Les dernières chroniques

04/03/2017

La fille d'avant (DELANEY)



Titre : La fille d'avant
Auteur : JP DELANEY
Mazarine — 2017 (sortie prévue le 8 mars)
462 pages
21€90


Résumé :
C’est sans doute la chance de sa vie : Jane va pouvoir emménager dans une maison ultra-moderne dessinée par un architecte énigmatique… avant de découvrir que la locataire précédente, Emma, a connu une fin aussi mystérieuse que prématurée. À mesure que les retournements de situation prennent le lecteur au dépourvu, le passé d’Emma et le présent de Jane se trouvent inextricablement liés dans ce récit hitchcockien, saisissant et envoûtant, qui nous emmène dans les recoins les plus obscurs de l’obsession.


Mon avis :
Je tenais à remercier le site Net Galley et les éditions Mazarine pour ce nouveau partenariat via une opération promotion. Il est unique et il ne laissera personne indifférent, il est dense et particulièrement violent, très marqué psychologiquement. C'est un très bon thriller qui est sombre et angoissant. Après, je lui ai trouvé des défauts assez conséquents et qui m'auront dérangée par moment. J'ai passé un bon moment devant.

Il y a tellement à dire sur le récit, il aborde tant de choses : l'architecture, l'environnement et la technologie, la mort, la maternité, le handicap, les troubles psychologiques, l'amour et la haine. C'est conséquent et vous n'aurez pas le temps de vous ennuyer de ce point de vue. Après, tout ne vous intéressera pas, j'admets que certains passages sont longs et enlèvent un côté tendu au thriller. J'ai trouvé que l'auteur abordait très bien les thématiques exploitées, on sentait les recherches sur les sujets, on sentait aussi un « vécu » notamment sur le handicap et d'autres points.

Il y a des choses qui m'ont fortement dérangée, je pense au comportement hallucinant des personnages. La psychologue émet un avis, un avis professionnel, c'est son métier quand même ; mais Jane ne la croit pas. L'homme qu'elle aime est forcément Dieu en personne. J'avoue que l'architecte m'a pas mal tapée sur le système avec sa philosophie, son caractère absolument détestable. Il est parfait, beau, il est mégalomane et autoritaire, c'est un maniaque du contrôle et de l'ordre façon Christian Grey (le SM en moins, encore que !). Je n'ai pas aimé que Jane et Emma le voient comme un super mec. Ça me dépassait complètement. L'architecte est trop perché et excentrique sur sa manière de faire, de choisir ses locatrices (puisqu'il ne prend que des femmes). Je trouve hallucinant que personne ne se pose la moindre question ou doute de ce système qui pour moi, sentait le soufre depuis le début.

J'ai d'ailleurs eu un problème avec les personnages en général. Ils sont super intéressants, humains, imparfaits, ils ont leurs histoires, leurs secrets, leur rôle ; là-dessus, je n'ai rien à dire, c'est un super travail. Néanmoins, ils m'énervaient tout le temps, je n'ai pas su m'attacher véritablement à eux. J'étais avec eux qu'à certains passages clés dans l'intrigue, c'est assez dommage. J'étais à fond dans l'histoire d'Emma, je trouvais l'histoire passionnante et très touchante, j'aimais vraiment Emma. Puis, plus le récit avance, plus j'ai détesté, ça partait dans tous les sens. De ce fait, je me suis plus rapprochée de Jane, de Simon qui est un personnage très intéressant à découvrir.

L'histoire est merveilleuse. C'est un très bon thriller psychologique de ce point de vue. C'est sombre, violent, les fausses pistes, les manipulations, les moitiés de vérité sont très nombreuses et très vite, je ne suis plus parvenue à lever mes yeux de la lecture. L'intrigue nous présente Emma, victime d'un cambriolage et trouvant un nouveau départ dans cette maison ultra-moderne le One Folgate Steet). On va la suivre dans son quotidien et ses problèmes. De l'autre côté, nous avons Jane, elle vit au même endroit, quelques mois plus tard, elle a fait une fausse couche et se reconstruit. L'une et l'autre sont liées sur bien des plans, les apparences sont trompeuses, les drames se succèdent... c'est haletant et captivant. Je reste fascinée par l'intrigue qui vous retourne, même si j'ai trouvé la fin trop rapide et facile.

On alterne entre des chapitres sur Emma et d'autres sur Jane, tous écrits à la première personne du singulier — ce qui permet de mieux appréhender leurs personnalités et leurs émotions. Avant : Emma, Maintenant : Jane, cette mise en page est très bien trouvée, parce que la narration se répond, elle trouve écho avec ce qui va suivre ou ce qui a précédé ; pourtant nous n'avons pas la même narratrice. C'est un procédé d'écriture, une mise en page absolument géniale et bien pensée, histoire de faire planer le mystère, de titiller notre cerveau ou de laisser notre imagination penser au pire. L'écriture est maîtrisée, fouillée, précise et moderne, j'ai adoré découvrir le style de l'auteur.

En conclusion, le roman en fait peut-être trop. En abordant énormément de thèmes et en instaurant une atmosphère aussi oppressante et noire, on pourrait vite se perdre. Ou lasser par le jeu de répétitions entre Emma et Jane. Les personnages sont sympathiques, bien construits, mais ils ont peinaient à me captiver tout le long ; l'aspect psychologique est lui extraordinaire, maîtrisé, riche et très bien mené. L'intrigue est par ailleurs excellente avec une écriture superbe. Je suis mitigée sur le global, mais il faut retenir que ce roman est unique, inquiétant, inoubliable et que je m'en souviendrais longtemps.

4 commentaires:

  1. Malgré ton avis mitigé, tu as su piquer ma curiosité ! J'espère pouvoir le lire un jour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira, malgré ses défauts, il est très captivant et difficile à lâcher ^^

      Supprimer
  2. Je pense que les points négatifs dont tu parles auraient tendance à m'empêcher de vraiment apprécier ma lecture donc je passe mon tour mais merci pour la découverte ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends, c'est vrai que ces petits points sont assez perturbants quand on les voit.

      Supprimer