Les dernières chroniques

22/10/2016

Les Chevaliers d'Emeraude (ROBILLARD) ~ Tomes 4 à 6

Titre : La princesse rebelle
Auteur : Anne ROBILLARD
Tome 4
Série : Les chevaliers d’Émeraude
Michel Lafon - 413 pages


Résumé :
Âgée de 19 ans, Kira devient enfin Chevalier et épouse Sage d’Émeraude, ignorant qu’il est possédé par l’esprit du renégat Onyx. Lorsque ce dernier se décide à se venger d’Abnar, les Chevaliers d’Émeraude doivent déployer toute leur force pour l’empêcher de détruire leur allié immortel. Redevenu lui-même, Sage est confronté à une vie dont il n’a aucun souvenir. Soumis à nouveau aux épreuves magiques d’Élund, le jeune guerrier réussira-t-il à conserver son titre ? Tandis que les célébrations organisées en l’honneur de Parandar, le chef des dieux, battent leur plein, un homme agonisant arrive dans la grande cour du Château d’Émeraude et annonce aux Chevaliers que des créatures inconnues déciment la côte. N’écoutant que leur cœur, les valeureux soldats se précipitent au secours des villages éprouvés. Quel piège Amecareth leur a-t-il encore tendu ?

Mon avis :
Une très bonne suite qui voit de nouveaux éléments prendre place. Comme pour le tome précédent, les descriptions nous conduisent au cœur de l’univers d’Enkidiev sans nous perdre une seule seconde. Les répliques sont tout aussi géniales, avec l’humour spécial de Nogait, la bouillante Swan ou encore grâce à Kira.

En somme, ce quatrième opus se divise en deux temps. La première partie nous présente Onyx qui est depuis quatre années dans le corps de Sage. Ce personnage ne montre pas la meilleure partie de sa personnalité que je juge complexe. À ma première lecture, je détestais cet envahisseur, désormais, en connaissant la suite, je ne peux pas réellement lui en vouloir. Onyx est un sincèrement un personnage intéressant, drôle, proche de l’ironie, fort, c’est plutôt un très bon soldat et un magicien hors pair.

Ces chapitres axés sur la traque de l’esprit d’Onyx et ceux sur son combat contre Abnar resteront parmi mes préférés dans la saga. Ils sont très prenants, notamment dans le suspense, j’avais hâte de voir comment il allait être confondu ainsi que l’issue de ce combat. Duel qui aurait pu être un peu plus « titanesque » et épique, il lui manquait une certaine grandeur, mais il reste classe. Le combat moral entre Jasson et Onyx est lui aussi splendide. Je suis contente que Sage-Onyx ait tapé dans l’œil de quelqu’un, car aucun changement de personnalité, du moins aussi prononcé, ne peut rester sans interrogation. Cette partie « enquête » était très sympathique et voir ces deux hommes se batte autant physiquement que moralement vaut le coup.

Les personnages ont vieilli de quatre ans. Une légère évolution se sent. Swan et d’autres jeunes chevaliers semblent prendre leurs aises et deviennent patiemment de nouveaux héros. La relation entre Fan et Wellan glisse sur une mauvaise pente, de même que celle entre Wellan et Abnar, c’est une évolution surprenante, mais elle s’explique par certains évènements. J’aime la relation entre Sage et Kira, ils représentent vraiment un très beau couple.

En parlant de Kira, j’aime toujours autant son personnage et sa personnalité, son choix de costume me parait justifié, sa tunique mauve est juste magnifique. Comme la couverture qui la représente. C’est l’une de mes préférées. Ce tome est énormément concentré sur elle, le titre du tome, son adoubement, son mariage, son choix de tunique, ses pouvoirs… Ce n’est pas pour me déplaire, vu que j’aime énormément ce personnage dont on aura suivi l’évolution depuis ses deux ans.

D’autres personnages apparaissent furtivement, comme Dylan, un Immortel très spécial et qui semble promettre de belles histoires ou Lassa. Notre porteur de lumière a grandi et je le trouve vraiment mignon, il est très puissant et adorable, généreux et sensible. C’est un petit garçon qui ne cesse d’étonner et de m’étonner. La fin semble présager d’une belle amitié entre lui et Liam, le fils de Jasson, lui aussi un drôle de petit garçon. J’ai hâte de les voir grandir.

La deuxième partie du quatrième opus est concentrée sur un nouvel envahisseur envoyé par Amecareth : des lézards. Ceux-ci s’avèrent redoutables et j’apprécie cette difficulté. Les combats vont devenir plus ardus et j’aime cet élan de nouveauté donné par l’auteur, pas de sorciers, pas d’insectes. Des lézards dont les femelles ne peuvent plus donner d’enfants et qui par dépit et désespoir vont sur le continent enlever les femmes et les filles. C’est une idée particulièrement sympathique, horrible certes, mais qui nous permet d’entrer réellement dans la guerre et ses atrocités.

En conclusion, ce quatrième opus compte parmi mes préférés. La couverture est sublime, l’histoire est prenante et l’on entre définitivement en guerre avec les rapts organisés par les lézards. Les personnages évoluent tout comme leurs relations, nous avons des mariages et de nouvelles rencontres, des disputes et de la fraternité. L’auteur poursuit son récit avec un style fluide, des descriptions bien menées et des répliques bien construites. La fin annonce une virée en territoire ennemi afin de reprendre les femmes enlevées et donc encore plus de péripéties pour nos Chevaliers.



Titre : L’île des lézards
Auteur : Anne ROBILLARD
Tome 5
Série : Les chevaliers d’Émeraude
Michel Lafon - 407 pages


Résumé :
N’écoutant que leur courage, les Chevaliers d’Émeraude partent au secours des femmes et des fillettes enlevées au Royaume de Cristal par les lézards et retenues prisonnières sur leur île lointaine… Wellan emmène avec lui quelques hommes et laisse les autres serviteurs d’Enkidiev de garde au royaume de Zénor. Kira fait partie de cette périlleuse expédition, de même que le Magicien de Cristal qui leur réserve une surprise extraordinaire. Pendant que ses compagnons voguent sur l'océan, Dempsey veille sur les jeunes Chevaliers et les Écuyers. Mais une nouvelle menace plane à l’horizon. Un serviteur de l'Empereur Noir, encore plus cruel que le sorcier Asbeth, surgit des flots et s’en prend aux plus vulnérables. Pris au piège, Dempsey et ses frères d'armes devront affronter seuls ce puissant ennemi. Sauront-ils protéger le continent face à ce terrible adversaire ?


Mon avis :
Me voici pour ce cinquième tome qui compte de nombreux rebondissements et des chapitres très intéressants. J’ai apprécié cette lecture.

Cette fois-ci nous avons un nouvel environnement géographique, l’île des Lézards, île sur laquelle interviennent quelques Chevaliers afin de récupérer les femmes humaines que les mâles ont dérobés dans le tome précédent. L’exploration de cette île reste sommaire, ce qui est dommage, cependant, cette expédition permet de mettre en avant l’un de mes chevaliers favoris : Santo. Son personnage déjà intéressant, évolue, il gagne un nouveau pouvoir, se querelle même avec son meilleur ami. J’ai adoré cette mise en avant.

J’ai également apprécié les péripéties maritimes, le voyage en bateau était bien décrit et sympathique. Le retour est caractérisé par l’apparition d’un nouveau protagoniste : Sélace, le nouveau sorcier d’Amecareth, un squale. Je regrette qu’il n’apparaisse pas plus souvent dans ce tome et dans la saga, car il aurait permis d’intégrer une difficulté imposante pour nos Chevaliers. Néanmoins, sa rivalité avec Asbeth – qui marque son grand retour dans ce tome – est intéressante et aurait gagné à être mieux exploitée.

Fait intéressant pour la suite des aventures, Santo n’est pas le seul Chevalier à être mis en avant. Personnellement, j’apprécie ce parti pris, Wellan est certes complexe et génial, mais j’ai beaucoup aimé suivre d’autres protagonistes. On suit un peu plus Sage notamment avec son amitié avec un faucon. Ces scènes de dressages étaient bien pensées et nous permettent de nous familiariser davantage avec Sage. Lassa possède son quart d’heure de gloire dans cet opus et j’ai adoré ce qui lui arrive, même si à ma première lecture, j’ai eu peur pour lui. On compatit intégralement à ses conditions de vie totalement inadéquate pour un enfant de son âge, aussi important soit-il.

Dempsey est lui aussi mis en avant à cause de l’arrivée de Sélace, c’est un Chevalier que j’ai appris à apprécier et c’est intéressant de pouvoir suivre l’intrigue à Zénor et celle sur l’île des Lézards. Mais ce que j’ai le plus apprécié ce fut la mise en avant de Swan, l’un de mes personnages féminins préférés. Elle est bouillante, mais elle aussi forte que fragile, j’aime sa personnalité et ce qui lui arrive dans ce tome. Elle rencontre Farrell, un nouveau personnage qui démontre un sacré tempérament et des facultés magiques très sympathiques. J’adore ce couple, ils sont vraiment beaux ensemble et j’ai hâte de voir la suite.

Autre point non négligeable la leçon donnée par Ariane et Swan aux hommes d’Opale. On va dire que ce royaume est assez machiste et ces deux femmes vont prouver aux hommes qu’elles sont capables de battre des ennemis et chasser comme eux. Ces passages m’ont d’ailleurs beaucoup amusée, ils étaient très sympas à la lecture.

On pourrait croire qu’il y a peu d’actions, mais je ne pense pas. Elle est juste menée différemment. Nous avons de nouveaux personnages sur le devant de la scène, marquant ainsi un nouveau tournant de la part de l’auteur. Ces changements de points de vue permettent d’instaurer un rythme plutôt agréable et prenant, le style reste fidèle à Anne Robillard, fluidité et maitrise sont ainsi présentes. La bataille en fin de tome est surprenante et ce qui suit permet de relancer de nouvelles intrigues tandis que des relations et des querelles se nouent tout au long du récit.

En somme, un tome très sympathique, que j’ai lu très rapidement tant j’étais prise dedans. J’ai trouvé ce tome intéressant dans le travail des personnages et de leurs relations, ils semblent tous gagner en importance et en profondeur. Les descriptions nous plongent une fois de plus dans le monde d’Enkidiev marqué par la guerre contre l’Empereur Noir. J’ai hâte de pouvoir lire le sixième opus, l’un de mes préférés : Le journal d’Onyx.



Titre : Le journal d’Onyx
Auteur : Anne ROBILLARD
Tome 6
Série : Les chevaliers d’Émeraude
Michel Lafon - 411 pages


Résumé :
Après des siècles de paix, les armées de l'Empereur Noir Amecareth envahissent les royaumes du continent d'Enkidiev. Les Chevaliers d'Emeraude doivent alors protéger Kira, la princesse magique liée à la prophétie et qui peut sauver le monde. Grâce à Kira, le Chevalier Wellan découvre le journal du renégat et y apprend le sort qui sera réservé à ses soldats si l'Empereur Noir Décide d'adopter la même stratégie militaire que jadis. Effrayé, il tente de convaincre le Magicien de Cristal d'augmenter ses pouvoirs magiques. Pendant ce temps, le sorcier Asbeth envoie un nouvel ennemi à l'attaque d'Enkiediev. Tandis que les Chevaliers se portent au secours des habitants de la côte, Wellan a l'occasion de régler définitivement ses comptes avec le Roi des Elfes, et reçoit des dieux un présent inestimable... mais il ne se doute pas que l'ennemi est beaucoup plus proche qu'il ne le pense.


Mon avis :
L’un de mes tomes préférés dans cette saga, un tome moins centré sur les batailles, mais un tome qui annonce de nouvelles péripéties pour la suite.

Il est la suite directe du tome 5, étant lui-même la suite directe du tome 4. Donc l’espace d’un ou de deux ans se sont écoulés, nos héros ont changé, mais leur évolution est moins perceptible par rapport aux premiers tomes ou presque 7 années s’étaient écoulées, voire plus. Ainsi, ces tomes 4, 5 et 6 sont à prendre ensemble, dans un même arc narratif. La fin est maitrisée et semble annoncer de mauvais jours pour nos Chevaliers, c’est une très bonne fin, elle donne très envie de lire la suite pour diverses raisons.

Comme toujours, le style reste simple et fluide, fidèle à Anne Robillard, les mots nous emmènent au cœur d’Enkidiev ainsi que dans les pensées de nos héros. L’action est présente par cette invasion-surprise d’abeilles géantes à plusieurs endroits et nos Chevaliers vont devoir faire comprendre à Abnar qu’ils n’ont rien en commun avec les Chevaliers d’antan, des mercenaires.

Il est intéressant de voir l’Immortel presque au premier plan dans ce tome, j’ai apprécié cette mise en avant et les remontrances faites à son égard, puisqu’elles sont justifiées. L’évolution est lente et il a encore du mal à faire confiance aux humains, mais une vieille apparition va malheureusement l’accaparer et lui faire du tort. Autre Immortel apparaissant de plus en plus souvent, Dylan, le fils de Wellan. Un sacré phénomène, celui-ci, j’aime sa personnalité, son tempérament ainsi que ses péripéties dans le monde des Immortels. J’ai hâte de le voir encore dans les futurs tomes. De plus, nous commençons à approcher du territoire divin, ce tome nous présente Parandar, le grand dieu d’Enkidiev. D’autres dieux et Immortels nous seront très certainement présentés et prouvent que l’auteur a su travailler son monde.

Dans ce tome nous découvrons le journal d’Onyx qui permet à Wellan d’en apprendre énormément sur les anciennes tentatives d’invasion de l’Empereur. Ces quelques passages vont changer le cours des choses à Émeraude, ils vont bouleverser notre grand Chevalier, mais il va le conduire à pousser Abnar à bout et à trouver les autres journaux des généraux d’Hadrian. Ces passages du roman m’ont beaucoup intéressée, car jusqu’à maintenant, nous ne savions rien des premiers Chevaliers excepté ce qu’on a bien voulu nous dévoiler. La réalité était tout autre et l’on comprend un peu mieux les réticences d’Onyx à l’égard des Immortels. On le voit sous un autre jour.

À côté de ces moments très intéressants, nous avons une grande place accordée à l’amour. Wellan ayant conçu Dylan avec Fan – ayant donc conçu un Immortel, il ne peut plus avoir d’enfant, au grand dam de Bridgess. Fort heureusement pour l’un de mes couples favoris, ils parviennent au royaume des Elfes à adopter une étrange petite fille qu’ils nommeront Jenifael. Ce sont des moments très tendres et touchants que nous avons là avec ce bébé très surprenant et sympathique. Je l’ai aimée dès les premières lignes et j’ai hâte de la retrouver par la suite.

Autres couples, Farell et Swan, deux personnages que j’aime énormément et dont je suis super heureuse de les voir ensemble, leur histoire est vraiment belle. Tout comme Ariane et Kardey ou encore Nogait et… je ne vais pas vous le dire, cette histoire est vraiment cruciale, notamment pour des raisons politiques et diplomatiques, et je trouve que c’est l’histoire d’amour la plus intéressante en raison des dures épreuves traversées avant de se retrouver concrétiser par le mariage des concernés. On ressent le changement de Nogait dans sa personnalité, il apprend la patience notamment. Bien sûr, il restera toujours téméraire et doté d’un humour très particulier, mais c’est pour ça aussi qu’on l’aime.

Dernier grand point de ce tome, l’Empereur lui-même semble chercher sa fille, Kira. À travers un curieux objet, celle-ci va faire connaissance avec son géniteur, ce passage est plutôt inquiétant, car il montre à quel point Amecareth est déterminé à obtenir gain de cause. Il est rassurant de voir que Kira lui tient tête, mais elle ne ressortira pas indemne de ce face à face, mais là aussi, je n’en dirais pas plus.

En somme, ce tome marque un tournant pour plusieurs raisons : un complot semble naitre parmi les Dieux et les Immortels ainsi que l’apparition de Jenifael et de son amitié avec Lassa et Liam. Nogait et sa femme vont marquer l’histoire de deux royaumes. La fin, inquiétante et sombre, ne laisse rien présager de bon pour la suite. La trouvaille du journal d’Onyx risque de s’avérer cruciale pour la survie d’Enkidiev et ce tome marque le retour d’un personnage déjà vu dans le quatrième tome, un protagoniste que j’aime beaucoup. Toutes ces raisons ont fait que je ne me suis pas ennuyé une seule ligne et que ce tome reste mon favori de la saga. Il me tarde d’aborder le suivant.

1 commentaire: