Les dernières chroniques

L'école des femmes (MOLIÈRE)

9.3.19



Titre : L'école des femmes
Auteur : MOLIÈRE
Pocket — 2005
123 pages
1€55


- Résumé -
Arnolphe, un riche vieillard, ridicule et jaloux, convaincu que beaucoup d'or et quelques précautions lui permettront de gagner le cœur d'Agnès, sa jeune et jolie pupille... Précautions bien inutiles ! 

Empêche-t-on une fleur de se tourner vers la lumière ? Enfermée dans la maison de son tuteur, élevée à l'écart des garçons de son âge, maintenue dans l'ignorance des choses de l'amour, Agnès, pourtant, ne peut détourner son regard du garçon qui se promène sous son balcon et lui parle si tendrement... " Le petit chat est mort... " dit Agnès au vieil Arnolphe. 

Mais l'amour, lui, est bien vivant. Et capable d'instruire rapidement la plus parfaite ingénue. Alors, d'Arnolphe ou d'Agnès, qui sera le plus rusé des deux ?



- Mon avis -
Dans le cadre du Challenge Solidaire de 2019, j'ai lu le tout premier livre, une pièce de Molière que je n'avais jamais lu jusqu'à présent. J'admets que les oeuvres de cet auteur, j'aimerais réellement me prendre des intégrales pour mieux appréhender son travail dans son ensemble. Ici, je suis contente d'avoir eu une chouette préface, j'ai toujours peur de rater le sous-texte qui est si important chez Molière.

Je ressors de cette lecture très contente. Ce n'est pas un coup de coeur, mais cette lecture fut tellement passionnante et si actuelle ! Je n'aurais pas imaginé que des siècles plus tard, les messages pointés du doigt par Molière soient encore actuel. La pièce est courte et très rapide à lire, en quelques heures je l'ai terminée, il y a peu de personnages. C'est plutôt cool, je n'ai pas eu ce soucis de mélanger les protagonistes !

On parle d'éducation et de l'éducation des femmes. Arnolphe cherche en Agnès l'épouse, la femme parfaite, étant son tuteur il a espéré en faire une sotte femme. Parce que c'est mieux, il limite son intelligence et elle lui devra une obéissance aveugle. Molière se moque ouvertement des hommes et de ce qu'ils attendent, de ce qu'ils font des femmes : de parfaites potiches sottes, obéissantes et parfaites pour leurs plaisirs. Arnolphe représente l'hypocrisie totale, il réprimande Agnès pour avoir un soupirant, mais se permet toutes les grivoiseries, toutes les remarques sexistes du monde la concernant ou concernant les femmes des autres.

Je vous l'ai dit, ce texte est carrément d'actualité, en plus de vanter les mérites de l'éducation, Molière parle du plaisir des femmes, du fait qu'elles peuvent aimer, aimer être aimée. Qu'elles peuvent parler librement d'amour, de sexualité et se marier par amour. Parce qu'il se moque des mariages arrangés ! Arnolphe est un personnage abject, il représente l'hypocrisie, la société et les injonctions faites aux femmes de l'époque. Je n'ai pas su m'attacher à lui, en revanche, j'ai bien aimé Agnès. Si je n'ai pas adhéré à toute sa naïveté, j'ai aimé sa franchise, sa loyauté envers Horace, son évolution à son contact. C'est une femme que l'amour change, transforme, elle gagne en éducation et se rend compte qu'elle fut enfermée psychologiquement par son tuteur. Elle est franche, très chouette comme personnage.

L'intrigue nous parle d'un tuteur odieux qui projette d'épouser la jeune fille qu'il a recueilli. Sa "générosité" cache une personnalité perfide, manipulatrice, très axée dans le contrôle de sa proie. Seulement, Agnès en aime un autre, va lui faire savoir et oser se dresser contre lui. Cette histoire au-delà des messages que j'ai trouvé magnifiques, est une comédie bien menée, très captivante dans ses répliques. Horace et Agnès vont se jouer de l'odieux personnage et prouver que l'amour, le vrai peut exister à cette époque, malgré les conventions et normes établies. C'est une histoire qui ne m'a pas toujours emballée, mais j'ai passé un bon moment, le final m'a bien fait rire.

