Les dernières chroniques

11/09/2016

Michelle Yeoh ~ The Lady + Tigre et dragon






Réalisateur : Luc BESSON
Compositeur : Eric SERRA
Genre (s) : Biopic ; Drame
Durée du film : 2 heures et 7 minutes
Date de sortie : 2011
 


Casting :
Michelle Yeoh – David Thewlis – William Hope – Benedict Wong


Synopsis :
The Lady est une histoire d'amour hors du commun, celle d'un homme, Michael Aris, et surtout d'une femme d'exception, Aung San Suu Kyi, qui sacrifiera son bonheur personnel pour celui de son peuple. Rien pourtant ne fera vaciller l'amour infini qui lie ces deux êtres, pas même la séparation, l'absence, l'isolement et l'inhumanité d'une junte politique toujours en place en Birmanie. The Lady est aussi l'histoire d'une femme devenue l'un des symboles contemporains de la lutte pour la démocratie.



Mon avis :
Un très beau film, il a tous les ingrédients que j'aime dans le biopic, une belle histoire humaine, une histoire de symbole pour la démocratie, de l'amour, du courage. Il est d'une grande beauté, humble et touchant, prenant, il entre de suite dans mon top des films préférés et dans ces belles découvertes de l'année 2015. Je voulais le voir depuis sa sortie et je ne suis pas déçue.

L'histoire nous montre la force exceptionnelle qui lie Aung San Suu Kyi à Michael Aris. J'ai adoré cette histoire d'amour qui défie tellement tout, la guerre, les distances, malgré tout ce qui leur tombe dessus, en dépit de tout ce qu'entreprendra la junte pour la faire vaciller, cette femme tient bon. Elle sacrifie sa vie de femme pour la liberté de son peuple, et son mari la soutient à chaque instant, même les plus durs. C'est une histoire d'amour formidable qui m'a transportée du début à la fin, belle, touchante, forte et si triste pourtant.

À côté de cette intrigue, nous avons le combat de cette femme « The Lady » (le surnom d'Aung San Suu Kyi), une histoire tout aussi exceptionnelle. Sa lutte avec ses amis pour la démocratie, l'enfermement de ses amis en prisons, les peines affligeaient à ses amis ; nous vivons sa détention dans sa résidence, sa force de caractère et sa grande intelligence, son amour pour son père et son pays ; son combat contre la junte inhumaine et terrifiante. C'est tout un pan de l'histoire de la Birmanie que nous offre ce film, c'est intéressant, angoissant et vivant, cela vient de fait réel et c'est ce qui rend ce film si grandiose.

J'ai deux coups de cœur pour ce film : le casting et la musique. La bande originale est signée Éric Serra et elle est magistrale. Chaque morceau reflète à la fois l'ambiance, l'ambition de Aung San Suu Kyi et le pays, avec de belles sonorités asiatiques. J'ai franchement adhéré à ces musiques qui rendent l'immersion encore plus forte. La chanson du générique de fin est chantée par Sade — une chanteuse que j'apprécie beaucoup — et la chanson est vraiment très belle. Les décors oscillent entre Londres et la Birmanie, même si cela a été tourné en Thaïlande, les paysages restent très beaux. Ils renforcent l'immersion dans le film. Ensuite, le casting, une vraie merveille, David Thewlis fait à la fois Michael Aris et son frère jumeau Anthony, il joue à merveille ce rôle de mari aimant, pareil pour Michelle Yeoh qui est juste tellement formidable dans ce rôle, éclatant et touchant, elle incarne à la fois le calme et la force du personnage. L'alchimie entre les deux acteurs est très jolie.

Je conseille vraiment ce film, il peut paraître long ou peu intéressant, car il reste édulcoré quant au traitement des opposants à la junte. Je pense que The Lady est avant tout une histoire d'amour, c'est ce qui lie Aung San Suu Kyi à son mari Michael Aris qui donne la force du film. Le combat pour la démocratie aurait pu être plus exploité, mais au fond, je préférais connaître cet aspect de l'histoire, de voir cette femme d'exception poursuivre son combat autant par amour de son mari que par celui de son peuple. Il a du charme, une ambiance, une âme, il est un peu à part et c'est ce qui m'a plût chez lui.








