Les dernières chroniques

19/09/2016

Sophie de Réan, la trilogie de la Comtesse de SEGUR





Titre : Les malheurs de Sophie
Auteur : La comtesse de SEGUR
Tome 1
Série : Sophie de Réan
Maxi-Poche - 2005
156 pages


 
Résumé :
L'action se déroule dans un château de la campagne française du second empire où Sophie habite avec ses parents M. et Mme de Réan. Curieuse et aventureuse, elle commet bêtise sur bêtise avec la complicité critique de Paul, son cousin, qui est bon et tente de lui montrer le droit chemin. Elle a pour amies Camille et Madeleine de Fleurville, des petites filles modèles qu'elle peine à imiter.

Mon avis :
Un classique indémodable, le premier que j'ai lu à mes dix ans, j'ai grandi avec le dessin animé et quelle joie de parcourir pour la énième fois les pages de ce livre. Je ne compte plus le nombre de fois où j'ai lu ce roman...

C'est un classique extraordinaire, intelligent et si intéressant ! Chaque chapitre nous conte une bêtise commise par notre héroïne Sophie de Réan, à la manière d'un conte ou d'une fable, la morale est présente. C'est un excellent livre à lire pour les enfants, il nous parle de gourmandise, de vol, de mensonge, de cruauté sur les animaux, la coquetterie... Chaque sottise de Sophie nous fait autant rire qu'elle nous révolte, on grandit en même temps que Sophie, on revient en enfance et l'on se remémore nos propres inventions.

C'est un récit bien pensé, on sourit devant l'imagination de Sophie. On rit parfois de sa créativité qui la pousse à aller davantage plus loin dans ses bêtises, on lui pardonne sa jeunesse et on lui souhaite de grandir. Elle est attachante en dépit de son caractère colérique et de ses défauts, même si elle nous agace de temps en temps, elle parvient toujours à nous attendrir. J'ai toujours eu beaucoup d'affection pour cette héroïne intemporelle, on a tous été Sophie un jour ou l'autre.

Aujourd'hui, il est certain qu'on lui en veut énormément d'être égoïste, de ne pas prendre plus au sérieux les remontrances de sa mère, de ne pas prendre plus exemple sur Paul et ses amies (Camille et Madeleine), pire encore lorsqu'elle commet ses sottises sur les animaux, ces derniers y laissant leurs vies. Cependant, j'admets que ces petites histoires amènent à une réflexion de notre part, et c'est très certainement le but de la Comtesse de Ségur.

Même si le récit est basé au XIXe, un parent d'aujourd'hui peut trouver son bonheur pour mieux faire comprendre à son enfant les dangers de la désobéissance, les conséquences du mensonge et du vol. Ce n'est pas non plus un livre ultra moralisateur ou un classique ennuyeux, la plume de la Comtesse de Ségur est fluide, simple et très belle. L'auteure sait passer des émotions, c'est une fantastique conteuse nous entraînant dans le Second Empire, dans ses mœurs et dans les mille et une idées fantasques de Sophie de Réan.

Faire la liste exacte de tous les chapitres ne servirait à rien, il en existe vingt-deux, j'ai mes petites histoires préférées comme les Fruits confits, la boîte à ouvrage, les loups, le thé ou encore les cheveux mouillés ou les sourcils coupés... Beaucoup de ces titres doivent être familiers à ceux et celles qui visionnaient le dessin animé, ce sont des épisodes marquants. Par ailleurs, le dessin animé pioche dans la trilogie accordée à Sophie de Réan, nous retrouvons Les petites filles modèles et les Vacances – que je compte également lire.

