Les dernières chroniques

25/08/2016

Gallimard Jeunesse & Fantasy/Fantastique ~ L'Héritière (SALISBURY) + Lady Helen (GODDMAN)






Titre : L'héritière
Titre VO : The Sin Eater's Daughter
Tome 1
Série : L'héritière
Auteur : Melinda SALISBURY
Gallimard Jeunesse (On lit plus fort) — 2015
327 pages
16€90


 

Résumé :
Twylla, dix-sept ans, est une élue, l’incarnation de la fille du dieu de la vie et de la déesse de la mort. Depuis ses treize ans, elle vit dans le château de Lorture où, bien qu’elle soit promise au prince, elle ne participe pas comme les autres à la vie de la cour. Car Twylla est, en quelque sorte, le bourreau de la reine. Nourrie chaque mois d’un poison mortel contre lequel elle est immunisée, elle exécute les traîtres du royaume. Simplement en les touchant. Ce statut l’afflige au plus haut point - et l’isole cruellement. Alors, quand son nouveau garde, Lief, charmant et rebelle, cherche à se rapprocher d’elle, Twylla se laisse aller aux confidences... et aux sentiments. Mais elle est fiancée au prince, auquel elle se sent liée, et redoute la cruauté de la reine. Tout bascule quand elle apprend que son rôle n’est qu’un mensonge et que la reine a tout inventé pour asseoir son pouvoir... Dans cette intrigue machiavélique aux sombres secrets, Twylla devra trouver sa vérité.
 

Mon avis :
Je tenais tout d'abord à remercier les éditions Gallimard Jeunesse pour ce partenariat, j'ai flashé sur les couleurs de la couvertures, elles sont très jolies et le résumé, malgré son triangle amoureux évident, a su m'interpeller. Après lecture, c'est un bon premier tome, il est entraînant, il possède des rebondissements inattendus, une intrigue passionnante ainsi que toute une mythologie fascinante. Je lirais volontiers la suite dès qu'elle sortira, parce que ce fut une très bonne lecture pour moi.

L'histoire m'a séduite progressivement, elle met du temps à se lancer, mais une fois partie, je me suis retrouvée au cœur d'un univers cachottier et menteur, des péripéties incroyables dans le sens où les retournements de situations en particulier ceux de la fin sont prenants. Nous faisons connaissance avec Twylla, dont le corps empoisonné permet de tuer sur un simple frôlement de peau n'importe qui n'étant pas touché par la grâce divine. Elle doit se marier avec le prince Merek, toute sa destinée semble dessinée d'avance et pourtant, voici qu'arrive Lief et les premiers s'installent. Twylla va apprendre à ses dépens ce qu'est la vie à la cour, ses complots, ses secrets.

C'est prenant et captivant à lire, car c'est avant tout l'histoire d'une jeune femme qui nous interpelle. Elle partage avec le lecteur grâce à l'emploi du « je » ses moindres pensées, ses peines, ses soupçons, comme ses convictions. La voir perdre le monde auquel elle croyait, la voir se remettre en question est intéressant pour le lecteur. Personnellement, j'ai beaucoup aimé ses moments d'introspection, ils sont toujours captivants à lire, notamment pour en apprendre plus sur cet univers fantastique créé par l'auteure.

Twylla est une jeune femme forte et emplie de convictions, elle est le poison contre les traitres, elle fait tout pour plaire à la reine, sa future belle-mère. Elle prie, elle attend son mariage avec Merek. Au début, j'avais du mal avec son personnage, puis finalement, elle se révèle aussi forte que faible, sensible, curieuse, intelligente, j'ai apprécié son personnage au fil des pages. Sa relation avec Merek comme celle la liant à Lief sont prenantes à suivre, c'est un jeu de masques, où les apparences sont trompeuses. Les deux hommes sont intéressants, j'avoue avoir une préférence pour Merek, mais l'un comme l'autre ont leurs qualités et leurs défauts et seul l'événement final met en évidence la véritable personnalité des deux hommes. Le couple royal est fascinant, en particulier la reine, mystérieuse, glaciale, manipulatrice, elle est une femme de pouvoir et le fait bien comprendre. Les protagonistes sont travaillés, passionnants à comprendre et j'espère en apprendre plus sur certains par la suite.

