Les dernières chroniques

05/09/2016

Livres et Jeux Vidéos : On the way to a smile - FFVII (NOJIMA) + Genesis Alpha (MICHAELS) + Log Horizon (TOUNO)

Titre : On the Way to a Smile
Auteur : Kazushige NOJIMA
Lumen — 2014
280 pages


Résumé :
Final Fantasy VII – On the Way to a Smile contient sept histoires courtes qui font suite au jeu vidéo Final Fantasy VII. Comment Denzel a-t-il perdu ses parents ? Pourquoi Cloud s’éloigne-t-il de Tifa après l’ouverture du Septième Ciel ? Dans quelle quête Barret s’embarque-t-il en compagnie de Cid ? Yuffie parviendra-t-elle à combattre la maladie qu’on appelle désormais géostigmates ? Rouge XIII trouvera-t-il sa place parmi les hommes ou parmi les bêtes ? Retrouvez les personnages emblématiques du légendaire RPG dans les deux années qui suivent les événements de Final Fantasy VII, et faites encore avec eux un bout de chemin...


Mon avis :
Je connais l'univers de Final Fantasy VII depuis la sortie du film d'animation Advent Children, la licence FF je l'ai débutée avec le huitième opus et de ce fait, je ne suis pas familière de l'univers. Fort heureusement, depuis, je me suis renseignée et j'ai vite rattrapé mon retard, ce recueil s'inscrit entre la fin du jeu et le début du film Advent Children. Ainsi, si vous ne connaissez pas cet univers, vous vous perdrez facilement.

Je sais que certains fans n'ont pas aimé ces nouvelles, elles ne leur apprendraient rien. Je ne suis pas vraiment d'accord, ces nouvelles mettent en exergue les différents comportements ou états psychologiques résultant des événements de Final Fantasy VII. La culpabilité pour Barret et Tifa, la tristesse et l'horreur pour Denzel... il y a une palette d'émotions très intéressantes. Toutes les nouvelles ne se valent pas, certaines m'auront plus intéressée que d'autres, néanmoins, j'ai pris plaisir à retrouver ces personnages, à appréhender leurs sentiments, à mieux les connaître en fin de compte.

Toutes ces histoires ont pour point commun une maladie terrible (géostigmate) apparue lorsque la Rivière de la Vie s'est décidée de sauver le monde. Je ne conterais pas les événements de Final Fantasy VII, mais sachez qu'il s'agit d'une belle fable sur les combats que nous menons et leurs dérives. Avalanche était un groupe chargé de défendre le monde contre la Shinra, on y évoque la nature, l'écologie et la modernisation détruisant toute forme de verdure pour s'industrialiser davantage. C'est très schématique, puisque l'univers Final Fantasy VII pour mieux le comprendre s'étend également à travers une série de jeux revenant sur le passé de l'antagoniste principal Sephiroth, on parle d'armée, de soldats, de génétique et de sciences, de magie. L'univers est riche, complet et fascinant, même si tous ses aspects ne seront pas visibles dans ce seul recueil.

Denzel et Tifa tentent de se reconstruire, de réapprendre à vivre, Barret souhaite se donner une nouvelle raison de vivre qui ne soit plus destructrice. Nanaki parcourt le monde pour le comprendre et se comprendre. La Shinra fait face à de nouveaux problèmes, dont l'enlèvement de son président par un scientifique un brin ravagé tandis que Yuffie lutte pour sauver un ami et sa famille de la maladie... Les nouvelles sont variées, car chacun des personnages présentés l'est. Elles sont fluides à lire, le style est agréable et simple, les descriptions sont intéressantes, les dialogues représentent bien les protagonistes et leurs personnalités.

J'avoue avoir eu une préférence pour celle de la Shinra. Elle est riche en rebondissements, en action, en révélations, elle nous permet de comprendre les « méchants » que furent les Turks et Rufus Shinra durant le jeu et de voir désormais l'imposant retournement de situation. Je me rends compte que le personnage même de Rufus est captivant à suivre, il est un antihéros parfait et pourtant, j'ai adoré découvrir son histoire et ses pensées. Peut-être parce qu'il n'est pas un héros ou qu'on ne l'exploite pas forcément bien dans la licence FFVII. J'avoue que les nouvelles sur Nanaki et Tifa m'ont énormément touchée, elles sont fortes en émotions et en interrogations sur le monde, ce fut deux lectures passionnantes. J'ai peut-être moins accroché avec celle de Barret, l'intrigue ne m'aura pas captivée suffisamment pour me rendre aussi accro que les trois autres.

