Les dernières chroniques

25/09/2016

Manga ~ Capitaine Albator + Crimson Wolf + Professeur Layton



 Série : Albator, Dimension voyage
Tome 1
Scénario : Leiji MATSUMOTO
Dessin : Kouiti SHIMABOSHI
Kana — 2016
160 pages


Résumé :
Il revient ! On le dit hors-la-loi, traître, lâche ayant abandonné la Terre livrée à la corruption et à l'anarchie. Alors qu'il est sans doute le seul espoir de l'humanité ! Le danger approche et un seul homme se dresse face à la menace sylvidre : Albator !



Mon avis :
Je tenais à remercier les éditions Kana ainsi que le site Babelio pour ce nouveau partenariat via Masse Critique. J'avais suivi, sans en être fan, le dessin animé et j'aimais bien le design de ce corsaire de l'espace. Le film d'animation m'avait enchantée pour sa maîtrise technique sur le plan visuel, je suis contente de pouvoir découvrir ce premier épisode du manga.

Il est court, sans prise de tête, agréable à découvrir... Je lui trouve un côté très charmant avec ce mélange entre années 80-90 et modernité. Je l'ai lu rapidement, il a l'avantage de poser de bonnes bases sans pourtant être révolutionnaire en terme d'intrigue. On assiste aux débuts, aux premiers pas d'un jeune premier qui souhaite se ranger du côté d'Albator. Même s'il n’en a pas encore conscience.

Ce que j'apprécie le plus, c'est l'aspect actuel des messages. Le pouvoir qui fait perdre la tête, la société de consommation et ses dérives, il parle de tout un tas de sujets qui trouvent un écho à notre époque. Toutefois, nous nous situons bien dans le futur, il s'agirait presque d'une dystopie. Il y a le côté piraterie et corsaire qui moi, me fait toujours rêver, l'Arcadia est juste magnifique. En plus, cet aspect pirate se situe en plein coeur de la galaxie, les étoiles, ça me parle. De ce fait l'univers est captivant, c'est un gigantesque espace d'aventures et ce tome promet de belles histoires futures.

Le scénario ne casse pas trois pattes à un canard. Nous avons une journaliste trop curieuse, une société extra-terrestre venue envahir la Terre, un scientifique qui semble être le seul à se sentir concerné par l'avenir de la planète bleue... Des politiciens véreux, un corsaire hors-la-loi recherché activement, toute une solide base d'ingrédients déjà vus. Toutefois, la manière dont tous ces éléments s'imbriquent me plaît, c'est du déjà vu, mais il est efficace et prenant. Pour peu qu'on se laisse aller. Le texte est fluide, simple et soigné, sans fioritures, droit et accessible, permettant de plonger dedans.

Les dessins sont intéressants bien que caricaturaux. En effet, les personnages principaux sont détaillés, longilignes et sympathiques à suivre, ils ont une histoire que je suis curieuse de découvrir. En revanche, les protagonistes secondaires souffrent d'un syndrome curieux, celui de la déformation. Le décalage donne cet aspect années 80-90 dont je vous parlais plus tôt, néanmoins, il reste étonnant et ne pourra pas plaire à tout le monde. J'ai beaucoup aimé le design de l'Arcadia ou de l'espace, ce sont de très chouettes illustrations. Le character design d'Albator est splendide, le costume, c'est magique, il est inoubliable.

Chaque personnage principal a son rôle à jouer, Albator est plutôt quelqu'un de silencieux et d'efficace, droit et distant. J'aime bien Emeraldas et Tadashi Daiba, deux personnages qui s'avèrent passionnants, la première parce qu'on ne sait rien, mais elle paraît soucieuse et forte. Le second parce qu'on le suit dans cette aventure, celle de son introduction auprès d'Albator. Daiba aime son père et ne souhaite pas que ses recherches tombent entre de mauvaises mains ou qu'elles tombent plus facilement dans l'oubli. Il veut se battre, il lui arrive des événements pas drôles et je me suis facilement attachée à lui.

En conclusion, c'est un bon premier tome. J'ai passé un super moment de lecture, simple et rapide, j'en ressors enthousiaste quant à la suite. Il souffre de pas mal de défauts, des personnages secondaires caricaturaux et poussifs, une intrigue bateau, un petit manque de relief dans les émotions suscitées. Toutefois, il n'est pas à jeter aux oubliettes, il s'agit déjà d'une icône, Albator ; il y a de l'aventure, de l'action, des étoiles et des pirates — ce qui me plaît énormément. Le final promet une suite alléchante, Daiba et Albator sont très attachants, les dessins sont merveilleux. Je ne sais pas si les fans de la première heure seront ravis, amers ou nostalgiques ; pour moi, la magie a opéré, il faut juste que la suite soit à la hauteur et soit mieux travaillée. Parce qu'il y a matière à réaliser une très belle série autour.





