Les dernières chroniques

02/10/2016

Le dityque du temps (CHATTAM) ~ Léviatemps + Le requiem des abysses

Titre : Léviatemps
Auteur : Maxime Chattam
Tome 1
Série : Le diptyque du temps
Pocket — 2012 — 570 pages
 
Résumé : 
Paris, 1900. Guy de Timée, romancier à succès, vit pourtant dans les combles d’une maison close. Du jour au lendemain, il a tout plaqué : femme, enfant, amis, réussite, et a décidé de se lancer dans un roman policier qui le plongerait dans les bas-fonds de la civilisation. Cette mort qu'il désire tant approcher va surgir au milieu de la nuit en la personne de Milaine, jeune prostituée assassinée dans des circonstances particulièrement étranges. Et si elle n’était pas la première ? Qui rode dans les rues de la capitale, dans l’ombre de l’Exposition Universelle ? Quel est le sombre dessein de ce tueur de femme ? Guy va tenter de le découvrir, en compagnie de la mystérieuse Faustine, de l’inspecteur Perotti et d’Yoshito, un sumo japonais déshonoré… Des cercles ésotériques de Paris aux merveilles de l’Exposition universelle, il va peu à peu mettre à jour un terrifiant secret, celui qui fascine tout homme depuis la naissance de la civilisation : le contrôle du temps.

 
Mon avis :
Mon premier roman de Maxime Chattam et certainement pas le dernier, j'ai adoré cette immersion au cœur du Paris de 1900, cette ambiance sombre typique d'un thriller et la plume de l'auteur est un vrai régal. Je suis contente de l'avoir découvert, c'est un bon roman. Je suis heureuse d'avoir pu le remporter lors d'un concours organisé par Pocket, Fleuve et 10/18 sur notre PAL de serial lecteur.

L'histoire nous conduit auprès de Guy de Timée, un écrivain en panne d'inspiration. Jusqu'au jour où le meurtre sordide de son amie Milaine le propulse en plein milieu d'une série d'assassinats étranges. Cette enquête semble donner un coup de fouet à Guy qui se donne le devoir de découvrir la vérité par respect pour Milaine, d'autant plus que la police reste sourde à cette violence. J'ai franchement été happée par cette intrigue, elle est pleine de rebondissements, d'actions, d'émotions, d'angoisse, un petit brin de romance, beaucoup de réalisme, un soupçon d'horreur et une bonne dose d'humanité. C'est une recette qui a su me prendre du début à la fin malgré quelques longueurs.

L'enquête est savoureusement bien menée. Rien n'est laissé au hasard. Chaque détail compte et l'enquête ne s'essouffle jamais en dépit du grand nombre de pages. Chaque découverte, chaque détail trouvent sa place et se comptent comme une pièce dans ce puzzle géant. Les meurtres, les hypothèses, les recherches, les dialogues, les explications concernant la psychologie ou la graphologie... tout est bien écrit, précis et riche. On n'a pas réellement le temps de s'ennuyer et tout s'imbrique avec brio. Chacun des suspects à ses raisons d'être coupables et d'être innocentés, on en vient même à jeter notre œil méfiant du côté des personnages pourtant fort sympathique et totalement innocent ! Le dénouement final est inattendu, personnellement, j'étais bien loin d'imaginer qui était le coupable. C'est un final du tonnerre, inattendu et extraordinaire, j'ai adoré.

L'univers choisi est très bien décrit. Les thèmes abordés le sont tout autant. Paris est plus que réelle, elle s'anime sous nos yeux et c'est fou la quantité monstrueuse d'informations que l'on peut apprendre à son sujet dans ce livre sans s'en rendre compte ! De plus, l'époque est bien choisie, j'adore cette année 1900, la Belle-Epoque, l'Exposition Universelle, tout est réel, bien décrit, vivant, on s'y croirait réellement. L'ambiance sombre, la nuit, les maisons de tolérance (ou closes, si vous préférez), cette partie opposée à la Ville lumière est également à l'honneur. Et une fois de plus, l'auteur nous y transporte avec facilité, on se laisser promener à travers les rues, étudiant chaque mot laissé par l'auteur dans le but de trouver le coupable avant Guy. On reste fascinée par ce mélange réussi entre le thriller, le réalisme, l'horreur tout en imprégnant son récit de touches de psychologie, de romance, d'ésotérisme et de religion. On tombe ni dans le trop peu, ni dans le pas assez, la balance s'équilibre toujours.

