Les dernières chroniques

30/08/2016

Arsène Lupin ~ Maurice LEBLANC : Les confidences d'Arsène Lupin, Arsène Lupin gentleman cambrioleur, L'aiguille creuse

Titre : Les confidences d'Arsène Lupin
Auteur : Maurice LEBLANC
Tome 7
Série : Arsène Lupin
Le livre de poche - 1974 - 285 pages


Résumé : 
Allô, le service de la Sûreté ? Monsieur l'inspecteur principal Ganimard est-il ici ? Pas avant vingt minutes ? Dommage ! Quand il sera là, vous lui direz ceci de la part de Mme Dugrival... Vous lui direz qu'il vienne chez moi. Il ouvrira la porte de mon armoire à glace, et, cette porte ouverte, il constatera que l'armoire cache une issue qui fait communiquer ma chambre avec deux pièces. Dans l'une d'elles, il y a un homme solidement ligoté. C'est le voleur, l'assassin de Dugrival. Vous ne me croyez pas ? Avertissez Monsieur Ganimard. Il me croira, lui. Ah ! J'oubliais le nom de l'individu... Arsène Lupin !


Mon avis :
J'ai toujours accroché au personnage qu'était Arsène Lupin, j'aimerais énormément lire toutes ses aventures. Ce livre est l'un des trois que je possède et je les dévorais plus jeune, en le relisant aujourd'hui, je confirme le coup de cœur pour ce célèbre gentleman cambrioleur.

Ce recueil de neuf histoires se lit très vite tant nous sommes emportés dedans, la plume de l'auteur y est pour beaucoup. Le style est soigné, fluide et travaillé, on entre facilement dans cet univers singulier qu'a construit Maurice Leblanc. Les descriptions sont lisibles et loin d'être ennuyeuse, l'action est subtile, les répliques savoureuses et ces neuf nouvelles sont un vrai régal pour le lecteur.

Le plaisir de lire vient du style de l'auteur, mais également de la sympathie que nous éprouvons pour Arsène Lupin. C'est un personnage qui a tellement de classe, d'intelligence et de subtilité, on s'y attache facilement et quand on le retrouve des années après, c'est comme retrouver un vieil ami. C'est une personnalité élégante, il vole que des riches, il n'hésite pas à aider ceux qui se trouvent sur son chemin, mais il n'oublie pas sa part de richesse. C'est un voleur intelligent, il ne commet aucun crime, tout est pensé au millimètre près, ses plans sont savoureux à suivre. Ce que j'aime le plus dans ce personnage, c'est sa manière de se moquer gentiment de Ganimard, le chef de la police. Il le raille, déjoue ses pièges, il parvient toujours à s'en sortir, même lorsque Ganimard le pense perdu ! La roublardise de Lupin est ce qui m'enchante le plus, c'est un gentleman cambrioleur, un homme rusé et intelligent, drôle et sympathique, c'est un anti héros détenant une telle classe qu'on ne peut pas le détester.

Les neuf nouvelles sont variées, mais elles permettent à ceux qui ne seraient pas familiers de l'univers d'Arsène Lupin d'apprendre à mieux le connaître. C'est l'ouvrage idéal pour une première entrée : présentation du personnage central, de sa manière de procéder, de ses talents ainsi que du jeu du chat et de la souris qu'il entretient avec Ganimard.

Toutes ces nouvelles mettent en scène des vols d'argents ou d'objets sans qu'aucune goutte de sang de soit versée, sans qu'aucune personne ne soit blessée. Pour éviter de gâcher cette très bonne lecture, je ne parlerais pas de toutes les nouvelles – dans le sens où je n'en ferais pas un résumé avec les points forts ou faibles. En revanche, je peux évoquer mes nouvelles préférées, comme L'écharpe de soie rouge où l'on voit toute la maîtrise de l'auteur pour mettre en scène l'intelligence hors du commun de Lupin. C'est aussi celle que j'adore pour le jeu entre lui et Ganimard, parce que l'un comme l'autre veut être le plus fort, cependant, au final, Lupin a toujours une longueur d'avance. L'autre nouvelle qui m'a beaucoup plu est Edith au Cou de Cygne, pour l'habilité de Lupin, le rebondissement incroyable du final, pour la présence de l'art – un thème qui me touche. Dans cette nouvelle nous retrouvons Ganimard pour mon plus grand plaisir, car le final mérite des rires francs, et parce qu'au bout du compte, l'inspecteur gagne ma sympathie.