J'ai longuement parlé de Sophie, mais qu'en est-il des autres personnages ? Il est très facile de s'attacher à eux, ils sont souvent présents, ils sont là pour aider Sophie à gagner en sagesse. Madeleine et Camille de Fleurville sont deux petites filles extraordinaires, gentilles, elles sont les petites filles modèles. Paul D'Aubert, le cousin de Sophie, est un garçon courageux, intelligent et tellement gentil, obéissant, il n'hésite pas à prévenir sa cousine des dangers de ses idées. M. de Réan et M. D'Aubert ne sont pas souvent présents, en revanche nous voyons un peu plus régulièrement, Mme D'Aubert, une femme droite et sympathique. L'adulte le plus souvent vu est Mme de Réan, une femme forte, sévère et juste, si bienveillante, c'est une femme qu'il est facile d'admirer pour son courage. Il n'est pas facile d'avoir une fille comme Sophie, mais elle s'en sort très bien.

En conclusion, si vous n'avez jamais lu ce classique, laissez-vous tenter. Il est très abordable, la plume de la Comtesse de Ségur est agréable à la lecture, c'est une formidable narratrice contant les aventures de Sophie. Cette dernière est une petite fille terriblement attachante malgré son imagination débordante, elle est accompagnée de protagonistes très sympathiques. Le récit est court et il se laisse apprécier. C'est un classique inoubliable.






Titre : Les petites filles modèles
Auteur : La comtesse de Ségur
Tome 2
Série : Sophie de Réan
Maxi-Poche - 2003
254 pages


Résumé :
Camille et Madeleine, les deux soeurs, s'entendent à merveille, partagent les mêmes jeux, les mêmes émotions. Camille, l'aînée, est vive, espiègle, hardie; Madeleine est plus réservée, sensible, solitaire. Promenades en calèche, sauvetage d'un rouge-gorge tombé du nid, indigestions de cassis, disputes et réconciliations, fêtes et parties de campagne... Avec leurs amies Marguerite et Sophie, les petites filles modèles vivent au jour le jour les grandes joies et les petites catastrophes de l'enfance.


Mon avis :
De la trilogie contant les aventures de Sophie de Réan, ce livre compte parmi mes préférés, je l'ai même plus relu que les Malheurs de Sophie. C'est un ouvrage unique, sympathique, il m'a fait passer un bon moment, me replongeant dans l'enfance et au dessin animé.

Ce roman est plus long que le précédent, les chapitres sont plus nombreux pour mon plus grand plaisir, car cela signifie plus d'aventures à conter ! Les histoires sont variées, comme expliquer dans le récit, nous avons des promenades, parfois même nos héroïnes se perdent en forêt ; nous retrouvons des animaux, des disputes, des réconciliations, des rencontres intéressantes, des fêtes...

Je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer, je suivais les péripéties de ces petites filles avec leurs joies et leurs peines, avec leurs personnalités bien distinctes. Certains chapitres sont plus marquants que d'autres, certains chapitres nous amusent ou nous touchent plus, la grande variété d'histoires permet de trouver son bonheur. On retrouve Sophie, on apprend quelques faits la concernant, dont le fait qu'elle revient en France avec sa belle-mère, Mme Fichini. On ne sait pas tout ce qui s'est passé pour elle, il faut encore attendre Les vacances pour comprendre l'intégralité de l'affaire, contrairement au dessin animé qui a comblé cette ellipse.

Le style est celui d'un ouvrage du XIXe, et pourtant, il reste simple et fluide à la lecture. Les descriptions, le rendu des émotions ou les dialogues sont très bien écrits, soignés et cette fluidité rend l'ensemble attachant et agréable à lire. Aussi, il ne faut pas s'étonner des nombreuses allusions à la religion, c'était l'époque qui voulait ça, ils étaient très dévots, ça pourra rebuter quelques personnes, mais personnellement, ça ne m'a pas dérangée. La Comtesse de Ségur sait dépeindre un univers singulier et proche du sien tout en offrant une trilogie inoubliable. J'ai lu ce roman en à peine deux jours tellement j'étais dedans.

Camille et Madeleine de Fleurville sont les petites filles modèles. On pourrait être agacée de leur si bonne entente, de leur comportement irréprochable, mais sincèrement, elles ne sont pas des saintes. Elles ont des défauts, elles s'efforcent juste de ne pas se laisser emporter par leurs défauts, c'est tout. J'ai beaucoup d'affection pour ces deux petites filles, elles toujours l'une pour l'autre. J'aime énormément Mme de Fleurville, j'ai toujours apprécié cette femme simple, altruiste, c'est une mère juste et j'adore sa bienveillance.