L'univers de l'auteure est vraiment bon. Elle a une plume très agréable à lire, simple et fluide, les mots s'enchaînent facilement et c'est un plaisir à lire. Les lieux sont bien décrits, je me suis facilement imaginée le palais de Twylla, les jardins. La mythologie inventée est géniale, je ne la trouve pas complexe, mais cette histoire de Dévoreuse de Pêchés, avec de la nourriture rattachée à chaque pêché, m'a énormément conquise, c'est absolument passionnant comme idée et j'espère que cet aspect sera plus développé dans la suite. Les dialogues sont bien construits, ils apportent quelque chose au récit, comme la compréhension des personnages et de leur psychologie.

En conclusion, j'ai beaucoup aimé l'univers inventé par l'auteure. La mythologie, les dieux et le mythe de Daunen incarnée, cette affaire de corps empoisonné, le prince Endormi, la Dévoreuse de Pêchés... Beaucoup d'éléments sont à comprendre, mais ils rendent ce monde passionnant. Les personnages sont vivants et fascinants, Twylla grandit au fil des pages, les apparences sont trompeuses dans ce décor parfait, le triangle amoureux est intéressant sans être transcendant. Romance, mystère, fantasy, Melinda Salisbury donne des ingrédients géniaux à son histoire, avec une intrigue des plus captivantes à lire. Une bonne lecture malgré quelques aspects négatifs qui me donne très envie de connaître la suite.








Titre : Le club des mauvais jours
Titre VO : The Dark Days Club
Auteur : Alison GOODMAN
Tome 1
Série : Lady Helen
Gallimard Jeunesse (On lit plus fort) — 2016
576 pages
19€50


 

Résumé :
Londres, avril 1812. Lady Helen Wrexhall s'apprête à faire son entrée dans le monde. Bientôt, elle sera prise dans le tourbillon des bals avec l'espoir de faire un beau mariage. Mais d'étranges faits surviennent qui la plongent soudain dans les ombres de la Régence : une bonne de la maison disparaît, des meurtres sanglants sont commis et Helen fait la connaissance de lord Carlston, un homme à la réputation sulfureuse. Il appartient au Club des mauvais jours, une police secrète chargée de combattre des démons qui ont infiltré toutes les couches de la société. Lady Helen est dotée d'étranges pouvoirs mais acceptera-t-elle de renoncer à une vie faite de privilèges et d'insouciance pour basculer dans un monde terrifiant ?


Mon avis :
Je tenais à remercie les éditions Gallimard Jeunesse pour cette découverte très sympathique. Je compte bien poursuivre cette trilogie parce qu'elle possède de beaux atouts en dépit de quelques petits couacs totalement personnels. J'ai apprécié l'univers et l'atmosphère, c'est un bon pavé riche et intéressant.

L'univers est fantastique. Nous avons des esprits de divers types presque liés aux pêchés capitaux je trouve, ils prennent possession d'humains pour semer la pagaille. Jusque-là, j'étais intriguée et la suite n'a fait que rendre les choses passionnantes et fascinantes. Il y a un club regroupant des Vigilants pour combattre ces démons, ils ont des pouvoirs et des dons pour les aider, des indics et la protection royale. J'ai beaucoup aimé l'univers soigné et riche qu'a su créer l'auteure. On en sait suffisamment pour apprécier ce premier tome, et elle sait garder des secrets pour la suite. J'ai hâte de voir cet univers s'étoffer, la formation d'Helen n'en est qu'à ses débuts et vu le final, le prochain tome risque d'être captivant !

Cet univers dense en matière de fantastique va de pair avec une atmosphère singulière. En raison de son statut d'héritière à marier, Lady Helen flirte entre deux mondes, celui des bas-fonds londoniens et celui des bals de la saison. L'auteure a su, avec brio, mêler horreur, fantasy noire avec rubans, dentelles et romance. Deux mondes qui cohabitent difficilement et pour lesquels, notre héroïne va devoir faire des choix. L'ambiance est parfois oppressante, lourde et violente, je pense aux dons de force, aux scènes des quartiers difficiles de la ville. L'auteure ne nous épargne aucun détail, et pour cause, elle a fait d'importantes recherches.

