Les dernières chroniques

31/10/2016

Castelmore (EDGAR + BEORN) ~ Adèle et les noces de la reine Margot + Un ogre en cavale



Titre : Adèle et les noces de la Reine Margot
Auteur : Silène EDGAR
Castelmore – 2015
285 pages
10€90



Résumé :
Entre 2015 et 1572, Adèle doit choisir ! Adèle en a marre de ses parents, qui ne comprennent jamais rien. Au collège, elle préfère passer du temps avec ses copines qu'étudier. Aussi, quand elle apprend qu'elle doit un livre en entier pendant les vacances, c'est une véritable punition... Mais dans ses rêves, la nuit, l'impossible se produit ! Adèle est à la Cour, au XVIe siècle, au milieu des personnages de La Reine Margot ! Elle rencontre même un beau jeune homme... Ce qu'Adèle vit en 1572 vaut-il la peine de sacrifier ses amis et sa famille de 2015 ?

Mon avis :
Je tenais à remercier le site de Livraddict ainsi que les éditions Castelmore pour ce partenariat, ce livre m'a de suite séduite avec ce résumé mêlant historique et le fait de vivre à travers ses rêves. La couverture était très jolie et parler de 1572, même en roman jeunesse, c'est plutôt rare. Je l'ai lu très rapidement, car il a su être touchant, sympathique, bien écrit et captivant, je suis très contente de cette lecture, ce fut un très bon moment de découverte.

L'intrigue nous plonge dans deux réalités. La première concerne Adèle le jour, une adolescente avec ses envies et ses problèmes, surtout en ce qui concerne la communication avec ses parents. Depuis la mort de sa grand-mère, elle se sent terriblement seule et se laisse aller à la rêverie, son refuge, là où elle se sent mieux. Cette partie de l'histoire est très touchante, violente parfois, on ressent les émotions et la colère d'Adèle envers ses parents, loin d'être des modèles. À côté, la deuxième partie du récit, elle se déroule en 1572, lors du mariage de la reine Margot, et surtout lors des conflits entre catholiques et protestants, menant à la terrible nuit du massacre de la Saint Barthélemy. Un récit romantique et agréable à lire, immersif dans cette époque peu connue et peu vue en cours. Un moyen d'apprendre sans s'en rendre compte.

L'immersion dans cet univers historique est bien faite, le vocabulaire, les expressions, la médecine, la cour, la religion... l'auteure exploite rapidement ces thèmes et même si j'aurais souhaité qu'ils soient encore plus abordés, pour une première rencontre, ils sont bien décrits et nous donnent de précieux indices pour mieux comprendre ces années. Ensuite, il y a une bonne dose de drame et romantisme, de famille, d'adolescence, un roman qui sait aussi surfer sur une vague contemporaine, celle de 2015. Adèle sait très vite se rendre attachante et sympathique, sa longue descente aux enfers est fulgurante, et même en sachant qu'elle ne prend pas le bon chemin, le fait de la voir si heureuse et amoureuse de cet homme du 16e nous rend hésitants.

J'ai très vite imaginé les lieux, les objets, les costumes, les personnages grâce à la plume de Silène Edgar, précise, soignée et fluide. Les chapitres sont courts, sans être dénués d'intérêt, c'est même plutôt riche en rebondissements. J'ai sincèrement adoré en apprendre sur cette époque, je n'ai pas lu le roman de Dumas et je ne connaissais pas trop bien ces années, ce fut très instructif.

Je ne savais pas quoi lui conseiller, car ses parents sont tellement odieux avec elle, je ne les ai pas aimés du tout et même la fin ne les rend pas plus aimables de mon point de vue. Adèle et Samuel sont plutôt beaux ensemble, elle est une autre fille dans son rêve, une fille sortie du couvent, une catholique amoureuse d'un protestant, Samuel. C'est une belle romance, bien sympathique, même si elle reste simple, toutefois, la fin m'a énormément surprise, leur histoire prend un tournant très intéressant et fort en émotion. Samuel est par ailleurs un personnage captivant et très aimable, j'ai beaucoup aimé son caractère, tout comme Guillaume et Agnès. J'ai eu plus de mal avec Juliette, dont la méchanceté parfois gratuite m'a souvent déconcertée, j'ai compris pourquoi elle était comme ça à la fin du roman, elle se rachète un peu. Le protagoniste de la grand-mère est très fort, j'ai adoré ses interventions, le souvenir que l'auteure nous donne d'elle et son dernier message.

En conclusion, je pourrais être encore un peu plus longue sur ce roman, mais je vais m'en tenir à ses points positifs. Il est facile à lire grâce à la plume de Silène Edgar, fouillée et agréable ; l'histoire est simple, mais reste efficace et prenante, elle est surtout riche en émotion, il y a ce mélange entre 2015 et 1572, bien expliqué et exploité. Les protagonistes sont travaillés, certains sont plus attachants que d'autres, mais dans l'ensemble, ils sont géniaux, en particulier le couple principal Samuel et Adèle. L'époque choisie est un pari audacieux, car ces années ne sont pas forcément connues, si ce n'est que le triste massacre de la Saint-Barthélémy, du coup l'auteure nous donne des informations très intéressantes. Et même si c'est court et rapide, j'ai pris plaisir à suivre cette héroïne adorable et fortement sympathique, ce fut une très bonne surprise.