En conclusion, c'est un très bon recueil pour s'approprier la série Arsène Lupin. Il présente un personnage extrêmement attachant, classe et habile ; un univers soigné s'animant grâce à une plume travaillée ; nous avons de l'action, des enquêtes, de l'humour, tout ce qui permet de rester accrocher à la lecture durant ces neuf nouvelles intéressantes et sympathiques. Arsène Lupin demeure un héros extraordinaire et inoubliable.



Titre : Arsène Lupin, gentleman cambrioleur
Auteur : Maurice LEBLANC
Tome 1
Série : Arsène Lupin
Hachette - 1996 - 190 pages


Résumé :
Vif, audacieux, impertinent, rossant sans arrêt le commissaire, traînant les cœurs après lui et mettant les rieurs de son côté, se moquant des situations acquises, ridiculisant les bourgeois, portant secours aux faibles, Arsène Lupin, gentleman cambrioleur est un Robin des Bois, de la "Belle Époque". Un Robin des Bois bien français : il ne se prend pas trop au sérieux, ses armes les plus meurtrières sont les traits d'esprit ; ce n'est pas un aristocrate qui vit comme un anarchiste mais un anarchiste qui vit comme un aristocrate. Arsène Lupin, après plus d'un demi-siècle, n'a pas vieilli. Il ne vieillira jamais en dépit de son chapeau haut de forme, de sa cape et de son monocle.


Mon avis :
Un recueil très sympathique de neuf nouvelles nous permettant une fois de plus d'apprécier le personnage sous différentes facettes. Comme pour Les confidences d'Arsène Lupin, quelle joie de retrouver ce voleur atypique !

Les nouvelles sont très intéressantes, certaines se suivent – comme de son arrestation à son évasion de prison en passant par son procès et son incarcération ; d'autres sont présentes pour révéler le génie du personnage, sa manière de se grimer, son côté bon enfant. Quoi qu'il en soit, elles sont courtes et se laissent lire avec le plus grand enthousiasme, on parle souvent d'art et les objets évoqués sont bien souvent très beaux.

Ces neuf nouvelles sont bien écrites, le style est fluide, travaillé, mais l'on ne sent jamais embrouiller. C'est plaisant, on rit devant les tours joués à Lupin à Ganimard, on s'amuse de l'esprit brillant de Lupin, de ses costumes, du fait qu'il s'amuse avec ceux qui osent le défier. C'est bon enfant, il est serviable et poli, il refuse le sang ou les menaces, il préfère s'en sortir avec intelligence et perspicacité. J'adore les pirouettes scénaristiques que l'auteur sème sur son chemin, on ne s'ennuie jamais avec un tel personnage !

Arsène Lupin est un héros atypique, un voleur à l'esprit vif, il manie les mots avec élégance et sait toujours comment s'en tirer. Il attise dès le début la sympathie, on rit devant ses facéties, on se demande très souvent comment il s'y prend et malgré les explications, je demeure ébahie devant tant de soin dans ses plans. Son évasion de prison reste gravée dans ma mémoire. Ses plans sont presque parfaits, car même s'il survient des imprévus, il ne se laisse pas abattre et sait rebondir.

Arsène Lupin est un protagoniste épatant et inoubliable, il ridiculise les plus nobles et n'hésite pas à porter secours aux plus faibles, sans oublier d'être galant auprès des femmes. C'est l'archétype même du gentleman, sauf qu'il a choisi un métier tel que voleur, cependant, le capital sympathie étant tellement fort, on ne peut pas le détester, c'est impossible. Même ses ennemis semblent l'apprécier, même ceux à qui il dérobe des objets de valeurs soulignent le génie de cet homme. La relation Ganimard et Lupin est très forte, ils ne sont pas du même côté et toutefois, l'inspecteur semble respecter Lupin, avouant qu'il est très fort dans sa branche.

Herlock Sholmes en convient lui même, il a trouvé en Lupin un adversaire de taille. Non, vos yeux ne vous jouent pas des tours, Maurice Leblanc a bien inversé des morceaux du nom de Sherlock Holmes pour construire un personnage similaire sans qu'il porte le même nom. Je trouve cette idée tellement géniale, d'autant plus que ce Herlock Sholmes est très fort, il a manqué Lupin de peu, c'est que notre cambrioleur a plus d'un tour dans son sac ! J'espère un jour, pouvoir tomber sur une aventure de Lupin et retrouver ce protagoniste fort intéressant. Le duel entre les deux doit être détonant.

L'ambiance policière est présente, mais elle n'est pas lourde ou omniprésente, c'est en grande partie grâce au style de Maurice Leblanc ainsi qu'au personnage emblématique d'Arsène Lupin. C'est un très bon classique quand on veut s'essayer à ce genre et c'est un très bon livre quand on veut se familiariser avec ce héros. Le personnage est grandiose, ses aventures sont riches et variées, avec des rebondissements et du rire. Je ne me suis pas ennuyée et c'est le principal.




