Les dernières chroniques

30/09/2016

Bragelonne ~ Lamentation (SCHOLES), Les manteaux de gloire (DE CASTELL)

Titre : Lamentation
Titre VO : Psalms of Isaak, book 1, Lamentation
Auteur : Ken SCHOLES
Tome 1
Série : Les psaumes d'Isaak
Bragelonne — 2010
471 pages — 22€


Résumé :
La cité de Windwir vient d'être anéantie, et avec elle la Grande Bibliothèque où reposait la mémoire du monde. L'onde de choc de cette catastrophe rompt les équilibres politiques et religieux des Terres Nommées, attise les convoitises, ravive les complots, met à mal les alliances. La guerre est inévitable. Rudolfo le roi tsigane, seigneur des Neuf Maisons Sylvestres, est le premier sur les lieux et recueille dans les ruines un automate de métal. Agité de sanglots et rongé par la culpabilité, celui-ci s'accuse d être à l'origine du drame. Quel est son terrifiant secret ? A-t-il été manipulé ? Qui voulait la destruction de Windwir et pourquoi ? Mais voilà que Neb, un jeune moine orphelin qui a assisté à l'horreur, commence à faire des rêves prophétiques...

Mon avis :
J'avais envie de me plonger un peu plus dans les romans des éditions Bragelonne et en scrutant le catalogue de ma bibliothèque, je me suis penchée sur les Psaumes d'Isaak. Le résumé m'intriguait fortement et la magnifique couverture m'a achevée de l'emprunter ; ce fut une bonne lecture, un super moment de passé avec cet univers.

Ce roman est à la frontière entre sciences et fantasy. Ici, l'univers est clairement fantasy, il y a des références orientales avec la culture tsigane de Rudolfo et asiatique avec les Li Tam. On sent la pointe de médiévale et la magie omniprésente, cependant, il intervient un soupçon de science avec ces serviteurs proches des automates, les mécaserviteurs comme Isaak. Rien que ce mélange des genres procure une lecture enthousiaste et différente de ce que l'on voit habituellement.

L'univers est très minutieux, j'ai adoré parcourir cette carte. L'auteur construit un monde cohérent et soigné, avec des cultures facilement identifiables, un système politique et religieux captivant. Une lutte entre un pape disparu et un pape corrompu, un acte de Bannissement, des peuples liés par des Pactes de Sang, tous les éléments ne sont pas placés par hasard et rendent le monde unique et prenant. J'ai apprécié cette découverte qui mérite le détour.

L'histoire a pour point de départ la destruction d'une ville aux savoirs précieux. Trop pour son propre bien et toute l'intrigue se résume à démasquer le coupable, pas seulement celui qui est évident et qui officie comme pion, mais bel et bien le marionnettiste. La destruction tragique de Windwir plonge les gens dans l'effroi, remet au jour de vieilles affaires et réveille des querelles passées. J'ai beaucoup aimé l'histoire, à la fois simple, mais terriblement prenante à cause de ses rebondissements, des personnages et du rythme imposé par l'auteur. C'est une intrigue qui se veut intéressante, forte et riche grâce à l'univers employé par Scholes.

La plume de l'auteur est soignée, dialogues et descriptions nous plongent totalement dans les Terres Nommées. Paysages, émotions, actions, tout est maîtrisé, même si parfois, j'admets qu'il y avait des couacs. Des longueurs, des passages pas toujours très passionnants ou utiles. En revanche, l'auteur a su arrêter son premier tome pour susciter l'intérêt, on veut des réponses, mais il va falloir patienter au tome suivant. Ce premier opus n'est pas qu'une simple et lente introduction, il possède une intrigue propre et un rythme certain. Un rythme assuré par la différence des points de vue proposés : Vlad Li Tam et l'une de ses nombreuses filles Jin Li Tam, Rudolfo, Neb, Pétronus, Résolu, Sethbert... le récit paraîtra hachuré pour certains, personnellement, j'ai apprécié connaître les états d'âme et les pensées de ces personnages.