Réalisateur : Ang LEE
Compositeur : Dun TAN
Date de sortie : 2000
Durée du film : 2 heures
Genre (s) : Aventure
 


Casting :
Yun-Fat Chow – Michelle Yeoh – Ziyi Zhang – Chen Chang – Pei-pei Cheng


Synopsis :
Dans la Chine du XIXème siècle, Li Mu Bai, virtuose des arts martiaux, possède une épée légère, rapide et magique nommée "Destinée". Elle est l'objet de nombreuses convoitises. Las des combats, Li Mu Bai décide de confier "Destinée" à une excellente guerrière, Shu Lien, à qui il n'ose pas avouer son amour. Celle-ci doit remettre la fameuse épée au seigneur Té, mais une fois la nuit tombée un habile voleur parvient à la lui dérober. A la résidence du seigneur Té, Shu Lien fait la connaissance de Jiao, la fille du gouverneur Yu, qui a été promise à un homme qu'elle n'aime point et ferait tout pour mener une vie aussi libre que Shu Lien.


Mon avis :
Un film que j'étais curieuse de connaître, j'en entendais beaucoup parler et il m'intriguait. Au final, les deux heures sont plutôt sympathiques, il y a des longueurs, mais j'ai passé un bon moment en compagnie de ces personnages. Certes le film peut paraître kitsch dans les combats ou les passages où ils sautent de toit en toit, cependant, cela fait partie intégrante du film et ce serait dommage de cracher dessus. Tigre et dragon est atypique et je comprends l'engouement qu'il suscite.

L'histoire est très agréable à regarder, en dépit de quelques scènes qui aurait pu se voir raccourcit de quelques minutes. Ce voyage à travers la Chine est également un voyage initiatique, celui de la jeune Jiao, elle doit grandir et évoluer, se montrer digne de Destinée et de mener la vie qu'elle a choisit, car la liberté possède un prix. C'est très intéressant d'un point de vue métaphorique et philosophique, il faut donc apprécier ce genre d'ambiance pour pleinement apprécier le film. J'ai beaucoup aimé l'histoire, il y a de l'amour, de la vengeance, de la haine, de l'action, de la réflexion, c'est un mélange curieux et original, personnellement, j'adhère complètement.

Le casting est une belle réussite, les acteurs principaux ont bien évolués depuis ce film, leur façon de jouer également, toutefois, j'ai bien senti leurs émotions et leurs jeux. Ils sont bons et jouent bien leurs rôles. Michelle Yeoh et Zhang Ziyi forment un beau duo, quelques années avant de se retrouver sur Geisha, elles montrent un potentiel incroyable et une belle alchimie. Cette dernière se ressent également entre Michelle Yeoh et Yun-Fat Chow, les deux protagonistes qu'ils incarnent sont intéressants à suivre. Zhang Ziyi joue la jeune Jiao avec une pointe de douceur et fermeté, son personnage est passionnant à suivre dans son évolution. J'ai adoré le personnage de Jade la Hyène, manipulatrice, sans être la méchante du scénario, c'était une bonne idée de montrer que la méchanceté peut prendre plusieurs formes.

Les décors sont magnifiques, nous avons de beaux paysages, une belle envolée au cœur de la Chine, un aperçu intéressant de ce qu'était le pays à cette époque, avec les costumes ou les objets. En somme, c'est une bonne immersion. Les scènes d'actions pourront amuser certains, c'est sûr, c'est une façon de voir les choses, néanmoins, il y a une certaine part de magie dans le procédé. J'ai adoré les chorégraphies qui donnent du rythme et nous garde éveillés durant la tenue des combats proposés, nombreux et tendus. La bande originale est très belle, toutes ces sonorités nous prouvent une nouvelle fois que nous nous trouvons en Chine, les instrumentales suivent les images, c'est un bonheur. L'image est jolie, on se laisse prendre par l'ambiance du film, son parti pris, ce fut un bon moment passé devant l'écran.

2 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas ces films ! Merci pour la découverte ! J'aime beaucoup regarder des films :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, j'adore cette actrice (Michelle Yeoh) et ces deux films bien que différent, sont vraiment chouettes. Elle a aussi joué dans Geisha, un très beau film également.

      Supprimer