Les dernières chroniques

11/12/2016

Alex Rider (HOROWITZ) ~ Stormbreaker + Roulette russe




Titre : Stormbreaker
Auteur : Anthony Horowitz
Tome 1
Série : Alex Rider
Le livre de poche Jeunesse – 2007
214 pages
4€95



Résumé :
Suite à la mort de son oncle et unique parent, Alex Rider, quatorze ans, voit son existence tranquille de collégien londonien complètement bouleversée : il est enrôlé, contre son gré, par le MI 6, les services secrets britanniques. Sa première mission : découvrir ce qui se cache derrière le Stormbreaker, un nouvel ordinateur ultra-puissant.


Mon avis :
J'avais vu le film il y a quelques années et il m'avait rendue très curieuse. J'aurais dû me plonger dans cette série beaucoup plus tôt, cependant, je ne l'ai débutée que récemment et je ne le regrette pas. Ce fut une très bonne lecture et j'ai passé un bon moment en compagnie d'Alex. Le monde de l'espionnage est intéressant et bien exploité et j'espère véritablement pouvoir lire la suite. En attendant, c'est la parution de Roulette russe qui fut déterminante dans ma volonté de lire Stormbreaker. Les deux sont liés.

L'intrigue est palpitante. Elle se met en place rapidement, après la mort de Ian Rider, l'oncle d'Alex. Tout se bouscule et les événements conduisent le jeune garçon à faire la rencontre du MI 6 l'engageant pour une périlleuse mission : celle sur laquelle son oncle travaillait et qui lui aura coûté la vie. On alterne avec des passages truffés d'action, haletant et parfois tendu, notamment dans les passages d'infiltration avec des phases de réflexion pure, où Alex tente de comprendre ce qui l'entoure. Le mélange donne un roman d'espionnage franchement bien mené et captivant du début à la fin, je suis restée accrochée jusqu'au bout !

Le style d'Anthony Horowitz est complètement facile à lire sans pour autant être simpliste. Les descriptions des lieux, des actions ou des objets restent fluides et agréables à lire, elles permettent de se plonger facilement dans ces ambiances sombres, mystérieuses propres à l'infiltration. Les dialogues sont vifs, ils donnent des renseignements importants, des révélations parfois étonnantes. On progresse aisément dans le récit grâce à cette plume lisible et précise, travaillée et agréable.

L'univers d'Alex Rider est très bien introduit dans ce premier tome. Les principaux protagonistes sont présentés avec force et suffisamment de mystère pour donner encore envie aux lecteurs de lire la suite. Je pense notamment aux espions du MI 6, Blunt en particulier. Le monde de l'espionnage est bien montré, avec ses gadgets, ses percées avec les indices trouvés, avec la tension et l'adrénaline. L'histoire même du Stormbreaker avec cette bonne dose de science et d'informatique m'a de suite enchantée, parce qu'indirectement, comme Alex, on ne comprend l'histoire qu'à la fin. Quand toutes les pièces du puzzle s'imbriquent en somme. Avec ce genre de récit, j'ai facilement oscillé entre thriller et policier, c'est un mélange passionnant à lire et les personnages sont très attachants.

Je pense à Jack, la gouvernante d'Alex, nous la voyons peu, mais elle est terriblement gentille et protectrice envers son protégé. Alex Rider est un garçon très attachant, dès les premières lignes je l'ai apprécié et il sait impressionner, il est touchant et honnête, débrouillard et intéressant à suivre au fil de son aventure. Les antagonistes de cette affaire Stormbreaker sont eux aussi incroyablement attachants, ce sont des méchants, mais ils sont si singuliers. Sayle, Nadia Rami ou encore M. Rictus, ils ont tous quelque chose à apporter au récit et sont captivants, notamment Sayle. Toutefois, le personnage le plus charismatique en raison de la grande aura de mystère qui plane autour de lui, c'est Yassen Gregorovitch. Très curieux, c'est un tueur réputé et dangereux, pourtant ses dernières recommandations à Alex le rendent touchant. Il est sincèrement intéressant et c'est pour cette raison que j'ai lu Roulette russe, un spin off lui étant entièrement consacré.

En conclusion, l'univers Alex Rider est fantastique ! De l'action, de l'humour, des rebondissements, de l'aventure, de l'enquête, de la tension, voilà d'excellents ingrédients pour une série d'espionnage de haute voltige. Alex est un héros passionnant, il est obligé de suivre la voie de son oncle et une vraie évolution s'opère en lui durant cette affaire de Stormbreaker. Le mélange science et informatique, les protagonistes intéressants et la plume soignée donne un récit palpitant impossible de lâcher. J'ai sincèrement passé un très bon moment avec ce premier tome, il sait introduire de bonnes bases tout en offrant une intrigue singulière.