Ceux-ci sont clairement importants, bien présentés et exploités, même les protagonistes secondaires sont intéressants. Tout est soigné et ils se montrent très vite attachant et humain, on suit leurs pérégrinations avec envie. Rudolfo est le seigneur des Neuf Maisons Sylvestres et il m'a séduite dès le départ, fier et courageux, fragile et résolu, bienveillant et perspicace. C'est un héros fascinant. Au même titre que Jin, cette jeune femme est loin d'être une demoiselle en détresse et connaît une très belle évolution. Elle est partagée entre son devoir et son amour, j'ai adoré sa personnalité combattive ainsi que les choix qu'elle prenait. J'ai été secrètement admirative du génie très dérangeant de Vlad ; Pétronus et Sethbert se révèlent très intéressants à suivre. Mon coup de coeur revient à ce cher Isaak, captivant et sympathique à voir. Neb m'a été sympathique, sans plus de raison, il a pourtant une histoire qui promet d'être prenante par la suite.

En conclusion, ce premier tome est une très belle surprise. Je ne pensais pas apprécier autant l'univers, ses personnages et cette histoire. Tout est soigné, il y a de belles trouvailles, comme ce réemploi très implicite au mythe d'Atlantide. Nous nageons dans un monde sombre, ébranlé et au coeur d'un carrefour de changements cruciaux. Il y a de belles émotions, une très belle plume fluide et agréable à lire, du rythme et une intrigue captivante à découvrir chapitre après chapitre. J'ai passé un super moment et lirais sans aucun doute le second.



Titre : Les Manteaux de Gloire
Titre VO : Greatcoats, Traitor's Blade
Auteur : Sebastien DE CASTELL
Tome 1
Série : Les Manteaux de Gloire
Bragelonne — 2015
384 pages
20€


Résumé :
Le roi est mort, les Manteaux de gloire, sa fidèle caste, ont été séparés. Falcio Val Mond et ses amis Kest et Brasti sont réduits à travailler comme gardes du corps pour un noble qui refuse de les payer. Il y a plus grave : une conspiration royale se trame dans la cité la plus corrompue du monde et menace tout ce pourquoi Falcio, Kest et Brasti se sont battus. S'ils veulent déjouer le complot et réunir les Manteaux de gloire, les trois amis ne pourront compter que sur leurs épées et le serment qu'ils ont prêté...


Mon avis :
Tout m'attirait dans ce roman le jour où j'ai participé en juin dernier à un concours pour le gagner. Chance inouïe de le recevoir quelques semaines plus tard, tout beau, avec cette merveilleuse couverture qui donne le ton : une ambiance de cape et d'épée, tout ce que j'aime. À mon grand regret, je l'ai lu récemment, mais quelle belle surprise, un petit coup de coeur pour ce premier opus. Il n'est pas parfait, cependant, je suis tombée sous son charme. En espérant pouvoir un jour lire la suite, j'ai passé un très bon moment avec celui-ci.

Le plus compliqué dans ce récit, c'est de remettre toutes les pièces du puzzle dans le bon sens. L'auteur distille les éléments de son univers au fur et à mesure et qu'au compte-goutte, le roi est mort, certes, mais il nous reste tout à apprendre. Comment, pourquoi, par qui, que s'est-il donc passé avant et après ? D'où vient cette loyauté sans faille à Falcio ? Autant de questions auxquelles l'auteur a pris son temps pour répondre, avec une fin très intéressante et des réponses très prenantes.

L'intrigue n'est pas toujours captivante, et même s'il m'a fallu un peu de temps pour complètement intégrer le récit, je lui reconnais du style. Vu que j'aime le cape et d'épée (films comme livres), j'ai forcément adhéré à l'esprit Trois Mousquetaires du roman. Il y a tout, la loyauté au roi, les comploteurs, la romance, l'amitié liant Falcio, Kest et Brasti, le combat, la politique, l'aventure... Tous ces bons ingrédients forment un tout sympathique, agréable et charmant. L'ambiance est propre au récit, je me suis laissée charmer et j'ai lu la deuxième moitié d'une traite.

