Les dernières chroniques

Agatha Christie ~ Hercule Poirot : Le chat et les pigeons + Le couteau sur la nuque / Pourquoi pas Evans ?

21.5.19


Auteur : Agatha CHRISTIE

Titre : Le chat et les pigeons
Titre original : Cat among the Pigeons

1967 — 192 pages

Série : Hercule Poirot
Tome 31


- Résumé -
Que de remous dans ce pensionnat de jeunes filles renommé qu'est Meadowbank : des professeurs y trouvent la mort dans des circonstances qui dépassent l'entendement. Le coupable est-il un sadique, ou un membre du personnel ? 
Les crimes sont-ils liés à la présence d'une jeune princesse orientale ? Y a-t-il une corrélation entre eux et un certain petit paquet de grande valeur qu'on n'arrive pas à retrouver ?



- Mon avis -
J'ai beaucoup aimé cette histoire, elle était intéressante et déroutante, en raison de son cadre particulier et des thèmes abordés. Ou même de l'apparition très tardive de notre détective belge. Il m'a tenue en haleine du début à la fin, j'avais réellement envie de connaître la fin de toute cette affaire.

L'atmosphère est un policier, certes, légèrement teintée d'espionnage. C'est léger, mais il y a une grande affaire politique dans ce tome, une dimension plus internationale. Différents groupes vont s'espionner les uns les autres affin de récupérer un trésor, celui d'un cheik Ali Yusuf. Ce trésor termine sa course dans un pensionnat britannique pour jeunes filles aisées et va semer mort, panique et terreur au sein de l'établissement. C'est une ambiance pesante, plus oppressante d'une part ; le cadre presque innocent de cette école rend ce qui s'y passe d'autant plus glauque. J'ai adoré l'ambiance de plus en plus angoissante qui s'installe, les suspicions, les doutes, c'était prenant.

L'enquête est intéressante, bien menée. On sent que les petites histoires se mêle à des affaires plus graves, il y a des non-dits, des ambitions personnelles, c'est assez déroutant de voir que tout se mêle sans que pourtant, les liens puissent exister. On a presque deux histoires qui se mélangent alors qu'elles n'auraient jamais pu co-exister. Je ne sais pas si je suis claire, mais cette manière de conter l'intrigue m'a enchantée. L'histoire avance avec des bribes de pistes venant de plusieurs enquêteurs ou espions, et c'est Hercule Poirot qui remet tout dans le bon ordre, éclairant ainsi notre chandelle. Il est certain que sa venue est tardive, presque anecdotique je trouve. Néanmoins, il n'en demeure pas moins essentiel et le voir en action est toujours un bonheur.

La plume de la romancière est inchangée, l'art du détail, l'art de la conversation et des confidences. J'aime beaucoup cette élégance dans les descriptions, cette façon de prendre son temps sans être lourd, d'avoir une certaine fluidité. C'est travaillé, précis et fin, toujours passionnant à découvrir. En plus, les personnages sont assez sympathiques, je pense à l'aide-jardinier, plus important qu'il n'y paraît, aux deux adolescentes (Jennifer et Julia) ou encore aux enseignantes de Meadowbank très intéressantes à découvrir, en bien comme en mal.


Titre : Le couteau sur la nuque
Titre original : Lord Edgware dies
1967 — 192 pages
Série : Hercule Poirot
Tome 8


- Résumé -
Lady Edgware ne supporte pas la contradiction. Et son mari lui donne bien du souci. D'abord, il a un caractère impossible. Ensuite, il refuse de divorcer. Très ennuyeux... Car Lady Edgware a justement l'intention de se remarier Que faire ? Mais charger Hercule Poirot de la débarrasser du gêneur, bien sûr ! N'est-il pas le grand spécialiste des affaires criminelles. Lady Edgware aurait tendance à confondre tueur à gages et détective que Poirot n'en serait pas autrement surpris. Mais peu importe, après tout. Puisque le mari a fini par se résigner. Il vient d'avoir la bonne idée de mourir. Assassiné. Contrariant, Lord Edgware ? Les femmes sont ingrates...


- Mon avis -
Une histoire très sympathique, je n'ai pas été sensible aux protagonistes, mais j'ai énormément aimé l'intrigue et ses rebondissements, sa manière d'être dévoilée et révélée par Hercule Poirot.

En effet, les personnages sont insupportables, de mon point de vue. Lady Edgware est une femme superficielle, antipathique, toujours dans le trop et dans le sur-jeu, sans retenue. Lord Edgware est horrible, le peu qu'on le voit, il est ignoble. Les personnes travaillant avec lui ne sont pas très aimables, sa fille aussi, son neveu est pas très intéressant... En gros, les personnages souffrent d'une exubérance sévère, ils sont dans l'extravagance à chaque instant et manquent de sensibilité, de charme, d'émotions, ce qui est un comble au vu de tout ce qu'ils font pour se mettre en valeur, se défendre... C'était particulier comme sensation.

L'histoire est splendide ! Pour le coup, l'intrigue m'a énormément captivée. Je l'ai trouvée atypique et osée, avec des révélations, des rebondissements très intéressants et bien formulés. L'histoire se lit presque d'une traite tant elle est prenante ! C'est un petit coup de coeur en ce qui me concerne. L'enquête donne du fil à retordre à notre détective épaulé du fidèle Hastings. Le duo piétine, avance, recule, les fausses pistes sont courantes et pourtant, il y a du vrai dans ce faux, c'est assez curieux. Le final était grandiose, la vérité éclatant au grand jour m'a enthousiasmée.

Pour le coup, la plume d'Agatha Christie conserve ce qui fait le charme de la reine du crime, des personnages bien campés (même si je les ai détestés), des dialogues bien écrit, des descriptions nous plongeant dans l'Angleterre des années 30, l'art du détail, celui qui va trahir un instant le coupable ou mettre la puce à l'oreille. J'ai beaucoup d'affection pour Hastings, j'aime le voir et revoir avec grand plaisir, il est touchant, très sympathique et son duo avec Poirot fonctionne à merveille. Ils se complètement parfaitement. En revanche, l'autre point noir, c'est l'époque qui le veut, j'entends bien, mais j'ai été un brin gênée par ces piques sur les Asiatiques, les Noirs... ça fait un brin mal à la lecture, c'est peut-être ce qui a renforcé mon antipathie vis-à-vis des protagonistes.


Titre : Pourquoi pas Evans ?
Titre original : Why didn't they ask Evans ?
1975 — 188 pages


- Résumé -
En cherchant une balle de golf le fils du pasteur découvre, au pied des rochers un individu tombé de la falaise. Avant de passer de vie à trépas, l'homme ne dit qu'une petite phrase : " Pourquoi pas Evans ? " Le tribunal d'enquête, réuni le lendemain, conclut à l'accident. Un accident, c'est vite dit. Qui, dans ce cas, aurait eu intérêt à fourrer, un peu plus tard, huit grains de morphine dans la bière du témoin ? L'amie du garçon, la jeune comtesse Frankie, a son idée là-dessus. Et comme les enfants de l'aristocratie anglaise ont du temps à revendre, elle emploiera le sien à jouer les détectives amateurs, avec son petit camarade...


- Mon avis -
Je termine cet article sur mes trois dernières lectures "Agatha Christie" avec celui-ci, il me tentait beaucoup à cause du résumé. C'est certainement celui que j'ai le moins apprécié, il n'est pas mauvais pour autant, il a de bons atouts, mais il m'a manqué un truc. Je n'ai pas été emballée sur toute la ligne.

Je crois que j'ai manqué de "punch", d'émotions de type tension, de touche palpitante que je pouvais trouvé chez d'autres romans. L'ambiance était pas tellement sombre, ni oppressante, j'avais plus l'impression de lire une belle aventure avec un côté enquête. Je me rapprochais plus d'une autre série que j'aime beaucoup Le club des 5. Toutefois, j'ai beaucoup aimé le cadre et le déroulé de l'enquête. J'ai bien aimé l'idée de faire de deux amis, les enquêteurs d'un jour, on sent la débrouillardise, l'improvisation et les plans pas toujours concluants. Même s'ils se révèlent être efficace. Par ailleurs, le final était inattendu pour ma part, les révélations finales m'ont scotchée.

Parce que l'intrigue est réellement captivante. J'ai adoré ces affaires d'argent et de famille, d'ambition et de faux-semblants, il y a énormément d'atouts, de mots-clés, de thèmes abordés qui me plaisent, me font marcher. J'ai adoré les tenants et les aboutissants de cette enquête, trouver les responsables, de tisser les liens jusqu'à des affaires plus vieilles que celle qui nous occupe avec ce pauvre homme tombé depuis cette falaise. Les liens qui se nouent donnent une jolie fluidité à l'ensemble. J'ai passé un bon moment avec cette intrigue.

Bobby et Franckie sont sympathiques, mais pas charismatiques, ni très attachants. Ce n'est pas leur côté enquêteurs amateurs qui me dérangent, cela donne des situations intéressantes ; c'est plutôt leur manque d'alchimie, de coopération. Je ne suis pas fan du côté nonchalant et affable de Bobby, ni de l'esprit inconscient et autoritaire de Franckie. De ce fait, Franckie menait sa barque, donnait les ordres, agissait et ce pauvre Bobby exécutait ou restait dans son coin. J'aurais aimé un réel duo. J'ai davantage apprécié les Bassington-ffrench, dont chaque membre me fascinait, pareil pour leur entourage, ce docteur inquiétant et son épouse par exemple. En tout cas, il a de bons points et d'autres plus déroutants, toutefois, cela reste un chouette Agatha Christie.


HS : Ces trois romans ont été lus lors du Spring Flower Challenge, deuxième édition, de Galleane, en 2019.

Petits mots:

  1. J'ai l'impression que tout le monde lit du Agatha Christie sauf moi. A tenter un jour :)

    RépondreSupprimer
  2. Le chat et les pigeons a été mon premier Agatha Christie et je l'avais beaucoup aimé :)
    Sinon, je n'ai pas lu les deux autres romans mais cela ne devrait pas tarder

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais super étonnée par Le chat et les pigeons, je l'ai trouvé très cool, bonnes lectures avec les deux autres ;)

      Supprimer
  3. NEWSLETTER

    Coucou mes petits loulous ! Aujourd'hui, je vous retrouve avec un jour d'avance pour la NL tout simplement parce que je serai occupée une bonne partie du week-end entre les Imaginales, le taff et la fête des mères ! Du coup, place aux nouveautés du blog dès aujourd'hui dans cette newsletter, si c'est pas beau ça ♥ C'est parti !

    - Un roman SF qui avait un immense potentiel mais qui est malheureusement passé à côté... : https://lunartic.skyrock.com/3323079494-FICHE-LECTURE-La-Planete-des-7-Dormants.html

    - Le troisième tome d'une saga jeunesse fantastique qui m'enchante toujours autant : https://lunartic.skyrock.com/3323133390-FICHE-LECTURE-Les-Chevaliers-des-Gringoles-Livre-3-Le-Secret-du-Ki.html

    - Légendes, royaume en péril et dragons - un mélange qui fonctionne du tonnerre : https://lunartic.skyrock.com/3323226204-FICHE-LECTURE-Iskari-T1-Asha-tueuse-de-dragons.html

    - Et la cerise sur le gâteau : je vous propose un concours pour gagner le tome 4 d'Orphéa Fabula dont je vous ai parlé en chronique il n'y a pas si longtemps. Le lien du formulaire est disponible en toute fin de mon article d'intro, c'est par ici que ça se passe => https://lunartic.skyrock.com/3279944872-Introducing-me.html

    Sur ce, je vous fais plein d'énormes bisous. Je vous aime très fort, prenez soin de vous et je vous dis à très vite sur le blog ♥

    Signé Nanette ;)

    RépondreSupprimer
  4. Je ne garde pas un grand souvenir de Le chat et les pigeons, qui est le seul que j'ai lu. J'avais bien aimé sur le moment, quand même. Le couteau sur la nuque est dans ma PAL, par contre.
    L'époque est à prendre en compte, c'est sûr, mais je tique également sur les "piques sur les Asiatiques, les Noirs...".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que pour le Couteau sur la nuque, je me demande si Agatha Christie n'a pas exagéré les traits pour les besoins de construction de personnages. Parce que c'est en rien important dans le scénario... A voir, si tu le lis, je suis curieuse de découvrir ton avis !

      Supprimer