les enfants que les adultes, mais j'ai trouvé qu'elle était bien menée et drôle. La petite culotte est très très amusante, j'ai bien ri avec ses répliques et ses expressions bien retranscrites sur le dessin. C'est un personnage très attachant, tout comme l'est Fanfantôme. Les deux forment une paire étonnante, quitte à se resalir après leur promenade dans le jardin où ils séchaient tranquillement. Qu'à cela ne tienne ! La machine à laver est toujours présente, donc on peut y refaire un tour. L'humour est présent de manière simple et efficace, soigné et élégant. J'apprécie cette finesse, malgré une histoire simple et courte, on ne s'ennuie pas.

L'apprentissage de la propreté se fait par étape et cet album l'illustre avec merveille et dédramatisation. L'aspect de Fanfantôme rappelle plus un doudou qu'un être humain, et l'on pourrait rapprocher cette idée de nettoyage à la machine à laver avec les doudous qu'il faut laver. Le fait que notre héros s'amuse autant dans cette phase de nettoyage aide les petits à relativiser la perte temporaire de leur doudou. En tout cas, les messages passés sont bien exprimés dans cet album et je l'apprécie pour cette partie.

Le format est de taille raisonnable, maniable, aisée pour une lecture en solitaire ou avec un public. Les images sont très présentes, à chaque page même, et les textes sont courts. Le style de l'auteure est fluide et très simple. Adapté pour une lecture détente et pour être lu facilement. Le vocabulaire est soigné et une petite pointe d'humour se retrouve un peu partout. C'est un bel album, bien présenté et aéré.

Les dessins sont également signés de la main de Charlotte Sjöstrand, ils sont mignons et craquants ! Ce petit Fanfantôme est adorable, très blanc ce qui permet de le repérer facilement dans ce décor gris. Les paysages et les lieux, l'architecture, les objets, tout est gris et dans ses nuances. Il y a une raison à cela, il faut se concentrer sur la blancheur (la propreté) du protagoniste principal, ici Fanfantôme. Ainsi, on le repère vite et l'on suit son évolution rapidement, en un coup d'oeil ! Toutefois, les dessins permettent une identification claire et rapide des lieux et des objets. Les seules couleurs visibles sont le jaune, le bleu et le marron des yeux, le rose des joues. Les traits sont fins, les expressions sont visibles, il est possible de comprendre l'histoire sans même lire le texte.

En conclusion, c'est un album qui ravira les petits, parce qu'il évoque des sujets qui les touchent comme la propreté et les doudous. Les dessins sont mignons et très doux, le texte court et bien accompagné par les illustrations et l'histoire est truffé d'humour, une amitié se construit. C'est un bon moment de lecture que je conseille.



Titre : Gustave est un arbre
Auteur : Claire BABIN
Illustrateur : Olivier TALLEC
Le Baron Perché — 2004 — 28 pages — 8€50
Thème : Nature
Âge : A partir de 4 ans


Résumé :
Gustave est un petit garçon très rêveur. Dans ses rêves, il se métamorphose à sa guise et s'aventure dans des univers très différents. Il apprend alors à connaître la nature au cours d'une exploration originale où chaque sens est en éveil. Il découvre un monde de sensations fortes où se mélangent les couleurs de l'automne, l'odeur de la mousse, le souffle du vent dans les feuilles et les cris des oiseaux dans la nuit... Être un arbre enraciné au coeur de la forêt, c'est vraiment une aventure extraordinaire !


Mon avis :
Ce n'est pas le plus passionnant des albums, c'est celui auquel j'ai le moins accroché jusqu'à maintenant. Cependant, il a quelques bonnes idées intelligentes et bien pensées.

Le format est maniable, la couverture n'est pas souple, mais il permet de faire la lecture, en étant seul ou accompagné. Il est pratique et facilement transportable. Le petit plus, ce sont des explications en fin de livre autour du thème majeur du livre : les arbres. Ces quatre pages ont pour titre « les mots de la forêt » et il permet de mieux appréhender le vocabulaire des arbres et donc celui employé dans cet album.

L'histoire est sympathique. Elle se laisse lire. J'aime beaucoup l'idée que Gustave s'endorme et rêve qu'il soit un arbre, c'est un concept pratique pour sensibiliser les enfants. S'imaginer être un arbre avec tout ce que cela comporte en bien ou en mal, ils auront plus facile pour se sentir visé puisqu'ils se sentiront proches de Gustave.

Gustave en arbre, il nous parle de sa vie dans la forêt, en compagnie d'autres arbres. Il nous parle de ses branches, des feuilles ondulant avec le vent, des lumières changeantes au coucher du soleil. Il nous parle de la nuit, de la pluie. C'est captivant de voir un album naturaliste dans son approche, de vouloir nous faire ressentir la vie en tant qu'arbre.

Le texte est simple, il joue sur la typographie et la taille lorsqu'il évoque des mots de vocabulaire centré sur les arbres : nœuds, racine, écorce, feuille... C'est bien penser comme idée, d'autant plus que le lexique est en fin d'ouvrage pour mieux comprendre. La description occupe une place importante, elle est réussie. Il y a de la poésie dans la manière de décrire les différents moments, la rencontre avec des animaux, le changement de temps ou le basculement vers la nuit. C'est bien écrit et facilement lisible.

Les illustrations sont jolies dans leurs couleurs. Le trait est épuré et simple, il faut surtout se concentrer sur la couleur pour les apprécier. Je suis très fan du travail autour des teintes, nous sommes beaucoup dans les tons chauds ; les rouges, oranges ou jaunes occupent une place déterminante. Les rares tons bleus sont là pour mettre en avant les trois couleurs principales, surtout l'orange (le bleu est la couleur complémentaire de l’orange). Ainsi, ces contrastes attirent obligatoirement notre œil et nous amènent à reconnaître chaque élément cité dans le texte. Le gros atout de l'album c'est l'incrustation. Vous pouvez le faire vous même, des photos sont incrustées dans les dessins. Par exemple, dans les premières pages, le mot écorce est écrit plus gros, si l'on regarde l'écorce de l'arbre sur lequel Gustave est allongé, nous pouvons remarquer qu'il s'agit d'une vraie écorce et non d'un dessin. Cette idée est réellement géniale pour permettre aux enfants de donner un nom à quelque chose.

En conclusion, voici un album sympathique sans être inoubliable. Cependant et j'insiste, même s'il n'entre pas parmi mes préférées, il a d'excellentes idées comme l'incrustation d'éléments réels dans les dessins ou le lexique. Le texte est soigné, poétique et aisément lisible par tous, les illustrations sont un vrai travail de coloriste. J'ai trouvé le concept d'imaginer sa vie en tant qu'arbre instructif et original.

Aucun commentaire:

Ajouter un commentaire