L'univers est très chouette, avec ce côté proche du 16e/18e siècle dans la politique, la carte, les vêtements ; nous ne sommes pas dans de la fantasy médiéval à mon sens, et c'est intéressant à lire. Plusieurs duchés qui ne peuvent pas vraiment s'aimer, avec ses propres lois, un régicide entraînant la disparition d'une caste de soldats nommés les Manteaux de Gloire... Ces derniers ne sont pas aimés, ils vivent dans la précarité depuis la mort du roi, Falcio et ses amis vont devoir contre leur gré fuir et aider leurs ennemis. L'univers est très lié à l'intrigue, on découvre tous les détails de ce très bel univers au fur et à mesure. C'est riche, prenant, j'aime beaucoup la semaine sanglante et toute cette partie où Falcio va aider la petite Aline.

Parce que l'histoire, elle vend de l'action et de grandes péripéties. Entre les mystères autour du passé de Falcio, de son lien fraternel avec le roi, le meurtre du roi, la Tailleuse, la semaine sanglante et son envie de protéger Aline, Valiana prétendante au trône... Vous n'avez que très peu de passages à vide. Peu. Tout s'enchaîne avec fluidité et pourtant sans vous presser, il y a de bonnes tensions, du drame, des révélations incroyables, des retournements de veste, de belles surprises. C'est une intrigue riche, haletante du début à la fin et j'en ressors conquise avec ce final inattendu et fou.

Le style de l'auteur est sympathique, bien taillé pour écrire de l'action et de l'aventure, j'ai clairement adoré les descriptions du monde de Falcio, de ses émotions (car le récit est à la première personne du singulier), des notions régissant cet univers. Tout est bien écrit, décrit et expliqué ; on se prend au jeu des chapitres ou passages souvenirs, c'est un exercice que le lecteur doit faire pour comprendre passé et présent. Les dialogues sont très agréables, entre ironie, humour, vivacité, j'aime énormément la relation entre nos trois héros.

Les personnages sont sympathiques et attachants dans certains cas. Les méchants sont de gros méchants politiques de base, je ne peux pas les comprendre et encore moins à les aimer. Toutefois, Valiana m'a séduite, son histoire finit par être touchante ; Aline est adorable, raisonnable, courageuse, j'ai beaucoup aimé cette petite fille incroyable. Brasti est un incorrigible vantard enjôleur, une sorte d'Aramis en somme, et c'est pour cela qu'il me plaît, doué à l'arc, beau parleur, mais très gentil et amusant. Kest est la force tranquille, le guerrier peu bavard et très loyal envers ses amis, humble et fier. Mon coup de coeur revient à Falcio, on apprend à le connaître chapitre après chapitre, il est humain, il m'agace autant qu'il me fascine. Bienveillant, courageux, loyal et sensible, fort au combat, tacticien confirmé, j'aime sa manière d'être, son histoire. Il est très intéressant et touchant comme protagoniste.

En conclusion, c'est un bon roman de fantasy, il n'est pas parfait, mas pour moi, il est un petit coup de coeur. J'ai passé un super moment dans cet univers de cape et d'épée, bourré d'aventures et d'actions ; qui me rappelle à l'envi les Trois mousquetaires avec son cocktail d'ingrédients vitaminés et divertissants. J'aime le monde, les conflits politiques, la magie, la cosmogonie, les joutes verbales, les personnages, l'intrigue... Tout est fluide, prenant et agréable à découvrir, j'ai été surprise par ma fascination envers ce récit et je lirais sans hésiter la suite.

Aucun commentaire:

Ajouter un commentaire