Les dernières chroniques

19/11/2016

Album Jeunesse ~ La Harpe (COURGEON), L'île aux lapins (STEINER et MULLER) + Je veux mon chapeau (KLASSEN)




Titre : La Harpe
Auteur : Rémi COURGEON
Flammarion — 2010
30 pages
13€


 

Résumé :
Louise se trouve désespérément Banale. Rêvant de cinéma, de Paola Rigazzi, et de féerie, elle est loin d'imaginer qu'elle s'apprête à faire une découverte Extraordinaire qui pourrait bien changer sa vie...


 
Mon avis :
Un bon album jeunesse, dont j'ai aimé l'objet mis en valeur (la harpe) ainsi que les valeurs et les messages contés. Il ravira les enfants, j'en suis persuadée, parce que son texte les touchera forcément.

L'histoire nous présente une ravissante petite fille du nom de Louise. Sa nouvelle maison cache au fond d'un grenier un instrument de musique, une harpe, en apprenant à en jouer, elle se découvre, s'amuse et grandit. Elle s'accepte. L'histoire nous parle d'une petite fille vivant beaucoup de changements dans sa vie, elle déménage, elle va bientôt avoir un petit frère, on peut tous s'y reconnaître et les enfants s'attacheront facilement à Louise.

Le thème de l'acceptation de soi est bien exploité, notre héroïne apprend à mieux se connaître grâce à cet instrument, c'est une belle leçon ; car chaque enfant peut apprendre à s'accepter pour peu qu'il soit en confiance et qu'il pratique une activité qui lui plaise. D'autant plus que la harpe reste méconnue des enfants, cet album permet aussi une belle rencontre, celui d'un instrument singulier dans le paysage musical et pas plus compliqué qu'un autre dans son apprentissage.

Le texte est simple et fluide, il est bien écrit, lisible, on prend plaisir à voir les mots s'enchaîner avec facilité. C'est une lecture qui ravira petits et grands qui pourrait se faire lire le soir et même se faire lire en public, les mots sont soignés et justes. Le format de l'album est maniable, le texte est clair et bien présenté, les images accompagnent à merveille le texte.

J'adore les jeux faits avec le texte, sur une page, il est placé au creux d'une forme représentant une harpe ; pour marquer que la scène se déroule dans une classe, le texte apparaît sur une feuille blanche de type cahier d'écolier. Ma page favorite restera le jeu du miroir. Quand Louise se regarde dans cet objet, elle aperçoit son reflet vieilli de quelques années, le texte est inversé tout comme l'illustration, comme si nous avions un vrai miroir sous les yeux. Cette double page me fascine.

Les illustrations sont réussies, le style est singulier, mais efficace. Louise a un design simple et facile à reconnaître, elle a un physique qui la rend toute mignonne. La harpe est bien dessinée, le personnage de Madame Van Houtten – le professeur de harpe – est génial, j'adore comment elle a été représentée. Le grenier ou même la salle de classe sont aisément reconnaissable, aucun enfant de ne peux être perdu, c'est fluide et clair. Les couleurs sont particulièrement douces, harmonieuses et lumineuses ; elles collent aux ambiances, aux pensées de Louise. La colorisation est très jolie et rend la lecture encore plus agréable, c'est un très beau travail d'illustration.

En conclusion, je conseille cet album pour ses thèmes développés. L'acceptation de soi n'est pas toujours facile, mais avec cet album, on est prêt à faire cet effort, tant c'est bien exploité et expliqué. Louise est une petite fille très attachante qui ravira ses lecteurs, la harpe est un instrument que je trouve fascinant et j'aime le fait qu'il fut mis à l'honneur. Les illustrations comme le texte rendent cette lecture très agréable en raison de sa très bonne qualité, c'est une agréable découverte sur le thème musical.

Thème : Musique
Âge : A partir de 6 ans
Type d'ouvrage : Album






Titre : L'île aux lapins
Titre VO : Die Kanincheninsel
Auteur : Jörg STEINER
Illustrateur : Jörg MÜLLER
Mijade — 1977 (1ère édition) ; 2005
7€


Résumé :
Cet album s’ouvre sur une usine où l’on élève des lapins destinés à être mangé. Lorsque les lapins sont bien gros, on ajoute un lapereau dans la même cage. Mais où partent les gros lapins après ? Soi-disant sur l’île des lapins pour les plus gentils. Mais le nouveau venu, Petit Brun, n’a pas envie de rester dans cette cage à attendre. Il demande à Gros Gris s’il n’y a pas un moyen de sortir et d’aller directement sur l’île aux lapins. Les deux lapins se mettent à ronger la cage et réussissent à s’enfuir.


Mon avis :
Une belle histoire, simple, touchante, jolie. C'est une agréable découverte et elle plaira aux enfants comme aux grands enfants.

L'histoire nous emmène vers un drôle de lieu, une usine fabriquant des lapins. En fait, elle gère des centaines de lapins qui atterriront plus tard dans une assiette, une terrible réalité. Gros Gris rencontre Petit Brun et tous deux vont quitter ce lieu pour s'aventurer dans les champs avoisinants. Petit Brun connaît la nature et ses dangers tandis que Gros Gris ne sent pas à l'aise dans cet habitat naturel, il préfère retourner dans l'usine.

L'histoire nous conduit à connaître les lapins, leur environnement naturel, la thématique de l'industrie, celle de la liberté ou encore la captivité. Mine de rien, sans le vouloir, l'auteur nous interpelle, ce qui me fait dire que cet album conviendra plus facilement à des enfants plus âgés. Les thèmes abordés sont bien exploités, on réfléchit, on s'attache à ces deux lapins très différents et qui pourtant vont nouer une belle amitié.

Le format est pratique et facile à manier, on peut lire cet ouvrage seul ou publiquement, les images sont bien présentées et elles accompagnent le texte. La partie consacrée au texte est importante, le style de l'auteur est soigné, le vocabulaire est riche, d'où ma petite réserve. Les enfants plus âgés auront plus de chance de capter toute la portée philosophique de cet album à cause du texte très riche. Les mots s'enchaînent avec fluidité, les répliques et les descriptions donnent du relief aux personnages et à leur escapade.

On s'attache très facilement à ces deux lapins, aux tempéraments différents, même s'ils conservent une certaine malice. Petit Brun est très vif d'esprit, intelligent et rapide, tandis que Gros Gris semble plus peureux, moins à l'aise dans la nature, inquiet. On compatit à leur sort, d'autant plus que Gros Gris veut rentrer dans l'usine, là où l'on sait ce qui va lui arriver par la suite. Il a donc un capital de sympathie plus élevé.

Les dessins sont plutôt réalistes, les lapins sont tout mignons et adorables, ils semblent plus vrais que nature ! Les illustrations sont soignées, elles sont d'une veine très naturaliste, au plus proche de la réalité. Les lapins le sont, mais les paysages et décors le sont tout autant. Les champs, la route, le béton, les fleurs, les lignes permettent d'identifier clairement les lieux visités tandis que les couleurs renforcent cet aspect réaliste. Même la matière possède ce traitement, la fourrure, l'herbe, l'eau, tout est réel, on est bien loin d'un dessin naïf ou très enfantin. Cependant, j'ai adoré cette manière de faire des illustrations, nous sommes dans les années 70 et cela se ressent dans les lignes. C'est plutôt original.

En conclusion, j'ai bien aimé cette histoire très touchante, belle et poétique, avec cet aspect très naturaliste et réaliste dans le traitement de la réalité (lapins élevés pour être mangé, ou les illustrations). L'amitié entre ces deux lapins est sympathique, les couleurs sont douces, les textes soignés, on aime découvrir cette folle aventure à travers les champs et les routes. Un bel album.

Thème : Nature — Amitié
Âge : A partir de 7 ans
Type d'ouvrage : Album




Titre : Je veux mon chapeau
Titre VO : I want my hat back
Auteur et Illustrations : Jon KLASSEN
Milan — 2012
36 pages
12€20


Résumé :
L’ours a perdu son chapeau. Il demande à tous les animaux qu’il rencontre s’ils l’ont vu. Personne ne peut l’aider. L’ours est désespéré. Oui mais voilà : parmi eux se trouve un lapin… qui porte un chapeau sur la tête… Cet album d’une grande intelligence réussit l’exploit, avec une histoire très simple et des illustrations d’une rare sobriété, de s’adresser autant aux jeunes lecteurs qu’à leurs parents. Une forme cinématographique, beaucoup d’humour : un futur classique !


Mon avis :
Un album original et déroutant. Je l'ai pris grâce au site Ricohet. Il était dans la catégorie Ours, il avait un titre plutôt intrigant et surtout, l'illustration en couverture m'a interpellée. Comme j'adore ce qui est différent, je me suis aussitôt dit qu'il fallait que je teste.

J'ai bien aimé cette lecture, ce n'est pas un coup de cœur, c'est certain, mais il est doté d'un petit truc qui le rend attachant. Son grand charme lui vient de l'humour dont il regorge. Il est totalement amusant et fait pour nous détendre, il ravira certainement les enfants.

L'histoire est simple. Ce pauvre ours recherche désespérément son chapeau et se lance à sa recherche en interrogeant tous les animaux qu'il croise en route. Outre le fait qu'il y a une sorte d'enquête, on nous parle de mensonge et de vérité, de l'importance d'aider. La fin est surprenante et permet de faire un rappel avec une situation déjà vue dans l'album, un clin d'oeil très amusant.

La forme est maniable, facile pour la lecture à voix haute. Les illustrations sont en pleine page, à gauche généralement, excepté pour quelques pages, elles accompagnent le texte avec simplicité et fidélité. Le texte est très lisible, il joue sur les couleurs, la taille pour signifier le changement d'interlocuteur, ou des émotions spécifiques. Cela permet d'attirer le lecteur sur des points précis. C'est intéressant comme procédé et j'approuve ce genre d'idée. Le texte n'est pas forcément présent sur chaque double page, du coup, on a comme des pauses dans l'histoire, pour mieux cerner les émotions ou s'imaginer ce que peuvent ressentir les personnages.

Les illustrations sont de bonne qualité, je n'y suis pas forcément sensible, toutefois, elles ont l'avantage d'être originales et aussi amusantes que l'histoire elle-même. Les dessins sont simples, permettant aux enfants de trouver ses repères et de reconnaître facilement les animaux présentés. J'admets, honnêtement, ne pas avoir reconnu un ours dans le protagoniste principal. Sinon, le renard, le lapin ou encore la tortue sont eux identifiables. Le décor est réduit au strict nécessaire : plantes, cailloux, feuilles, brins d'herbe ; le fond est uni comme pour mieux se centrer sur le texte et l'imagination. C'est simple et efficace, il a pour but de conter une histoire amusante et sympathique, les illustrations à l'image du texte, on se laisse prendre au jeu.

Les personnages sont réduits à une fonction de présentation. Ils sont là pour aider l'ours à rechercher son chapeau, leurs réponses sont donc courtes tout comme leur apparition. Les deux seuls protagonistes vus plus fréquemment sont l'ours et le lapin. Le premier, parce que c'est son récit, le second parce qu'il est plus important qu'il n'y paraît. L'ours est plutôt sympathique, j'adore son design, même si je ne l'avais pas reconnu avant, il est original et singulier. On adore ce lapin, malgré ce qui va lui arriver au cours du récit, j'aurais aimé le voir se défendre. Il est bien mignon et la double page le mettant face à l'ours, sans aucun texte, m'a étrangement fait éclater de rire.

En somme, c'est un album atypique, drôle. Le texte et les images nous dévoilent une histoire simple, dans un mélange de rencontres, d'enquête, sur fond philosophique – mensonges et vérité. J'ai souvent été amusée par le caractère simple des traits, j'ai bien ri avec cette histoire dotée d'illustrations amusantes. Ce n'est pas un coup de cœur, mais il a le mérite de changer les idées tout en optant pour une bonne dose d'originalité et d'humour.

Thème : Humour — Animaux — Enquête
Âge : A partir de 4 ans
Type d'ouvrage : Album

2 commentaires:

  1. J'adore les albums jeunesse ** Merci pour les découvertes. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien ;) J'adore aussi les albums jeunesse, j'ai d'autres avis en réserve, j'espère qu'ils te plairont autant !

      Supprimer