Titre : Un ogre en cavale
Auteur : Paul BEORN
Castelmore — 2016
241 pages
10€90



Résumé :
Jeanne est à l’hôpital... Et voilà qu'un ogre apparaît dans sa chambre et lui vole son coeur avant de s'enfuir ! Puis un mousquetaire et son chat débarquent à leur tour et lui prêtent un coeur de dragon, en attendant que Jeanne récupère le sien. La jeune fille doit faire vite car elle n'a que quelques heures devant elle. En compagnie de ses deux étranges complices, la jeune fille se précipite sur les traces de l'ogre, dans une course-poursuite effrénée à travers Paris !


Mon avis :
Depuis sa sortie, ce titre m'intrigue avec sa chouette couverture, son résumé accrocheur. C'est typiquement le genre de récit que j'aurais adoré de lire plus petite avec cette belle aventure, de bons messages ; c'est idéal pour se changer les idées et un récit parfait pour les petits et grands enfants.

C'est un one-shot qui reprend d'excellents ingrédients en matière de magie, d'humour et d'aventure. J'aime beaucoup cette histoire d'enfance perdue, c'est assez poétique et bien pensé, surtout quand on lit l'épilogue avec les Gobelins. C'est un récit sur le passage à l'adolescence, sur les changements ; l'intrigue est efficace, pas de détours ou de longues digressions, c'est plaisant à lire et les courts chapitres permettent de le lire rapidement. Grandir, accepter son enfance partir sans pour autant se renier, conserver une part de magie en soi, ce sont de très beaux messages auxquels j'adhère complètement.

Le récit fait la part belle au voyage. Notre petite héroïne, Jeanne, pourchasse avec un chat doté de la parole et un magicien-mousquetaire, un ogre qui lui a volé son coeur. Elle se lance dans les rues de Paris et nous fait visiter des lieux intéressants comme la Place des Vosges, la cathédrale de Notre-Dame, les galeries Lafayette ou l'Opéra Garnier, l'Elysée et la Place de la Concorde. Autant de lieux qui donne de bons rebondissements.

Le style de Paul Beorn est sympathique à lire, les descriptions me plongent véritablement dans les lieux visités et j'ai apprécié ressentir les émotions de Jeanne. C'est une petite fille très captivante, elle se sent seule et rejetée par les autres à cause de ses passions pour l'imaginaire, la magie. Ses seuls amis sont Harry Potter, Peter Pan et Bilbo Baggins. Se sentant différente, elle se sert de son imagination et de sa détermination pour sauver Paris de l'assaut de l'ogre. Elle est têtue et rebelle, malicieuse et géniale, c'est une fille vraiment adorable à suivre et j'ai adoré sa personnalité. Elle grandit avec cette histoire.

Jeanne est en train de mourir, son coeur a été volé et elle n'a que peu de temps pour le récupérer. Hospitalisé après un grave malaise, elle va voir débarquer dans sa chambre un ogre facétieux et méchant. Profitant de la faiblesse de la jeune fille, il va lui voler son coeur et manger bien des parisiens ! Aidé par une princesse fantôme, d'un chat nommé Tempête et d'un magicien volage, elle va rencontrer toute une pléiade de protagonistes variés, des plus sympathiques aux plus farfelus pour attraper cet ogre. Contre l'avis de tous, Jeanne va se confronter à l'ogre, en faisant preuve de témérité et d'astuce. J'ai pris plaisir à découvrir toute la galerie de personnages inventés par l'auteur, l'ogre et la duchesse forment un bon duo, le chat m'a surprise plus d'une fois, le magicien-mousquetaire est très amusant dans son comportement, les Gobelins sont sans nul doute mes préférés avec les statues de Notre-Dame.

Une histoire véritablement charmante et agréable, bien mené et rythmé. Avec beaucoup d'humour et de situations rocambolesques, je me suis bien souvent amusée à suivre toutes ces péripéties joyeuses et fantasques. Ce roman pourrait largement se lire à haute voix tant il est merveilleux et passionnant. C'est vivant et pétillant, d'autant plus que les illustrations sont très jolies, Noëmie Chevalier a un super style. Le design des personnages rencontrés est bien trouvé et les lieux sont super beaux, je pense notamment à la cathédrale que l'on voit également en couverture. Les illustrations marquent des moments importants dans le récit, elles sont bien incorporées dans le texte.

En conclusion, c'est un chouette récit que je ne suis pas mécontente d'avoir pu découvrir. Il me tentait depuis un long moment, il a bien sûr des défauts si on le regarde avec des yeux d'adultes. Je l'ai trouvé un peu court et simple ; néanmoins, les personnages sont charmants, l'ambiance fonctionne et nous plonge dans un récit prenant. Le style est fluide, les illustrations sont chouettes, le tout est dans une atmosphère bon enfant qui fait rêver, j'ai passé un très bon moment avec.


Petit plus HS : ce roman compte pour le Read-A-Thon (juillet 2016)

Aucun commentaire:

Ajouter un commentaire