Mme Rosbourg et sa fille, Marguerite, sont deux nouveaux protagonistes très sympathiques, même si de temps en temps Marguerite m’insupportait. J'aime particulièrement la relation entre Sophie et Marguerite, elles sont de bonnes amies et leurs chamailleries me font rire. La famille Rosbourg souffre de la disparition du Commandant Rosbourg, un marin dont elles n'ont aucune nouvelle. Leur histoire est passionnante, d'autant plus qu'elles vont rencontrer la famille Lecomte, cette rencontre est très touchante et importante. J'ai adoré ce passage du roman.

Passons à notre héroïne préférée, Sophie de Réan. Même si elle n'a pas corrigé tous ses défauts, Sophie évolue durant cet ouvrage, elle devient plus sage, plus humble, et ce, grâce au contact de Mme Fleurville et de ses amies Camille, Madeleine et Marguerite. Si nous connaissions Sophie maladroite, gaffeuse, nous retrouvons une Sophie terrorisée et maltraitée par sa belle-mère, Mme Fichini. Ce changement rend encore plus attachant le personnage et même si l'on peut encore lui reprocher quelques défauts, on ne peut jamais lui en vouloir longtemps. On lui souhaite même de pouvoir se défaire des griffes de Mme Fichini. Cette dernière est le personnage le plus malfaisant que j'ai rencontré, elle est égoïste, mauvaise, elle bat sans cesse Sophie, la maltraite... C'est une femme odieuse, on la déteste et pourtant, j'ai pris pitié d'elle, elle devient ridicule avec sa coquetterie trop importante.


En somme, c'est un excellent ouvrage pour les petits et les grands, un classique qu'il faut lire au moins une fois. C'est une très bonne suite aux Malheurs de Sophie, aussi bien écrite, peuplée de protagonistes humains et attachants aux nombreuses péripéties. De ce fait, il est impossible de s'ennuyer, on peut y trouver son compte, soit dans les aventures, soit dans les personnages. Le roman se lit vite, je ne me suis pas ennuyée, je suis toujours fan et il me tarde de lire les Vacances.




Titre : Les vacances
Auteur : Comtesse de Ségur
Tome 3
Série : Sophie de Réan
Le livre de poche Jeunesse - 2006
347 pages


Résumé :
Voilà des grandes vacances bien animées au château de Fleurville ! Pêche, chasse aux papillons, construction de cabanes... Les activités ne manquent pas pour Camille, Madeleine, Marguerite, Sophie et leurs trois cousins. Mais la grande surprise, c'est le retour de M. de Rosbourg et de Paul, le cousin de Sophie, que tous croyaient morts avec les parents de Sophie dans le naufrage de leur navire. Les vacances prennent un goût nouveau avec le récit de leurs aventures !


Mon avis :
Le point final d'une série que j'aime lire et relire sans aucune modération. Ce dernier volet est très intéressant et même si l'on est triste de quitter ces personnages, on se réjouit de leur bonheur après tant d'épreuves.

J'étais tellement contente de pouvoir enfin mettre la main sur Les vacances, ce titre manquait pour terminer la trilogie autour de Sophie de Réan et de ses amis. En le relisant, je suis toujours aussi émerveillée et captivée par la qualité du récit, par les événements que nous conte la Comtesse de Ségur.

Ce sont effectivement des vacances très animées qui nous sont proposées dans ce roman et pour notre plus grand plaisir, il est impossible de s'ennuyer. Comme pour Les malheurs de Sophie ou les Les petites filles modèles, le roman est subdivisé en plusieurs chapitres et chacun y trouvera son bonheur. Certains de ces chapitres furent repris dans le dessin animé, qui comme vous le savez, est une référence de qualité pour moi. Entre rires et retrouvailles, nous sommes en présence d'un tome plus léger, il clôture joliment la série qui fut longtemps marquée par de difficiles épreuves. Toutes les activités proposées permettent de mettre en valeurs nos chères héroïnes (Camille, Madeleine, Sophie et Marguerite) ainsi que les cousins (Léon, Jean et Jacques).

