Les dernières chroniques

24/08/2016

Thriller ~ Tout près du tueur (ROSE) + La danse des obèses (AUDOUIN-MAMIKONIAN)








Titre : Tout près du tueur
Titre VO : You belong to me
Auteur : Karen ROSE
Harlequin — 2013
604 pages


 


Résumé :
Vingt et un ans plus tôt, ils ont été les témoins d’un crime atroce. Aujourd’hui, ils vont payer pour leur silence. Alors qu’elle court, comme tout les matins, dans le parc près de chez elle, le médecin légiste Lucy Trask découvre avec horreur le corps affreusement mutilé d’un homme. Un homme qu’elle a autrefois bien connu, comme l’enquête de la police de Baltimore va vite le révéler. En plaçant le corps à cet endroit, le tueur voulait-il attirer l’attention de Lucy ? Et que signifie la lettre, ou le chiffre, tracé sur le dos de la victime ? La découverte d’un deuxième corps, lui aussi mutilé, plonge Lucy dans l’angoisse et le désarroi. Car cette nouvelle victime, comme la première, vient d’Anderson Ferry, la petite ville où elle a vécu enfant. Qu’est-ce qui la relie à ce tueur violent, sadique, que rien n’arrête, et qui, elle le pressent, se cache dans son entourage? Et parviendra-t-elle, au prix d’une éprouvante plongée dans ses souvenirs les plus sombres, à rassembler les pièces du puzzle macabre qu’il semble vouloir lui proposer ? Pour faire éclater la vérité, et pour survivre, Lucy ne peut compter que sur l’inspecteur Fitzpatrick. Même si ce dernier a visiblement du mal à lui faire confiance. Et même si l’attirance qu’elle ressent pour lui ne fait que la déstabiliser un peu plus…

 
Mon avis :
Je voulais tout d’abord remercier les éditions Harlequin ainsi que le site de Babelio pour l'envoi de ce roman dans la cadre de l’opération Masse critique.

Je ressors de cette lecture avec un avis plus que positif, je conseille aux fans de policier et de thriller, car ils ne seront absolument pas déçus. J’ai passé un très bon moment à me triturer les méninges dans le but de trouver tout comprendre et je dois dire que le titre est amplement réfléchi. Le récit, l’enquête est savamment menée, on suit plusieurs personnages : un détective privé, deux inspecteurs de police de la section des homicides, le tueur et un médecin légiste. Quel que soit le personnage avec lequel nous nous trouvons, les pièces du puzzle sont distillées au compte-gouttes et il faudra s’armer de patience pour tout rassembler.

Chaque point de vue est très bien écrit, on entre dans la peau du ou des personnages grâce aux descriptions et aux dialogues. Le style est fluide, on est rapidement happée dans cette histoire de vengeance partant d’une histoire passée il y a 21 ans et j’ai eu beaucoup de mal à me détacher du récit. Je voulais toujours en apprendre plus. La forme et le style du roman donne un côté très cinématographique, je me suis souvent crue dans une série policière ou dans un film de thriller, ce qui se révèle agréable pour la lecture.

Pour vous prouver à quel point l’auteur s’est compliqué la tâche, vous ne savez même pas ce qui s’est passé il y a 21 ans, j’ai adoré cette idée de posséder l’intégralité de cette obscure affaire page après page, et non dès les premières lignes. Ça change et j’ai trouvé cet angle original. Même les personnages principaux et secondaires sont très minutieusement travaillés, réalistes et intéressants. Tous cachent des histoires, ont leurs défauts et leurs qualités, leurs passés, leurs sombres secrets, et c’est avec enthousiasme que j’ai découvert tous ces détails.

Des personnages, l’auteur a même su trouver un certain charme au tueur. Disons que j’entends par là : ce n’est pas un pourri tout méchant pas beau. C’est un tueur méthodique, froid, qui réclame vengeance, violent, il est certes « méchant », mais il a un mobile compréhensible, on ressent une certaine compassion pour lui et sa vie depuis l’incident d’il y a 21 ans. J’ai adoré les personnages de Stevie et de J.D., les deux inspecteurs, ils forment un beau tandem et sont très intéressants. Lucy Trask, la médecin légiste, me laissait songeuse, comme le tueur lui en veut, on se retient de s’attacher à elle. C’est peine perdue, on finit par s’attacher, même si son comportement m’a plus d’une fois agacée, elle reste un personnage féminin fort et sympathique.

En parlant de détails, ici, ils ont tous leur importance, mais surtout, nous sommes devant des meurtres assez osés. Les âmes sensibles risquent de ne pas apprécier les autopsies ou les découvertes des corps, l’histoire est marquée par des faits horribles. Personnellement, ça ne m’a pas gênée, mais peut-être que d’autres seraient plus réticents. Le récit est bien mené, l’intrigue est palpitante, j'ai rarement eu le temps de m’ennuyer et l’on se prend même au jeu de deviner les petits secrets des uns et des autres ou de comprendre le tout.