Le style de Molière est toujours aussi prenant à lire. Comme je le soulignais en introduction, j'ai souvent peur de ne pas trouver tous les messages et thèmes abordés par l'auteur. Rater le sous-texte chez lui m'est déjà arrivé et c'est pourquoi j'aime étudier Molière, avoir des annotations, même si je les lis qu'après l'histoire. Le style est précis, soigné, captivant dans les sous-entendus, l'histoire reste lisible et les petites pointes d'humour sont bien présentées, élégantes. J'adore l'écriture de Molière, c'est accessible et l'on doit quand même se triturer les méninges pour tout comprendre. Je ne sais pas si je suis claire, mais sa manière de percevoir la société, les hommes et les femmes forgent mon admiration.

En conclusion, c'est un belle lecture, un bon classique, une très bonne pièce de Molière. Elle entre dans mes préférées, c'est certain ! Les personnages, les messages, l'écriture, ce sont mes points préférés, parce que tout est maîtrisé, soigné, précis et passionnant. L'évolution des protagonistes, les thèmes abordés, le mordant de Molière, tout ceci est formidable ! A côté, je suis moins réceptive à l'intrigue, mais elle sait être efficace et intéressante.


Petits mots:

  1. ah un peu de classique ! Ca fait longtemps que je n'en ai pas lu

    RépondreSupprimer
  2. Je ne suis pas une grande lectrice de théâtre mais j'aime beaucoup les pièces de Molière que j'ai pu découvrir au collège en cours de français ^^ Je n'ai pas lu celle-ci (j'ai juste étudié le médecin malgré lui et les fourberies de Scapin).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le médecin malgré lui, c'est la première que j'ai lue de Molière. J'en garde un bon souvenir. Pareil, j'avais bien aimé les Fourberies de Scapin. Je te souhaite de découvrir cette pièce si elle te tente ;)

      Supprimer
  3. Je l'avais lu au collège il m'avait pas mal révolté

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que Molière aborde des thèmes hyper intéressants et les propos du personnage principal sont révoltants, c'est d'autant plus horrible que de savoir que texte de Molière est toujours d'actualité :/

      Supprimer
  4. Les pièces de théâtre ne sont pas trop mon truc, mais je dois avoir celle-ci quelque part dans ma biblio, l'ayant étudié... au collège, je crois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends, les pièces de théâtre et moi, ça dépend de l'auteur et du style d'écriture, Racine et Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand, ou encore Musset (On ne badine pas avec l'amour) ou la reine morte de Montherlant - si ma mémoire est bonne... Je suis moins fan de Victor Hugo et de ses pièces ou de Corneille, Shakespeare aussi c'est pas trop ma tasse de thé ^^

      Supprimer
  5. J'aime beaucoup les pièces de Molière et celle-ci n'en déroge pas ! On ressort de cette lecture avec 1000 question sur la condition de la femme, mais pas que !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que les pièces de Molière font réfléchir sur un paquet de sujets que l'on retrouve presque dans notre société d'aujourd'hui. Celle-ci entre dans mon top des coups de coeurs avec le Malade imaginaire.

      Supprimer
  6. J’aime bien lire les œuvres de Molière, car ceux-ci arrivent toujours à me faire rire. Mon préféré c’est Le Bourgeois gentilhomme. Je n’ai jamais entendu parler de celui-ci, mais cela semble être intéressant alors, je vais le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais bien aimé le Bourgeois gentilhomme, c'est vrai que Molière parvient toujours à nous faire rire :) Je te souhaite une belle lecture avec cette pièce !

      Supprimer