Quelle surprise de revoir Paul, grand absent du volet précédent ! Je suis très contente de le voir vivant, et surtout, c'est un vrai régal que de suivre ses aventures parmi les « sauvages ». Il ne faut pas s'offusquer du terme, il est d'usage à l'époque ; ce sont par ailleurs, des hommes bons et très sympathiques. Je suis heureuse de voir que la Comtesse de Ségur nous les dépeint humains et non féroces et sans cœur, d'autant plus que Paul conte très bien son histoire. Paul est un garçon que j'affectionne énormément, je l'adorais dans Les malheurs de Sophie, mais il a grandi et il est devenu encore meilleur. C'est un garçon auquel il est très facile de s'attacher.

Je suis encore plus ravie de le voir s'installer avec sa nouvelle famille, les Rosbourg. Il est vrai qu'il est aimé à sa juste valeur, le commandant est un homme extraordinaire, fort et humble, c'est un de mes pères préférés avec M. de Rugès (le père de Jean et Léon). Mme de Rosbourg est égale à elle-même, généreuse et sympathique, quant à Marguerite, elle est devenue moins agaçante.

Jean est mon deuxième garçon préféré, il est tellement gentil avec Sophie plus particulièrement. J'aime beaucoup son frère Léon qui connaît une très belle évolution, c'est un garçon très intéressant dans la personnalité. M. de Rugès est un homme drôle, courageux et très sympathique, j'en suis réellement fan, je m'amuse beaucoup en sa présence.

La famille de Fleurville reste une très belle famille. Madeleine et Camille sont les deux petites filles modèles certes, toutefois, elles ont leurs personnalités, elles ne sont pas irréprochables. Elles sont douces et bienveillantes à l'égard des autres, j'adore ces deux sœurs et encore plus leur mère. Mme de Fleurville est une femme d'une générosité sans pareil, jamais en colère, elle est juste et j'admire sa personne. Sophie poursuis son évolution, elle est bien loin la petite fille de quatre ans qui accumulée les bêtises. Place à une jeune fille raisonnable, forte et admirable, elle s'assagit et devient meilleure. Sophie restera une héroïne inoubliable, elle a vécu tellement de choses, on s'attache si facilement à elle qu'il est un peu dur de la quitter.

Le thème majeur de cette trilogie est l'éducation. Ces trois romans ont pour but d'éduquer les enfants, de leur apprendre à discerner le vrai du faux, à ne pas mentir, à ne pas désobéir... Ce sont des messages intemporels portés par des histoires intemporelles et fortes, et ce, grâce à des protagonistes inoubliables. La religion est omniprésente, elle fait partie intégrante de l'époque de la Comtesse de Ségur et de ses histoires, cependant, de mon point de vue, ça reste abordable et ne porte nullement préjudice à cette série.

En conclusion, j'ai passé de très bons moments de lectures avec ce tome. Il est riche en événements, il termine d'une bien belle manière la trilogie, le style est soigné et fluide, le roman se laisse lire avec simplicité et l'on ne voit pas le temps passer. Les événements contés sont passionnants, les personnages humains et attachants, c'est un réel plaisir d'avoir relu cette magnifique série que je lirais encore et encore.

2 commentaires:

  1. Je n'ai jamais lu ces livres m1is une amie les as tous lu et à vraiment adoré ! :)
    Contente que tu ai aimé cette relecture ! :)

    RépondreSupprimer
  2. Il est dans ma PAL, je lirai ton avis quand j'aurai fini le livre, histoire de comparer :)
    En tout cas je suis contente si ma chronique sur Verne t'as donné envie de lire Les Indes Noires !

    RépondreSupprimer