Série : Crimson Wolf
Tome 1
Mangaka : Seishi KISHIMOTO
Kurokawa – 2014
176 pages – 6€80


Résumé :
Dans un monde où réalité et cauchemars sont mêlés, Ayame, une jeune fille mystérieuse armée d’un poing américain en argent massif se lie à Yôichi, un lycéen doux et craintif comme un agneau… Elle est un chaperon rouge, lui, sa source de pouvoir. Ensemble, ils luttent contre les démons des hommes, tentant de préserver l’humanité de leur mieux. Mais face à ce destin qu’il n’a pas choisi, Yôichi parviendra-t-il à préserver son innocence ? Et qui est réellement Ayame, un loup ou un agneau ? Face à cette nouvelle vie, le jeune homme va vite devoir apprendre à distinguer ses amis de ses ennemis pour percer les mystères de ses nouveaux pouvoirs…


Mon avis :
Je remercie sincèrement les éditions Kurokawa ainsi que Babelio pour ce partenariat. Ce manga est un petit bijou en devenir, parce que ce premier tome pose des bases très intéressantes, il est doté d'un univers complexe et captivant.

L'univers est très sympathique à se mettre en place. Très philosophique en quelque sorte, parce qu'il évoque nos rêves, notre personnalité intérieure « notre loup », il parle du bien et du mal de manière réelle. Ici, un mystérieux assassin s'en prend à des lycéens, donc on a également du policier. Il y a un peu de surréalisme lorsque l'on aborde la partie « magique » du manga. Dès qu'Ayame devient le chaperon rouge, les dessins ont ce côté effrayant et surréaliste, cauchemardesque même. On peut croire que c'est brouillon, en effet, il y a une foule d'informations à digérer pour être certain d'avoir tout compris, mais qu'est-ce que c'est prenant. Fascinant.

L'intrigue nous dévoile deux jeunes adolescents, d'un côté Yôichi et de l'autre Ayame. Ils sont radicalement opposés et pourtant ils vont devoir se lier pour mettre fin aux meurtres des lycéens. Ayame est un chaperon rouge et Yôchi lui est très utile pour chasse les loups du corps des humains. Cette partie de rencontre, d'enquête est très passionnante à lire, on voit se poser d'excellentes bases. Par la suite arrive deux autres protagonistes, la sœur jumelle d'Ayame, Yûka et sa source de pouvoir Masato. Ces deux derniers vont apparemment mettre des bâtons dans les roues de nos héros, j'ai hâte d'en savoir plus, ils ont l'air intéressants.

En tout cas, le scénario est bien mené. On suit avec fluidité les répliques des différents protagonistes, on cerne ces caractères variés grâce aux dialogues. C'est très bien écrit, la plume est agréable à lire sans pour autant être complexe ou simpliste. On prend plaisir à suivre cette histoire qui reprend le mythe du chaperon rouge, on a même une référence aux frères Grimm. Le conte est présent par des occurrences, le contenu est tout de même plus mature et plus sombre, plus violent également ; par conséquent, il ne s'adresse pas aux plus jeunes.

Les dessins sont vraiment beaux. La partie réaliste est bien traitée, les lieux et les objets sont aisément identifiables, les traits sont soignés. Le character design est sympathique, il est facile de reconnaître les personnages, même les jumelles sont différentes. Je suis absolument fan de la version Chaperon rouge de chacune, ce sont deux formes très belles et bien dessinées, les vêtements sont super. La partie surréaliste est également prenante dans ses détails. On a un travail sur la construction des formes, les textures, car le rendu est totalement effrayant et psychédélique.

Les protagonistes sont attachants. Mystérieux aussi. On sent que le premier tome sert d'introduction à la série, il présente rapidement les personnages et les liens de base. Yôchi est attachant, on compatit à son sort, bouc émissaire malgré lui, il tente de devenir plus fort. J'aime beaucoup sa manière de réfléchir, son humour, il se construit grâce à sa rencontre avec Ayame. Celle-ci est très franche, trop, elle me fait énormément rire. En revanche quand elle devient le Chaperon rouge, elle devient terrifiante, je suis convaincue qu'elle évoluera au contact de Yôchi. C'est une jeune fille très secrète, j'espère en apprendre plus sur elle. J'ai de l'affection pour Hibari ou pour le père de Yôchi, qui me fait bien rire également. J'ai hâte de connaître plus finement Yûka et Masato, actuellement, je ne les aime pas beaucoup, mais leurs histoires me permettraient de mieux les comprendre.

En conclusion, je suis très enthousiaste sur l'avenir de cette série. Le conte du Chaperon rouge est revisité de manière moderne et sombre, avec des touches philosophiques et humoristiques. Les idées sont bien exploitées pour un premier tome, on a beaucoup d'ingrédients pour qu'il devienne addictif. L'univers est complexe et captivant, les personnages sont attachants, l'histoire est bien menée, c'est une agréable surprise.










Titre : Professeur Layton et l'étrange enquête
Tomes 1, 2, 3 et 4
Mangaka : Naoki SAKURA
Kazé – 2011 ; 2012 ; 2013
162, 162, 176 et 192 pages


Résumé :
Découvrez l'adaptation du célèbre jeu vidéo et mesurez-vous aux énigmes que rencontre le légendaire Professeur Layton !


Mon avis :
Je suis une grande fan des jeux vidéos, je ne les ai pas tous faits, mais ceux auxquels j'ai joué m'ont fortement plût. Alors ce manga ne pouvait que m'interpeller. J'ai été très surprise par la légèreté du ton, le caractère humoristique, voire satirique est un parti pris qui ne fonctionne pas à tous les coups. C'est une lecture divertissante qui a très peu de lien avec l'univers de départ.

Il faut comprendre que contrairement aux mangas Zelda et Kingdom Hearts qui adaptent les jeux tout en apportant une nouvelle dimension, ces mangas n'ont pas évoqué (ou très peu) les événements contenus dans les jeux. Ce qui pourra en décevoir ou déstabiliser plus d'un. J'avoue que j'aurais préféré avoir un peu plus de référence, l'univers du jeu est suffisamment riche et même si j'apprécie de retrouver quelques personnages, tout est survolé. Le manga se décompose en plusieurs chapitres, plusieurs gags se succèdent ; ce sont des morceaux de la vie quotidienne du professeur tourné en dérision ou en ridicule.

Les intrigues sont sympathiques, quelques-unes m'auront bien fait rire, d'autres sourires et certaines histoires ne m'auront pas passionnée. Toutefois, l'auteure sait assez bien renouveler ses histoires tout en instaurant des clins d'yeux amusants de tome en tome. Les quatre volumes se lisent rapidement, c'est une lecture rapide et drôle, l'humour est bien dosé, même si parfois un peu lourd dans certains épisodes.

C'est le parti pris de la série qui veut ce côté totalement déjanté et loufoque, loin des émotions ressenties durant les jeux. Ce sont des jeux d'énigmes, je peux comprendre le problème posé quant à l'adaptation, ce qui signifie de partir comme cela a été le cas, vers quelque chose de complètement décalé, quitte à perdre un peu de l'âme du jeu de base. Toutefois, je tiens à saluer la qualité des énigmes présentes, elles sont bien amusantes et proposent un vrai défi, un côté interactif agréable durant la lecture.

Le style dans l'écriture est plutôt simple, les cases se lisent très vite, le vocabulaire est soigné sans être d'une très grande qualité. Le but est de faire rire et c'est clairement réussi, le texte n'a pas besoin d'être révolutionnaire et personnellement, j'ai bien apprécié ma lecture, elle formait comme une pause parmi mes autres lectures du moment. Quant aux dessins, ils reprennent bien l'univers, notamment le character design, il y a la touche du mangaka, mais tout l'univers est reconnaissable. C'est très joli dans les lignes, c'est fluide et agréable à lire, on suit les historiettes avec entrain.

En conclusion, j'ai plus eu un problème de fond. Les historiettes sont certes très sympathiques et drôles, mais j'aurais aimé une intrigue un peu plus fouillée. Les histoires restent en surface, s'amusent à tourner en dérision le personnage de Layton et c'est très marrant, c'est bien fait, mais il manque un petit quelque chose pour être pleinement génial. Si l'adaptation est fidèle du côté du dessin, les personnages voient leurs caractères se modifier pour les besoins de la série, c'est un peu dommage, mais clairement pas dramatique. En somme, c'est une lecture détente, simple et drôle, elle ne plaira pas aux fans si ce qu'ils recherchent est une adaptation fidèle et réussie. Néanmoins, je suis contente d'avoir découvert cette série.

2 commentaires:

  1. Je n'ai jamais lu de manga mais j'avoue que j'aimerai bien tenter l'expérience un de ces jours ! :)
    Je jouais sur le Nintendo DS au professeur layton quand j'étais petite !! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore le Professeur Layton, j'ai joué aux trois premiers et il faudrait que je fasse les autres :D

      Supprimer