L’ambiance est parfaitement bien décrite, les émotions aussi, plusieurs moments sont attendrissants, d’autres émouvants. Ces sentiments laissent place à la tension, au drame, puis à la peur, à l’incompréhension, à la colère. Ce roman offre une belle palette d’émotions qui nous ferait presque oublier le côté « fiction » de l’histoire. De plus, la forme est bien pensée. Chaque chapitre est numéroté sobrement et est découpé selon le jour, le lieu et l’heure, ce qui donne un certain rythme au récit et ne laisse pas place à d’éventuels « indices » cachés derrière un titre de chapitre. Les indices il va falloir les repérer dans les dialogues ou dans les pensées des personnages, ce qui complique la tâche au vu des 600 pages à parcourir. Mais ce qui m’a rendu la lecture si extraordinaire.

L’histoire d’amour entre notre médecin légiste et J.D. ne m’a pas dérangé en soi, mais à bien réfléchir, il est vrai qu’elle est trop rapide à mon goût. Ce n’est qu’un avis personnel et il n’engage que moi. Toutefois, j’ai trouvé qu’elle était secondaire au vu de tout ce qui se passait à côté, bien plus tortueux et intéressant.

En somme, un excellent roman, je suis agréablement surprise par cette lecture d’où je ressors enthousiaste et satisfaite. Le style est maitrisé, l’enquête est bien menée, les personnages sont bien construits, l’imbrication des divers indices est savamment orchestrée… Les amateurs de polar risquent de bien l’apprécier, en tout cas, il m’a conquise.





Titre : La danse des obèses
Auteur : Sophie AUDOUIN-MAMIKONIAN
Robert Laffon — 2008 — 320 pages


Résumé :
Un serial killer qui cuisine (et tue) avec la virtuosité d'un toqué trois étoiles, un suspense macabre aussi raffiné que cruel : tel est le « festin » concocté par une romancière à l'imagination... insatiable.
Dans la même journée, le capitaine Philippe Heart tombe amoureux et se retrouve chargé de l'affaire la plus tordue de sa carrière : une série de meurtres atroces qui ne touchent que... des obèses. Apparemment, aucun rapport entre son histoire d'amour naissante et la disparition de ces cinq hommes. Particulièrement manipulateur et pervers, celui-ci choisit des victimes tout sauf innocentes et sa cruauté n'a d'égale que la minutie de psychopathe avec lesquelles il les met en scène.



Mon avis :
Un thriller divertissant et sympathique que j’ai lu avec impatience et enthousiasme. Les âmes sensibles devraient s’abstenir, car ce livre ne convient pas aux plus jeunes. L’auteur nous emmène loin de son univers de Tara Duncan ou d’Indiana Teller.

J’ai apprécié l’originalité du roman, le serial killer qui est un virtuose de la cuisine assassinant des obèses, j’avoue que je n’avais pas encore eu le privilège de lire un roman là-dessus, à moins que je ne me trompe ? Les mises en scènes des crimes sont macabres et les poèmes laissés par le tueur sont très bons, à s’en tordre les neurones pour les déchiffrer. Honnêtement, la partie thriller, avec l’enquête policière et les indices est très réussie.

L’auteur m’a embarqué dans cette histoire, je suivais les indices et les révélations toujours plus glauques tout en essayant de comprendre qui est le coupable. Les suspects et les faux-coupables sont bien trouvés, jusqu’au bout je pensais que c’était untel, mais finalement non. Pire encore ! A un moment je me suis aperçue que je me suis gourée, j’ai donc crut (avec la mise en scène) que c’en était un autre, et puis re-pof, ce n’était pas bon. Les rebondissements vont de bon train et c’est que j’aime le plus dans ce genre, il est impossible de prévoir la fin. Même si l’on peut deviner dans les derniers chapitres de l’identité, j’ai aimé être aussi surprise par l’écriture.

Ensuite, il est vrai que la fin aurait méritée d’être plus longue, histoire de mieux comprendre le tueur d’une part, mais aussi de mieux apprécier le dénouement et les évènements futurs de nos protagonistes principaux. Néanmoins, je n’ai pas trop à me plaindre vu que ma chronique est quasi positive.

Les personnages sont attachants, crédibles, on suit leurs pensées avec humour ou appréhension. Leurs relations sont tour à tour sympathiques ou complexes, j’ai beaucoup aimé l’humour noir du médecin légiste Harold Point. Les scènes où il pratique des autopsies sont les plus drôles. J’ai une certaine préférence pour le capitaine Heart, un policier mystérieux et attachant, j’ai eu un peu plus du mal avec Elena. Mais une fois que sa personnalité évolue au contact de Heart, j’en suis venue à mieux l’apprécier. Les passés de ces deux amoureux ne sont pas des plus réjouissants et j’ai aimé l’évolution dans leur caractère.

En conclusion, c’est un thriller qui mérite d’être lu, il est divertissant, il se lit rapidement et avec beaucoup d’entrain tant on cherche à connaitre la fin. L’originalité est présente, même les titres de chapitres avec des plats comme une carte de restaurant est bien trouvée, quoique flippante lorsque l’on sait que le tueur est bon cuisinier. On rit, on est touché, emporté par l’enquête, j’ai été très enthousiasmée par cette lecture.

Aucun commentaire:

Ajouter un commentaire