En conclusion, ce recueil est une bonne découverte. J'ai passé un bon moment à retrouver des personnages emblématiques, forts, colorés et passionnants ; ils connaissent des défis, des problèmes, des questionnements intérieurs qui leur donnent un relief plus sombre, plus triste. J'ai vu ces personnages différemment, autrement que comme des héros, ils ont des failles et si toutes les nouvelles ne m'ont pas tenue en haleine de la même façon, ce fut plaisant de découvrir des bribes sur une période temporelle importante pour la compréhension de l'univers. L'écriture est fluide, facile à lire, je me suis bien amusée devant ce recueil.




Titre : Genesis Alpha
Auteur : Rune MICHAELS
Milan (Macadam) — 2008
253 pages
8€50


Résumé :
Max et Josh sont deux frères, presque des jumeaux, malgré la différence d'âge. Josh adore, adule son frère. Ils sont tous les deux passionnés par un jeu vidéo qui s'appelle Genesis Alpha. Ils pourraient y jouer des heures. Mais cette complicité bascule le jour où Max est accusé du meurtre d'une jeune fille, Karen. Toute la famille est choquée, surtout Josh qui ne peut pas croire que son frère ait commis un meurtre.


Mon avis :
Un livre découvert par hasard grâce au site Ricochet. Les listes « clonage » et « jeux vidéos » comportaient ce titre dont le résumé m'a de suite interpellée. Après lecture, c'est un vrai récit intéressant, poignant, mature et rapide à lire. Il fait partie de ces très belles découvertes.

Les thèmes abordés sont nombreux. La philosophie côtoie la science, la morale, la psychologie de manière simple et efficace. À aucun moment il est moralisateur, il pose des questions, les réponses, ce sont à nous de les construire. J'ai trouvé cette idée originale et sympathique, en aucun cas l'auteur n’émet ses propres convictions dans le récit, il laisse le libre arbitre au lecteur. La vie, la mort, le clonage, l'assassinat, la maladie, tout est exploité de manière fluide, intelligente et poignante. Ce que j'ai encore plus apprécié, c'est que l'auteur ne se serve pas de ce cliché trop facile : il joue aux jeux vidéos donc il est le mal incarné.

On va dire que ce roman permet de mettre sur la table des sujets très sensibles et de les remettre en contexte, de les projeter de A à Z, en bien comme en mal. Le bébé-médicament, les rumeurs et leurs pouvoirs destructeurs, le manque de communication et les sous-entendus (qui peuvent créer d'importants quiproquos). Il aborde donc des thèmes forts pour les enfants, car Josh se sent dépasser par les événements, il se retrouve confronter à des jugements hâtifs et parfois erronés dus au manque de renseignement, donc à l'ignorance menant à la peur, qui elle mène au rejet.

Les émotions sont forcément au rendez-vous sans tomber dans le mélodrame. C'est très appréciable également. Cette famille voit son quotidien basculer par l'incarcération de Max. Il y a une enquête, de sombres secrets familiaux, des rencontres entre Josh (le frère de Max) et Rachel (la sœur de Karen). C'est très humain. C'est aussi beau qu'atroce. Parce que Josh va attiser bien du mépris. C'est ce qui m'a le plus agacée, c'est qu'il soit constamment comparé à son frère, même si je peux comprendre. Ça reste dur à lire.

D'autant plus que les relations humaines occupent une place importante. La relation qu'entretienne Max et son frère est forte, elle est touchante, mais elle cache des failles si microscopiques qui vont se révéler terrible une fois mise à nu. La famille de Josh est si belle qu'on est loin de s'imaginer la vérité enfermée dans un coin. La famille de Karen, sa sœur Rachel fuguant pour trouver refuge dans la cabane de Josh, revenant sans cesse sur la ressemblance frappante entre les deux frères, étant parfois insultante avec lui.