Titre : L'aiguille creuse
Auteur : Maurice LEBLANC
Tome 3
Série : Arsène Lupin
Larousse - 2012 - 271 pages


Résumé :
Lors d'un cambriolage, Raymonde de Saint-Véran tire sur un rôdeur mais son cadavre reste introuvable. Quelques jours plus tard, la jeune femme est enlevée et son corps est retrouvé inanimé, à côté de celui d'Arsène Lupin. Comme par hasard, le document de l'Aiguille creuse disparaît en même temps... Isidore Beautrelet lui ne croit ni à ces faits qui s'enchaînent trop facilement ni à la disparition du cambrioleur. Il décide donc d'enquêter... Vous voici entré dans l'une des aventures les plus exceptionnelles d'Arsène Lupin !


Mon avis :
Un bon tome autour du personnage d'Arsène Lupin. Même si le roman m'a moins emportée que les recueils de nouvelles, j'ai suivi cette enquête avec enthousiasme.

L'histoire est soignée jusqu'à la dernière ligne, les rebondissements suivent des phases d'enquêtes et de réflexion, le rythme est donc maîtrisé avec brio. L'énigme de l'aiguille creuse est assez palpitante d'autant plus qu'elle évoque à plusieurs reprises l'Histoire de France. Néanmoins, pas de dates ou de théories à donner mal au crâne, nous partons juste de documents et d'une aiguille creuse, je me refuse à en dire plus, cela gâcherait le plaisir de chercher la vérité. Le final est réussi, j'ai même été très surprise de la tournure prise par le final, l'auteur a su mener une intrigue ficelée et je me suis rarement ennuyée.

Comme pour les recueils, c'est un plaisir de retrouver Arsène Lupin, notre célèbre gentleman cambrioleur. Doté d'une intelligence extraordinaire, il mène la danse, il nargue la police et s'amuse avec ce jeune Isidore Beautrelet. Ses plans sont calculés au millimètre près, et c'est avec joie que nous suivons le raisonnement particulier du voleur. C'est un héros singulier et atypique que nous offre Maurice Leblanc, on rit avec lui, on s'amuse de sa perspicacité et de ses plans, cependant, cette aventure lui confie une touche plus humaine, plus sensible. Le protagoniste devient donc riche et complexe et même si je lui connais ce pouvoir d'étonner l'entourage, je me laisse encore surprendre.

L'autre protagoniste fort du roman est Isidore Beautrelet. Ganimard est peu présent dans le roman, mais son rôle est tenu par ce jeune homme, très intelligent et aussi redoutable que Lupin lui-même. À tel point que je croyais qu'il s'agissait de la même personne ! Pourtant, Beautrelet est différent de Lupin, il le démontre à de nombreuses reprises quitte à s'attirer des ennuis. Il est attachant, sympathique et l'on prend plaisir à suivre ses pérégrinations, toutefois, je lui préfère Arsène Lupin. Beautrelet est parfois un brin agaçant, et je m'en suis souvent détachée.

La plume de Maurice Leblanc est intacte. Elle est fluide et travaillée de manière à emporter le lecteur dans l'univers d'Arsène Lupin et dans un genre bien précis : le policier. Les descriptions sont fines et appréciables, elles permettent de s'immerger en plein cœur de la France au début du XXe siècle. Les dialogues sont précis, les répliques de Lupin sont géniales, les indices bien distillés, les personnages sont décrits de manière à se les imaginer. Le style de l'auteur est un vrai régal à la lecture.

Les autres personnages sont vus très rarement, comme Raymonde de Saint-Véran, mais cela n'empêche pas le lecteur de s'y attacher. Raymonde est une femme courageuse et volontaire, j'ai beaucoup aimé son rôle dans l'histoire. Nous retrouvons le détective Sholmes, dont j'adore la personnalité, même si ici, elle apparaît moins sympathique et plus sombre. Ganimard est peu présent, mais ses apparitions donnent lieu à des scènes amusantes, surtout en compagnie de Lupin.

En somme, les protagonistes sont humains et travaillés, l'intrigue est véritablement bien orchestrée, car jusqu'à la dernière ligne des rebondissements subsistent. La plume de l'auteur est fluide, elle permet de s'attacher aux personnages, de s'imaginer les lieux, de découvrir davantage sur cette mystérieuse énigme de l'aiguille creuse. J'ai bien aimé ce roman, même s'il ne figure pas parmi mes préférés, il reste un très bon policier.

Aucun commentaire:

Ajouter un commentaire