C'est un très gros atout. Alors, effectivement, ces recherches conduisent à un tout petit défaut, le côté parfois encyclopédique de l'ensemble. Ce roman dépeint avec force détails la période de la Régence : moeurs, histoire, vêtements, société, topographie, art et littérature, sciences... pas un domaine n’est épargné. Ce qui rend l'ensemble très riche, prenant, vivant et soigné. Chaque personnage apporte son histoire, ses connaissances, ses problèmes, ses lieux, son vocabulaire. Je me suis vraiment plongée dans cette époque que je connaissais si peu, ce qui m'a souvent perdue. J'ai jugé certaines descriptions un poil longues. C'est très peu arrivé, donc tout va bien. Sinon, le style d'Alison Goodman est formidable, calme et précis, fluide et captivant ; j'ai beaucoup aimé les dialogues, surtout entre Carlston et Helen.

La romance est pas très nette. C'est encore imprécis et flou, comme beaucoup de mystères lancés dans ce premier tome et qui constituent sans nul doute les futurs fils rouges. Carlston, Selburn, Helen, je ne parviens pas réellement à savoir ce que je veux, ni comprendre comment et pourquoi, même si j'avoue que le duo Carlston et Helen reste surprenant, explosif et tendu, fascinant. J'avoue que Selburn et Helen forment un charmant « couple »... Il n'y a rien de vraiment concret, d'où mes guillemets, mais c'est surtout parce que je trouve Selburn louche. Cependant, je garde mes réserves à son égard pour moi. Quant à Helen, elle a un très fort caractère, parfois un peu trop, mais ce n'est pas tellement ça qui m'a dérangée chez elle. C'est son côté « je veux tout savoir, sans les inconvénients bien sûr », toutefois, elle est très agréable à suivre, forte et sensible, différent. J'ai beaucoup aimé la suivre dans cette aventure et j'ai hâte de retrouver sa malice, son intelligence et sa vivacité d'esprit.

Je n’ai pas du tout apprécié Lady Margaret, Andrew (le frère d'Helen) et l'oncle d'Helen. La première me fait l'effet d'une groupie de Carlston, toutefois bien raide et aigre ; le second est ennuyeux et le troisième juste effrayant. Cette affaire d'Abuseur Suprême me rend très curieuse, les Abuseurs sont intéressants à suivre et à comprendre, Darby est touchante et forte, elle est loyale à Helen. Comme Quinn, j'ai beaucoup aimé ces deux personnages. Les personnages sont formidables, ils sont humains, ils ont leurs qualités et leurs défauts ; j'ai pris plaisir à les découvrir, à les suivre, à les voir interagir avec Helen, je les ai appréciés et détestés.

Je terminerais cet avis avec l'intrigue, simple et prenante. L'histoire comporte de nombreux rebondissements et des découvertes très intéressantes. C'est un premier tome d'introduction et il faut lui laisser du temps pour vous séduire et aborder le fond du problème. Malgré cette lenteur, l'action sait se rendre nerveuse et les bals savent adoucir l'atmosphère. J'ai eu pas mal de surprises, merci Carlston. Je n'ai pas encore parlé de lui, c'est presque indécent de ma part. Parce qu'il a un côté brut de coffre, sauvage et imprévisible. Il m'a souvent surprise, étonnée, touchée et je reste sur ma faim quant à son histoire. Il apparaît froid et distant, pourtant, il semble être plus doux. C'est un très bon protagoniste. Le final est ahurissant, c'est certainement un de mes passages préférés tant il est prenant.

En conclusion, j'ai passé un super moment de lecture. Si l'intrigue prend son temps pour s'installer, tout est bien présent pour d'emblée attiser notre curiosité. L'ambiance est soignée, les deux mondes connaissent un rapprochement inattendu, car les côtés fantasy noire et romance historique se mêlent agréablement. J'ai trouvé le tout original, fascinant, très bien documenté et écrit, troublant et charmant. Avec de super bons personnages et des petits mystères que j'ai hâte de voir résolus. Ce fut une très bonne surprise. Cet avis est très long, mais j'avais besoin de parler de tout ce que le roman nous présente, en espérant avoir une suite aussi brillante.



Aucun commentaire:

Ajouter un commentaire