L'intrigue est donc bien menée. Le récit comporte peu de pages, mais son contenu est très riche, de ce fait, les lignes s'enchaînent sans qu'on ressente de l'ennui. L'histoire est peuplée de rebondissements intéressants, de découvertes, d'interpellation nous amenant à réfléchir, je l'ai trouvé atypique et fort. Il mérite d'être lu. Une fois le roman débuté, on ne peut plus s'arrêter. Dans mon cas, je voulais le rouvrir pour avancer un peu plus, il devient vite addictif. La fin est ouverte, un peu même trop. On ne connaît pas le destin de chaque personnage, il se termine même un peu brutalement, il aurait mérité un chapitre supplémentaire. Juste dans le but de connaître un peu plus sur l'après.

La plume de l'auteur est fluide, soignée et riche. La psychologie occupe une place importante, on se sent dans les pensées des personnages, dans leur bouleversement. Les descriptions sont agréables à lire, elles permettent de bien se placer, d'imaginer les lieux et les personnages. Les répliques sont intelligentes et construites avec brio. C'est facile à lire, on se laisse happer dans l'univers et l'on se passionne pour les personnages. Ils sont très attachants et humains, on se prend d'amitié immédiatement avec Josh, il se pose des centaines de questions, on aimerait l'aider. Rachel m'est plus ambiguë. Au début, je ne l'aimais pas, elle est était vraiment méchante, qu'elle croit que Max soit responsable de la mort de sa sœur, je peux comprendre. Elle cherche un responsable, c'est normal. Toutefois, s'en prendre tout le temps à Josh, c'est devenu agaçant, un peu comme du harcèlement moral. Au final, on apprend peu à peu la vérité et l'on se sent triste pour elle. Je ne dirais rien sur Max, car il est au centre de toute une histoire captivante à comprendre, et trop en dire reviendrait à gâcher l'histoire.

En conclusion, il faut retenir un roman puissant dans la psychologie, la philosophie, la science et les relations humaines. Il est très bien écrit, juste, poignant, il nous pose des questions, soulève des problèmes intéressants, il est très vite addictif et même si la fin est trop ouverte, il demeure génial. Le style est fluide, agréable à la lecture, on entre dès les premières lignes, on suit ce bouleversement, il mélange plusieurs genres, plusieurs idées très bien exploitées. Un réel coup de cœur pour cette agréable découverte.



Titre : Premiers pas dans un autre monde
Auteur : Mamare TOUNO
Tome 1
Série : Log Horizon
Ofelbe — 2015 — 473 pages — 19€90


Résumé :
Elder Tale est le MMORPG qui rassemble le plus grand nombre de joueurs sur le net, mais lors de la sortie de sa douzième extension, tous ceux qui s'étaient connectés se retrouvent prisonniers du jeu, dont 30000 rien qu'au Japon. Ignorant comment ils sont arrivés là et s'ils pourront en sortir un jour, beaucoup perdent la volonté d'avancer. Mais Shiroe, un des joueurs les plus connus et les plus respectés du jeu refuse d'abandonner. Aidé de ses fidèles compagnons Akatsuki et Naotsugu, il va tenter de convaincre les " Aventuriers " de ne pas se laisser abattre et de bâtir une nouvelle société dans ce monde virtuel qui est maintenant le leur...


Mon avis :
J'adore les romans qui sortent du lot, différent et original, comme celui-ci. Il a de très bons atouts, comme des défauts, mais ses couacs ne l'empêchent pas d'être sympathique et de passer un très bon moment avec. Je remercie sincèrement les éditions Ofelbe ainsi que Babelio pour ce partenariat. Ce fut une super découverte que je recommande aux amateurs ou aux curieux.

Le concept est juste génial. La patte graphique sur la couverture ou les illustrations à l'intérieur sonnent clairement mangas dans le style. Ce sont de très belles illustrations, l'objet est très soigné par la maison d'édition, parce que nous avons deux images en format dépliables — dont une carte. Chaque chapitre s'ouvre sur une fiche personnage, le glossaire et les ajouts en fin de tome sont très intéressants pour renforcer notre immersion et compréhension du monde. Sans compter le fait que cet univers se situe dans un MMORPG, un jeu vidéo en ligne. Manga — roman — jeux vidéos, le mélange n'a rien de surréaliste, d'extravagant ou de raté, d'indigeste, tout est maîtrisé et sympathique à découvrir.

