Les dernières chroniques

06/11/2016

Terre-Dragon (L'HOMME) ~ Le souffle des pierres, Le chant du fleuve, Les sortilèges du vent



Titre : Le souffle des pierres
Auteur : Erik L'HOMME
Tome 1
Série : Terre-Dragon
Gallimard Jeunesse — 2014
245 pages
11€50



Résumé :
Sur un territoire déchiré par les vents vivent d’étranges tribus soumises au règne d'un invisible roi-dragon. Le jour ou Aegir, l'enfant à la peau d'ours, échappe aux guerriers qui le gardent en cage, le destin du royaume bascule. Traqué sans relâche, Aegir croise la route de Sheylis, une apprentie sorcière chassé de son village. Un sortilège puissant va bientôt unir les deux adolescents contre leur volonté.

 
Mon avis :
Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Gallimard Jeunesse pour ce très beau livre, vous l'aurez donc compris, la chronique est positive, elle est même loin d'être neutre vu que j'ai été plus qu'enthousiaste durant cette lecture !

Je pense que l'auteur entre dans mon top chouchou et que je lirais ses autres romans en particulier Le livre des étoiles. Depuis A comme Association, je surveillais au lointain Erik L'Homme, mais ce roman m'a achevée de me convaincre du talent dont fait preuve cet auteur. C'est un véritable conteur de la trempe de Pierre Bottero, on voyage, c'est aussi simple que cela, c'est une belle histoire et de la fantasy de cette nature, j'en redemande ! Sincèrement, je fais un petit caprice, mais je veux la suite. Je vais tenter d'étoffer mon engouement.

L'histoire nous conduit auprès d'un jeune garçon, Aegir, qui s'échappe d'une tribu pour tomber sur une jeune fuyarde, nommée Sheylis. Cette dernière semble être une apprentie sorcière et sa maladresse conduit les deux adolescents à être unis par un sortilège invisible. Sur leur route, ils croiseront un scalde (un barde), un vieil homme aveugle et pas si fou contrairement à ce qu'indique son surnom, des membres de la religion du Crâne... Bref une pléiade de protagonistes bien définis pour un premier tome. Toute cette troupe va se croiser, se séparer, se recroiser, se chercher, se camoufler, le tout à travers les paysages fabuleux constituant Terre-Dragon. C'est un voyage sympathique et prenant que nous offre l'auteur, mais c'est surtout un très bon premier tome, très prometteur pour la suite de l'aventure.

L'univers est très fort, simple, mais très travaillé et soigné. J'ai eu l'impression de voguer sur des terres nordiques et ce fut un voyage fort agréable dans le monde de Terre-Dragon. La carte est splendide, on s'y repère aisément, et les noms me faisaient déjà saliver et une fois le premier chapitre lut, je n'ai pas pu m'arrêter. En trois heures, je l'avais fini et je regrettais qu'il soit court. La magie est très intéressante, elle est liée aux trois divinités du monde, il y a des éléments très intéressants ; les différents clans sont fascinants, la religion, les chants de Rosk-le-Borgne sont captivants. Franchement, l'univers est peut-être simple pour les grands férus de fantasy, pour moi, c'est un festin savoureux de bonnes idées et d'ingrédients passionnants. Pour ceux qui connaîtraient, j'ai souvent pensé à Skyrim, un jeu vidéo super addictif et qui pareil, emploient religion, politique, dragon, divinités, éléments nordiques, combats, voyage et quête, prophétie et magie. C'est absolument fabuleux !

La plume de l'auteur est simple et efficace. C'est un beau style, les descriptions m'ont totalement enchantée, pas de détails superflus, juste ce qu'il faut pour laisser au lecteur le soin de faire le reste. On imagine facilement les décors, les vêtements, la vie à Ayhun, les personnages ; on entre aisément dans les pensées des protagonistes – même si certains demeurent mystérieux ; on se laisse prendre par le fabuleux voyage proposé et les notions sont très bien expliquées (et dans le roman, et à la fin de celui-ci, dans un petit lexique bien amusant). Je suis restée captivée par la grande imagination de l'auteur, sa facilité à nous la faire partager, mais surtout j'aime l'idée qu'il nous laisse se promener dans son monde ou imaginer le reste. On n'est plus vraiment un lecteur, mais un compagnon de route pour Aegir et sa troupe.

Les personnages sont intéressants et bien pensés. Ils restent sympathiques, attachants et mystérieux, et j'attends de voir comment ils vont évoluer au fil de leur pérégrination. Aegir est un bon héros sans trop l'être. On sent qu'il a quelque chose de différent, sa peau d'ours le rend identifiable, il paraît un peu faible et pourtant, sa force morale est impressionnante. J'ai beaucoup d'affection pour lui et son histoire me fascine. Doom est certainement un gros coup de cœur, j'aime ces personnages simples et drôles, un bon compagnon toujours prêt à aider et détendant l'atmosphère sans être lourd. Doom est un curieux barde vu qu'il ne sait pas bien chanter ni jouer d'un instrument, de ce fait, je m'interroge un peu sur ses motivations à parcourir le monde ; néanmoins, je l'adore. Gaan est très mystérieux, il est aveugle et il a pourtant de grands pouvoirs ainsi que des connaissances étendues. Loin d'être un vieux grincheux, j'ai beaucoup aimé sa présence. Sheylis possède un fort caractère et une bonne sensibilité, j'adore sa maladresse et sa bonne volonté, son histoire est par ailleurs bien triste. Elle aussi semble cacher des secrets intéressants à découvrir. D'ailleurs, j'y pense, j'ai l'impression qu'ils cachent tous des secrets ! Les autres protagonistes, comme Ishkar, Chakor, Sahr'râ, je vais me taire et vous laisser les découvrir par vous-même, ils m'ont beaucoup plût et je pense que nous tenons une belle brochette de personnages captivants qui ne demandent qu'à grandir dans le tome suivant.

En conclusion, le roman a pour seuls défauts d'être court et peut-être simple. Les courts chapitres permettent de se dire « tiens, un de plus, pour la route » et l'on s’aperçoit très vite qu'il est fini tant il s'engloutit rapidement. Seulement, il se digère très bien. Les ingrédients employés sont bien dosés, une bonne couche d'aventures, de l'humour, de la fantasy, un soupçon de référence nordique. On se sent dès le départ parti bien loin et ce voyage se fait en excellente compagnie, les personnages sont fascinants et ne demandent qu'à progresser. Ce premier tome possède une base de haute qualité grâce à une plume soignée et belle, simple et efficace, grâce à une imagination très forte qui laisse sa place au lecteur devenu plus qu'un simple lecteur, mais surtout grâce à un univers des plus captivants. Je ne vais pas m'étendre encore sur des kilomètres, mais c'est un coup de cœur pour ce premier opus prometteur et j'attendrais impatiemment la suite.








Titre : Le chant du fleuve
Auteur : Erik L'HOMME
Tome 2
Série : Terre-Dragon
Gallimard Jeunesse — 2015
224 pages
11€50



Résumé :
Pour Ægir-Peau-d'Ours et Sheylis, l'apprentie sorcière, le chemin vers la liberté est encore long. Pourchassés avec leur compagnons, ils doivent traverser les terrifiants marais qui les séparent de Kesh-la-Grande. Les pouvoirs de Gaan le sorcier leur permettront-ils d'échapper à ce piège mortel ?


Mon avis :
Un deuxième tome à la hauteur du premier, voire mieux. Ce n'est que mon avis personnel, bien sûr, mais j'ai retrouvé avec plaisir les bons ingrédients du premier volume avec de nouvelles idées très intéressantes. Et vu comment le tome se termine, il me tarde de lire le dernier tome, il risque d'être grandiose.

L'histoire est une nouvelle fois séparée en trois parties avec pour les introduire un extrait du Chant du Fleuve (ou Voyage de Rosk le Borgne). Des lais épiques, qui donnent envie d'en savoir toujours plus sur l'univers de Terre-Dragon, bien écrit et avec de belles références aux poèmes épiques d'autrefois. Les chapitres sont courts, c'est un bonheur et en même temps un grand malheur. En effet, à chaque fin de chapitre, quand on sait que l'on doit arrêter, on se dit, « encore un »... et puis vous arrivez à la fin du roman. C'est de la fantasy jeunesse, mais d'excellente qualité, j'aurais été ravie de découvrir cette œuvre plus jeune. La fin du livre nous donne quelques renseignements sur les runes, ce sont des informations très captivantes, elles montrent l'implication de l'auteur dans la création de son univers.

C'est tout ce que j'aime découvrir dans un univers, sa carte géographique (très jolie en début de roman), ses lieux, ses paysages, ses habitants, ses coutumes, ses mystères... Et une fois de plus, je suis comblée, le premier posait de bonnes bases, elles se retrouvent solidifiées ici et l'on approfondit même nos connaissances sur ce monde fantastique. Cette croisière sur le Fleuve fut loin d'être paisible. J'ai rencontré des créatures intéressantes à voir, comme les Brûlés ou ce Serpent de mer. On commence à se rapprocher de la secte du Crâne et de leurs idéaux, les questions posées lors du premier tome obtiennent un début de réponses et d'autres mystères apparaissent.

J'ai littéralement dévoré ce livre, on navigue d'un point de vue à un autre. On comprend donc chaque personnage composant cette fresque, on appréhende ses pensées, j'ai hâte de voir comment tous ces groupes séparés et recomposés différemment vont se retrouver pour le grand final. L'effet de surprise fut garantit, j'étais loin de m'imaginer une telle fin ou de tels rebondissements et honnêtement, je m'interroge sur comment cette série va se terminer. L'univers me fait toujours penser à des textes nordiques et au jeu Skyrim, j'ai de belles images en tête. C'est addictif, il y a de la magie, de la religion, de la philosophie, des secrets, de l'amitié... Il y a une certaine force comme une dose de sensibilité, Terre-Dragon est une série intéressante, presque un conte à mes yeux.

Nous reprenons la route vers Kesh-la-Grande, Aegir et ses compagnons Doom, Gaan et Sheylis voguent à travers les marais tandis que Ishkar et Chakor les poursuivent à l'aide du flair de leur Dakan. Quant à Sahr'râ, il se rentre auprès des membres du Crâne avec une jeune fille, une élue qui nous réserve des surprises. L'histoire est pourtant si simple, c'est un voyage comme on en voit beaucoup en fantasy et cependant, la singularité de l'univers et la plume de l'auteur rendent cette intrigue tellement riche et agréable. J'ai réalisé un beau voyage.

Les personnages sont les mêmes que ceux rencontrés dans le premier tome, il n'y en a pas de nouveau. Ils sont mieux mis en avant, ils changent et s'interrogent dans certains cas. Je pense à Aegir, son statut de Dakan le rend plus soucieux, son passé demeure mystérieux il gagne en maturité. Son sort me laisse perplexe, la fin est d'une telle tension en ce qui le concerne. C'est un bon héros, il partage la vedette avec Doom, un scalde (barde) toujours aussi drôle, aussi loyal et amical. Je reste entièrement fan de ce personnage, tout comme Sheylis, elle gagne en maturité au contact de Gaan, elle devient plus forte aussi. C'est une héroïne très attachante. Ces deux derniers sont moins présents dans la seconde moitié du roman, mais c'est avec plaisir que l'on se concentre sur Gaan. On ne sait toujours rien de son passé, toutefois, ses connaissances et son savoir le rendent d'autant plus mystérieux à mes yeux. C'est un bon mentor, un personnage clé très fascinant à suivre. On apprend également à mieux cerner Ishkar, Chakor ou Sahr'râ, ils m'ont réservé de belles surprises, dans leurs évolutions, dans leurs idées, dans le fait qu'ils gagnent en importance durant ce deuxième tome. En particulier Sahr'râ, intrigant et curieux.

En conclusion, un deuxième tome aussi génial que le premier. J'ai passé un excellent moment de lecture même s'il fut court à cause du peu de pages dont fut doté le livre. En revanche, l'univers se complexifie et s'intensifie, le chemin se poursuit à travers des marais inquiétants et sombres. En somme, l'histoire prend une tournure plus adulte, les personnages prennent conscience de leurs problèmes, de la gravité de leur voyage, ils mûrissent au fil des événements. La plume de l'auteur est fluide, agréable à lire, simple et fouillée ; il est aisé de s'imaginer les lieux, les émotions, les actions ou même les protagonistes. Ces derniers changent dans leurs comportements, mais demeurent sympathiques à suivre, l'histoire suit son cours et c'est avec enchantement que je l'ai suivie. Vivement le troisième !






Titre : Les sortilèges du vent
Auteur : Erik L'HOMME
Tome 3
Série : Terre-Dragon
Gallimard Jeunesse — 2015
272 pages
11€50



 
Résumé :
Aegir Peau-d'Ours, Sheylis et Doom sont guidés par Gaan le vieux sorcier pour découvrir le secret du lien magique qui les unit. Tandis que les armées rebelles assiègent la capitale, ils doivent affronter leur destin pour maintenir la paix dans le royaume.


Mon avis :
Troisième et dernier volet des aventures de Terre-Dragon, je suis très heureuse de pouvoir le découvrir et en même temps, je suis un peu triste de quitter les personnages et l'univers. C'est une très bonne trilogie de fantasy jeunesse, vraiment idéale pour les jeunes à partir de 10 ans, parce qu'elle est entraînante, bien écrite, amusante et étonnante. Ce troisième opus ne déroge pas à la règle, il reste aussi génial que ses prédécesseurs tout en apportant une conclusion de haute volée et des réponses à toutes mes questions.

L'aventure se poursuit pour nos personnages principaux et la guerre approche. Le Crâne est déterminé à renverser le roi dragon, tandis que Gaan et ses protégés s'activent à maintenir la paix. L'histoire est découpée en trois parties et les courts chapitres entraînent une lecture palpitante, rythmée et rapide. C'est simple, c'est fascinant à découvrir, on se dit « un dernier chapitre » avant de se rendre compte qu'on en a lu une dizaine. On suit Ishkar et Aegir, une nouvelle fois prisonnier du collier de servitude ; on suit Chakor se glissant dans la peau d'un prêtre du Crâne ; on suit Sheylis et Doom désireux de sauver Aegir ; Gaan se rend dans la tour du roi dragon ; Naabin est le jouet d'une prophétie utile au Crâne... Chaque point de vue permet d'avancer le récit, d'approfondir les personnages et d'avoir une histoire riche, complète et captivante du début à la fin.

L'histoire me convient parfaitement. Elle est surprenante avec des révélations sur certains protagonistes ou le destin qui leur sont réservés. L'intrigue se révèle prenante pour les réponses apportées, pour le final explosif, pour les dernières pages. Erik L'Homme emploi une nouvelle fois une recette gagnante avec de l'aventure, de la fantasy, de la magie, les héros ne sont pas que des instruments, ils savent se forger leur propre destin. Et surtout, les antagonistes secondaires se révèlent charmants, inattendus, ils ont un rôle crucial et ils sont une belle surprise !

De ce fait, excepté le Crâne, chaque personnage a su gagner mon estime. Ishkar et Chakor gagnent en intensité et mon intérêt pour eux fut renouvelé. Doom est moins présent, mon seul petit regret je crois, mais son rôle devient surprenant ; Sheylis et Naabin sont deux filles intelligentes et vives d'esprit, je dirais même que j'ai plus aimé l'histoire de Naabin que celle de Sheylis. En revanche, je suis toujours aussi enthousiaste en ce qui concerne Gaan et Aegir. Le premier est un sorcier intéressant, amusant et très courageux, c'est un aveugle qui sort du lot, il est indispensable au récit et semble être bien plus qu'un simple mentor. Quant au second, il reste charmant, touchant, il gagne en maturité et en puissance, il prend de l'assurance et j'ai adoré ce qui lui arrive.

L'univers inventé par Erik L'Homme poursuit son chemin, et même une fois arrivé au troisième et dernier tome, l'auteur trouve toujours de quoi compléter le récit. J'aime la présence des vers de Rosk, l'histoire du Roi-Dragon, la manière d'utiliser la magie, le rôle des Dakans ou des Naatfarirs dont est issu Ishkar. Chaque élément à sa place, chaque élément à son rôle et apporte un vrai plus à la lecture. L'univers est simple, mais très efficace et bien développé, intéressant et sympathique à voir évoluer. En fin de compte, le voyage fut une belle balade dans le royaume de Terre-Dragon, la carte est très jolie et chaque lieu présent dessus fut cité, expliqué et le lieu d'événements présent dans la trilogie. Un fait plutôt rare en fantasy où les cartes sont fournies, mais où les lieux ne sont jamais exploités à fond.

La plume de l'auteur est très fluide, simple et semble être une invitation à l'imagination. Les descriptions donnent le strict nécessaire pour s'imaginer les lieux, les émotions ou les personnages, mais elles sont suffisamment soignées pour indiquer au lecteur qu'il est possible de voir le reste. J'aime beaucoup la cité de Kesh-la-Grande, ou encore le lieu abstrait, hors du temps dans lequel Aegir doit se rendre. Il existe une certaine poésie dans le travail des lieux. L'action est omniprésente pour ce dernier opus et une fois de plus, les actions sont prenantes et bien décrites.

En conclusion, je regrette que la trilogie s'arrête ici. Le voyage fut de très belle qualité, on peut reprocher à l'ensemble d'être rapide, seulement il ravira complètement les jeunes passionnés de fantasy dès 10 ans. Le monde est cohérent, original et captivant ; l'action et l'atmosphère fantasy sont présentes et nous offrent de beaux récits d'aventures. Le dernier tome est lui aussi tout aussi bon que les précédents, avec cette volonté de clôturer le voyage avec un final épatant dans les péripéties et les révélations. Les personnages principaux s'effacent un peu devant l'éclosion des personnages secondaires. Le tout est bien écrit, fluide, ravissant et donne toujours envie de lire, de tourner les pages. C'est une belle trilogie et un très bon dernier tome, je ressors de cette lecture plus qu'enthousiaste sur Terre-Dragon.

Aucun commentaire:

Ajouter un commentaire