Les personnages sont sympathiques et attachants. Notre trio d'enquêteurs est composé de Guy de Timée, de Faustine et Martial Perotti. Le premier est facile à cerner, le récit nous le fait suivre, on découvre ses pensées, on se fourvoie comme lui. Il m'a plutôt amusée et fasciné, c'est un bon enquêteur, il en connaît des choses, il est très humain, on lui en veut un peu d'abandonner son ancienne vie pour sa liberté. Pourtant, on le comprend aussi. J'ai beaucoup d'affection pour Faustine, un personnage féminin absolument génial, forte et sensible, féminine et volontaire, belle, perspicace, elle possède un sacré tempérament et j'ai adoré chacune de ses apparitions. Quant à Martial, il est plus effacé, mais il n'en demeure pas moins redoutable, c'est un policier qui apporte son aide très précieuse. Ses remarques et sa manière de voir m'ont bien souvent amusée, c'est un bon personnage. Je ne parlerais pas des autres protagonistes rencontrés, ce serait gâcher le plaisir de lire, chacun doit se faire sa propre opinion de ces personnages, parce qu'ils amènent tous un quelque chose au récit, en bien, en mal, ils ne nous laissent pas indifférents.

En conclusion, j'ai adoré ce roman. Léviatemps est un très bon thriller nous plongeant avec délice et effroi dans le Paris de 1900, en plein cœur d'une série de meurtres affreux. L'enquête nous expose à de très bons ingrédients tous exploités avec brio et apportant au récit une touche de singularité. Le trio principal possède ses qualités et ses défauts, mais ils demeurent attachants et sympathiques, nous permettant d'apprécier encore plus l'intrigue savamment menée. Malgré quelques longueurs, le récit s'en tire bien grâce à une plume maîtrisée, soignée et dotée d'un vocabulaire très riche et précis. Je lirais volontiers d'autres romans de l'auteur avec autant d'enthousiasme.



Titre : Le requiem des abysses
Auteur : Maxime CHATTAM
Tome 2
Série : Le diptyque du temps
Pocket — 2013
593 pages


Résumé :
Pour oublier le criminel qui a terrorisé Paris lors de l’Exposition universelle de 1900 et se remettre de leurs aventures, l’écrivain Guy de Timée et Faustine, la belle catin, se sont réfugiés au château d’Elseneur dans le Vexin. Mais là, dans une ferme isolée, une famille est assassinée selon une mise en scène macabre, alors que l’ombre d’une créature étrange rode dans les champs environnants… Guy, dans sa soif de comprendre le Mal, de le définir dans ses romans, replonge dans ses vieux démons, endossant à nouveau ce rôle de criminologue, qui le conduit peu à peu, comme un profiler avant la lettre, à dresser le portrait du monstre. Pendant ce temps, à Paris, les momies se réveillent, les médiums périssent étrangement et les rumeurs les plus folles se répandent dans les cercles occultes...


Mon avis :
Curieux. Au départ, je ne souhaitais pas le lire, pensant que le premier pouvait largement se suffire à lui-même. Puis avec le temps, je me suis sentie l'âme d'une aventurière, je voulais terminer quelques séries commencées et je l'ai acheté. J'ai profité du Read-A-Thon de juillet pour le découvrir. J'ai préféré le premier opus, celui-ci m'a dérangé sur bien des points. Néanmoins, il a de nombreux atouts que n'avait pas le premier, j'en ressors contente, mais un iota mitigée.

On va commencer par ce qui m'a dérangé. La lenteur. J'ai mis presque la moitié du récit à me plonger dedans, pas par manque d'intérêt, loin de là. Juste parce que c'était lent, j'avais cette impression de tourner en rond et de lire la même chose. Surtout que les détails macabre s'accumulent durant cette première moitié, ce qui pourrait déranger plus d'une âme sensible. Sans être sensible, j'ai tout de même fini par passer des pages tant c'était malsain par endroit. Peut-être que le cadre du Vexin ne me convient pas, parce qu'une fois la moitié passée, ce fut lu en peu de temps.

Autre point dérangeant, Guy. Autant je l'adorais dans le premier tome, autant ici... je l'ai trouvé très dérangé, un peu rentre dedans et moins attachant. C'est un défaut pour moi, mais en vérité, c'est une qualité. Cela montre que notre héros a été complètement sonné et marqué par les événements du premier tome. En ça, il prouve qu'il est humain. Il reste captivant à suivre et nous fournit une matière incroyable pour penser sur la nature humaine. J'ai apprécié lire ses pensées concernant la psychologie du tueur.

Premier atout du livre : sa fin. Les cent dernières pages sont juste addictives et formidable. Une fin loin d'être ce à quoi je m'attendais, une tournure oppressante, lourde et si triste. Jusqu'au bout, j'avais espéré un autre dénouement et surtout, un autre coupable. En vérité, Guy se retrouve une fois de plus confronté aux démons du premier ouvrage et les révélations sont tellement choquantes. Ce fut une belle surprise. Par ailleurs, l'épilogue est merveilleux, entre espoir, constat, amertume et réflexions intéressantes. Il est très touchant cet épilogue.

Un autre point positif, c'est l'ambiance. L'auteur a un style d'écriture très soigné qui rend descriptions et dialogues percutants, chargé en détails qui ont leur importance. C'est minutieux et tout s'imbrique parfaitement. Il boucle une sombre affaire, une intrigue qui se veut très sombre, très noire et mature. Elle est fascinante, horrifiante et elle ne nous laisse pas indifférent. L'atmosphère est bien menée, j'ai fini par être subjuguée par cette lecture, c'est un bon thriller.

L'histoire nous emmène loin de Paris, en campagne. Des familles entières sont décimées par une ombre bestiale alors que Paris voit des momies enlevées et des médiums assassinés. Si Guy et Faustine pensaient fuir la mort et le temps en s'accordant une paix méritée, ils vont devoir se lancer une nouvelle fois dans l'enquête. Ne serait-ce que par volonté de comprendre ce qui leur arrive et de donner justice aux victimes. L'intrigue nous mène en bateau du début à la fin, et pourtant, plus on avançait dans l'enquête de Guy plus j'adorais ce formidable mélange. Des momies, des questions occultes, un fou furieux, des évasions, et ce passé qui vient peu à peu se nouer à cette intrigue... c'est très bien mené et prenant à la longue.

Quant aux personnages, j'ai apprécié revoir les anciens et faire la rencontre des nouveaux. J'ai déjà dit ce que je pensais de Guy, Faustine est un peu plus effacée, mais elle reste digne, bienveillante et caractérielle. Hencks est toujours aussi ferme, droit, loyal et sympathique ; tous les personnages rencontrés ont un rôle, en bien comme en mal, ils apportent quelque chose au récit et ça se voit très vite.

En conclusion, ce deuxième tome est en deçà du précédent à mon sens. Toutefois, il a de très bons atouts pour être exceptionnel comme une ambiance travaillée et noire ; des personnages sympathiques et humains, une intrigue très bien menée, avec un rythme de plus en plus soutenu. De belles trouvailles en matière de révélations, un chouette penchant psychologique, une fin incroyable et inattendu pour moi. Je reste fan de ce diptyque original et bien écrit.

Aucun commentaire:

Ajouter un commentaire