L'univers est très riche et pourtant facile à appréhender. L'auteur explique chaque terme du vocabulaire précis sur le MMO, impossible de s'y perdre, pour preuve, je n'ai jamais joué à un MMO ! L'auteur présente des classes et des sous-classes avec leurs spécialités, un monde régi par des lois travaillées et une logique propre, ce qui le rend cohérent et agréable à découvrir page après page. J'ai adoré Akiba, les guildes et tous ces détails démontrant l'immense travail de Mamare Touno pour donner vie à ce jeu Elder Tale.

Ainsi, l'intrigue s'ouvre sur une extension maudite. Alors qu'ils se connectent sur leur jeu préféré, les joueurs se retrouvent piégés dedans, entre réalité et virtuel. Si les aliments perdent leur goût et les aventuriers leur combativité, Shiroe décide de prendre en main sa vie, de changer, de revenir sur ses convictions pour forger une nouvelle société. L'histoire se décompose en deux tomes, le premier servant d'introduction pour mieux comprendre les rouages de l'univers et d'installer les grandes lignes de la série, les questions majeures en somme. Le second tome apparaît plus vif, plus ancré dans l'action, le changement et se solde par un final qui se suffit à lui-même sans pour autant répondre à toutes nos questions. D'où mon grand intérêt pour le second tome lorsqu'il sortira.

L'histoire avance à son rythme, ni trop lent, ni trop rapide. L'auteur prend son temps pour poser le décor, présenter les personnages, les paysages, les actions et leurs conséquences. Il y a un mélange bien maîtrisé entre action, révélation et réflexion. J'ai apprécié prendre mon temps pour le lire, pour m'attacher aux protagonistes, les voir construire une nouvelle société, se battre contre une guilde despote ou des assassins véreux. J'ai adoré les rebondissements et autres péripéties, elles sont bien amenées et permettent de toujours renouer l'intérêt pour le roman. La plume de Touno est fluide, très travaillée pour donner ce réalisme dans les émotions, pour jouer dans l'effet comique ou dramatique, j'ai été très surprise par la qualité du style. Parmi les couacs, j'avoue que toutes les explications — pourtant nécessaires — finissent par perdre le fil conducteur, trop de réflexion tue la réflexion : ainsi quelques longueurs sont à prévoir. Les descriptions sont nombreuses également, si cela ne m'a pas posé de problèmes vu que j'étais à fond dedans, ça pourrait agacer d'autres.

Les personnages sont typiques du manga. Le géant guerrier fan de filles au grand cœur et super drôle. Naotsugu est ainsi, il fait un poil cliché, mais il a une réelle utilité en plus de détendre l'atmosphère et d'être très doué pour les armes. Je ne suis pas très sensible à son charme, je préfère largement Shiroe, plus sombre. Il est calme et mature, peu causant, mais terriblement intelligent, c'est un enchanteur convaincant et incroyable et il connaît une évolution très intéressante. Il joue le rôle de l'intello, mais il dépasse très vite ce cliché. Akatsuki est une jeune femme, un assassin, obscure, froide, toutefois je l'ai adoré, calme et incroyable, silencieuse et combative. Un vrai régal. J'ai eu un gros coup de cœur pour Nyanta, l'homme-chat, drôle, courageux et fantastique à découvrir, Serara est adorable également et mon dernier chouchou sera Tohya, le samouraï, dont l'histoire est très touchante. Je n'ai pas accroché avec Marielle, elle est sympathique tout comme Henrietta, seulement, l'une et l'autre sont un peu clichés et restent trop en surface. Elles ont moins de relief que Shiroe, Nyanta ou Tohya et sa sœur Minori.

En conclusion, ce fut une super découverte. L'objet est soigné et super beau, le récit est lui intéressant et prenant à cause des ses personnages hauts en couleur, même si certains sont clichés. L'univers se révèle passionnant et complet, l'intrigue pleine d'aventure et de rebondissements prenants à découvrir. J'ai adoré découvrir Elder Tale, son fonctionnement, de voir la guilde Log Horizon se créer à travers une histoire fascinante et touchante. Il y a du charme et des possibilités, des promesses ; ce premier opus n'est pas qu'introductif et j'espère lire la suite un jour.


2 commentaires: