Les dernières chroniques

La courte histoire de la fille d'à côté (RECK)

18.7.18

Titre : La courte histoire de la fille d'à côté
Titre VO : The short story of the girl next door
Auteur : Jared RECK
Gallimard Jeunesse (On lit plus fort) — 2018
306 pages


- Résumé -
Matt et Taby sont amis depuis toujours. Mais l'été dernier, Matt s'est rendu compte qu'il était tombé amoureux de Tabby. Et Tabby, elle, est amoureuse de Liam. Cynique, romantique, sur le terrain de basket, pendant les cours, Matt repense à leurs moments partagés et serait prêt à tout pour la garder. Mais un événement tragique vient tout bouleverser...


- Mon avis -
J'avais peur du résumé. J'y voyais un triangle amoureux et surtout, la dernière phrase. Je voyais l'événement tragique survenir à 10 000 km. Je ne me suis pas trompée sur ce dernier point, je me suis bien trompée sur le premier. La romance est inexistante, en revanche, même si je suis mitigée sur ce roman, je le trouve original, percutant et intéressant. Il pourra plaire aux adolescents et aux aficionados des romans sociaux, contemporains et réalistes. Je remercie les éditions Gallimard Jeunesse et On lit plus fort pour cette découverte.


J'ai aimé le ton du récit. C'est osé, le langage est clairement moderne et parlera sans problèmes aux ados ; le ton est cynique à l'image du héros dont on suit les pensées (« je »). C'est un ton sombre, dans une atmosphère oscillant entre douceur et violence. Il est très singulier d'un point de vue du ton, de la manière d'aborder les événements et la philosophie ; c'est un roman original et c'est un excellent point ! La plume de Jared Reck est merveilleuse, fluide, droite, sans fioritures, moderne et très sympathique à lire. Les chapitres sont plus ou moins courts, mais tous comportent une pointe d'humour, de poésie, de charme et de bon esprit dans un quotidien parfois douloureux, les questionnements d'identité, les philosophies autour de la vie, de la mort, de la famille, de la frontière entre amour et amitié.

L'intrigue est chouette, mais je ne suis pas rentrée dedans. Je ne me suis pas sentie proche des personnages, j'ai pas tellement apprécié les longueurs sur le basket – et pourtant, j'apprécie ce sport. J'ai trouvé la première moitié sans réel intérêt si ce n'est pour voir un Matt baver sur Tabby. Il n'y a qu'à partir de l'événement tragique que j'ai réellement adoré le roman, les sujets sont douloureux, c'est très touchant et délicat, violent et juste d'un point de vue émotionnel. Ce qui m'aura réellement touchée, c'est l'histoire du grand-père de Matt. En revanche, j'ai été très fan de ce club de poésie, de ces petites touches littéraires, j'ai bien aimé le fait que sport et littérature soient autant lié à travers Matt. J'aurais même aimé en voir davantage, comme cette petite retraite auprès des grands-parents, c'était fascinant !

Je n'ai pas aimé les personnages. Excepté Matt, qui au fil des chapitres se révèle être plus complexe, plus intéressant à suivre, plus sombre et dont les pensées finales, les dernières lignes du roman nous plongent dans une douceur amère captivante. Matt est un adolescent passionnant à suivre, même s'il se fait un peu trop de films dans sa tête ! J'ai été en colère contre lui, j'ai eu de la peine, il ne laissera personne indifférent. En revanche, j'ai eu le même problème qu'avec Love letters to the dead, où Laurel mettait sa sœur sur un piédestal. Ici, Matt nous montre Tabby comme géniale, je ne vois ni où ni pourquoi ! Elle est insupportable, Matt est son meilleur pote et elle l'ignore complètement au lycée pour parader avec Liam... c'est pas feng-shui côté amitié, on a vu plus bienveillant et respectueux. Je suis un peu déçue par Tabby, de ce fait je ne comprends pas Matt et Liam. Ca m'a perturbé tout le long du roman. En plus, Liam n'est pas si développé, comme les personnages secondaires, excepté le grand-père de Matt qui restera mon coup de cœur.

En conclusion, j'aurais aimé un poil plus et un poil moins. C'est ce manque d'équilibre, ce côté brutal ou trop en longueur, un manque de relief aussi qui me fait passer à côté. Parce que sincèrement, le roman est bon. Le concept est intéressant, les sujets abordés sont nombreux, passionnants et touchants ; le style d'écriture est moderne, captivant ; le personnage principal est formidable et possède du charme. Il y a juste ces éléments qui « couacs » et du coup, j'en ressors mitigée.

Petits mots:

  1. ah mince un peu dommage du coup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :/ oui, mais je suis certaine qu'il trouvera son public, il a quand même du bon ^^

      Supprimer
  2. Mis à part le côté Basket (je n'aime pas du tout ce sport ^^), l'histoire comme tu l'évoque m'intéresse beaucoup, et à l'air assez proche finalement des "films" qu'on peut se faire à l'adolescence... Par curiosité je tenterai le coup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, c'était plutôt l'inverse, j'aime beaucoup le basket et pourtant, ce sont les moments où je me suis le plus ennuyée :/ Je suis assez d'accord sur ce côté "films", j'espère qu'il te plaira, bonne découverte :)

      Supprimer
  3. Aah dommage :/
    Je ne pense pas que c'est un roman vers lequel je me tournerai, tout du moins pas pour le moment =)
    J'espère que ta prochaine lecture sera plus chouette ! =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yeah, mes lectures prochaines ont été très cool, c'était l'Anti-Magicien, là j'avais fini un Arsène Lupin, Aeternia, Les maîtres des brisants... C'est passé :D Je comprends parfaitement ton ressenti, si un jour tu as l'occasion de le découvrir, je serais curieuse de lire ton avis ;)

      Supprimer
  4. J'avoue ne pas être fan du langage moderne :/
    Dommage que ce bouquin ne t'ait pas transporté

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est dommage :/ Maintenant, je suis certaine qu'il a eu de bons avis et qu'il plaira à d'autres que moi, en tout cas, c'est tout ce que je lui souhaite. Il a de chouettes atouts quand même ^^

      Supprimer