Titre : Roulette russe
Auteur : Anthony Horowitz
Tome 10
Série : Alex Rider
Le livre de poche Jeunesse – 2015
380 pages
6€90



Résumé :
Yassen Gregorovitch. Tueur de renommée internationale. Sa prochaine cible : Alex Rider, quatorze ans, espion au service de Sa Majesté. Il n'y a pas si longtemps, Yassen aussi a eu quatorze ans. Comme Alex, il a été un écolier ordinaire, peut-être un peu plus brillant que la moyenne. Et comme lui, il a perdu ses parents. Voici l'histoire de Yassen Gregorovitch. L'histoire de sa descente aux enfers.


Mon avis :
Ce spin off m'a été envoyé en partenariat par Le livre de poche Jeunesse via Lecture Academy, je leur en suis très reconnaissante, parce qu'il est génial, touchant, riche en péripéties. Nul besoin de lire l'intégralité de la série, le premier fera largement l'affaire, puisque le prologue ainsi que l'épilogue sont consacrés à Stormbreaker. J'ai adoré avoir le point de vue de Yassen sur les événements de ce premier tome, ce fut intéressant, comme le restant du roman.

L'intrigue est essentiellement centrée sur Yassen (Yasha) Gregorovitch. Il garde une clé USB où figurent ses mémoires, ses impressions, ses doutes, son histoire et il nous en conte une partie durant la nuit. Passé le prologue, la narration passe à la première personne du singulier et me voilà incapable de laisser le récit de côté. J'avais toujours envie de savoir ce qui se passe ensuite, comment Yasha devient Yassen et comment il parvient à travailler pour Scorpia, à devenir un tueur. C'est une intrigue linéaire puisqu'elle est chronologique, néanmoins, elle est riche en événements, on suit Yassen depuis son village perdu en Russie où il était âgé de quatorze ans, il se rend à Moscou, à Venise, à Paris...

L'histoire n'est pas forcément joyeuse, c'est un personnage qui fut bien souvent malmené, trahi, perdu, triste, seul, frôlant souvent la mort, se fourrant dans les mauvais coups sans jamais en avoir le choix. L'ambiance est cependant très prenante malgré cette accumulation de malchance. On reste dans un roman d'espionnage, d'action et de secrets, dans un mystère imposant, dans un climat singulier. On peut facilement trouver des parallèles entre Alex et Yassen, toutefois, leur histoire est très différente également. J'ai adoré cette atmosphère dangereuse et sombre, elle sied à merveille au personnage et son évolution.

Yasha est un adolescent comme beaucoup d'autres au début du roman, il a une famille, des amis, une passion pour les hélicoptères. Malgré le fait que l'on sache d'avance qu'il va devenir un tueur redoutable, je me suis aisément prise d'affection pour lui. Il nous dévoile sa vie, ses émotions, ses ressentis et par conséquent, je m'attache à Yasha autant qu'à Yassen. Il est sincèrement intelligent et intéressant à suivre, c'est absolument prenant de le voir peu à peu évoluer au fil du temps. Les rencontres qu'il fait sont déterminantes et même si les autres personnages occupent une place moindre, ils sont cependant intrigants, certains sont même très sympathiques, d'autres terrifiants. Ils sont tous travaillés et tous ont un rôle à jouer dans la vie de Yassen comme Julia, Hunter, Sharkovsky ou encore Dima.

La plume d'Anthony Horowitz demeure fluide et très agréable à lire. Elle est soignée, précise, elle donne une atmosphère singulière au roman, de l'émotion aux pensées de Yassen, une humanité que je ne pensais pas trouver en lui. Tout le mystère Yassen n'est pas forcément élucidé, l'auteur conte une partie de la vie du tueur, mais il la conte très bien, c'est totalement immersif. Les descriptions comme les dialogues participent activement à cette immersion, je n'ai rien à reprocher au style d'écriture.

En conclusion, j'aurais presque voulu en connaître davantage sur Yassen, même si le plus important était sa descente aux enfers ainsi que l'événement qui l'a fait devenir ainsi. L'adolescence est bien narrée, l'action et les rebondissements s'enchaînent avec fluidité, l'évolution du personnage central se fait lentement, mais sûrement. L'ambiance sombre, flirtant avec la mort donne une particularité au roman, l'emploi du « je » est une excellente idée pour se rapprocher de Yasha, qui demeure un protagoniste extraordinaire à interpréter. J'ai donc passé un excellent moment de lecture avec Roulette russe.

1 commentaire: