Lectures graphiques #008 ~ Sailor Moon + Fullmetal Alchemist + Stand still, stay silent + Mon coloc' d'enfer



Pretty Guardian Sailor Moon, Eternal Edition de Naoko TAKEUCHI
Tome 2
Pika Edition – 2021 – 338 pages
Pour éviter tout spoil, le résumé est celui du tome 1

Usagi est une jeune fille de 14 ans comme tant d'autres : elle aime dormir, jouer aux jeux vidéo, elle pleure pour un oui ou pour un non et elle ne se passionne pas pour ses études. Mais un beau jour, elle croise le chemin de Luna, un chat doué de parole qui va la transformer en une jolie justicière : Sailor Moon ! La voilà investie de plusieurs missions : elle doit identifier ses alliées, retrouver le légendaire Cristal d'Argent et protéger une certaine princesse… tout en luttant contre de mystérieux ennemis qui sont eux aussi à la recherche du fabuleux cristal aux pouvoirs fantastiques !

Un second tome qui confirme que je dois ABSOLUMENT m’acheter ces deux tomes. C’est un très bel objet mettant à l’honneur Sailor Mercury, avec ces douces nuances de bleu, avec des bulles, un effet pailleté pour jouer sur le Magical Girl. Les pages sont très belles, lisibles, avec des planches couleurs magnifiques, le dos est super chouette et le fait que l’ouvrage soit en hardback le rend solide et sympathique à manier.

Au-delà de l’aspect physique, le contenu est passionnant à suivre, il apporte les conclusions du premier arc narratif autour de la reine Béryl, il donne toutes les révélations nécessaires pour comprendre nos personnages principaux, les liens entre passé et présent. Ce second tome offre son lot d’actions, de péripéties et de combats sans oublier les émotions, l’attachement que j’ai ressenti pour les personnages. Enfin, l’intrigue se conclut par l’introduction d’éléments mystérieux sans oublier l’apparition d’un tout nouveau personnage bien décidé à relancer la série pour de nouvelles aventures.

Personnellement, je suis conquise par le charme et l’ambiance de cette saga, par le coup de crayon des années 80/90, par le mélange entre une intrigue loin d’être toute belle (les thèmes abordés ou certaines scènes ne sont pas simples) et le côté magical girl un brin naïf (qui fait du bien). C’est une série purement faite pour la nostalgie, pour se savourer comme une belle pause dans un autre monde, à titre personnel, ça me ramène en enfance quand je regardais l’animé avec le Club Dorothée. Je suis super contente de redécouvrir Sailor Moon, les personnages sont attachants et sympathiques, les dessins sont super chouette, j’adore ce mélange entre romantisme et aventure, entre le doux et l’amer que propose la mangaka. J’ai hâte de lire le prochain tome.



Fullmetal Alchemist, perfect edition d’Hiromu ARAKAWA
Tome 5
Kurokawa – 2020 – 270 pages
Pour éviter tout spoil, le résumé est celui du tome 1 et la planche est issue d'un tome ultérieur

En voulant ressusciter leur mère, Edward et Alphonse Elric utilisent une technique alchimique interdite : la transmutation humaine. Seulement, l’expérience tourne mal : Edward perd un bras et une jambe et Alphonse, son corps, son esprit se retrouvant prisonnier d’une armure. Devenu un alchimiste d’État, Edward, surnommé le Fullmetal Alchemist, se lance, avec l’aide de son frère, à la recherche de la pierre philosophale, seule chance de retrouver leurs corps. Les deux frères commencent à enquêter sur un homme étrange, « le fondateur », qui passe pour un faiseur de miracles…

Un cinquième tome très intéressant et palpitant, marquant et qui donne encore plus envie de se précipiter sur la suite. Comme toujours ces Perfect Edition sont réalisées avec soin, de belles pages pour profiter des illustrations, un texte aéré et lisible, une jaquette de toute beauté avec des effets métallisés, Kurokawa a fait un super travail sur ces ouvrages, si vous souhaitez découvrir la saga, n’hésitez plus, cette édition est formidable.

Côté intrigue, j’adore les différentes péripéties narrées. On voit toute l’affection qui lie les deux frères, celle qui les relie à leur maître Izumi Curtis – une femme absolument géniale et inoubliable. On sent que les événements vont se rapproche petit à petit des antagonistes majeurs de la série, j’ai adoré le fait de voir les deux frères en difficultés, cherchant des réponses. Surtout que le tome nous offre l’occasion d’en voir un peu plus sur le président King Bradley. Ce tome donne de nouveaux mystères, de nouvelles pistes intéressantes en matière d’hypothèses, j’ai passé un super moment avec !

Sur le plan des illustrations, c’est toujours un réel ravissement pour les yeux, les dessins sont soignés, les personnages et leurs expressions aussi, idem pour les décors ou les objets. Les quelques planches couleurs sont superbes, les actions et les combats sont savoureux à suivre, franchement visuellement comme sur le fond, cette saga est incroyable.





Stand still, Stay silent de Minna SUNDBERG
Tome 3
Akileos – 2020 – 304 pages
Pour éviter tout spoil, le résumé est celui du tome 1 et la planche est issue d'un tome ultérieur

90 ans ont passé depuis la grande maladie, et la plus grande partie du vieux monde a été oubliée et laissée à la merci des trolls, des bêtes et des géants. Une petite équipe d'explorateurs nordiques se lance dans la première mission de recherche officielle.

Un troisième opus renversant ! Notre groupe d’explorateurs s’enfonce davantage dans des terres abandonnées et obscures, à leurs risques et périls. Je suis toujours aussi fan de l’ambiance posée par Minna Sundberg, c’est à la fois calme et angoissant. Par ailleurs, ce nouvel opus propose bien plus d’actions et surtout, nos explorateurs ne sont à l’abri de rien, l’atmosphère devient oppressante, tendue.

L’aventure prend une tournure surprenante, dramatique même. J’ai ressenti l’abattement, la peur et l’isolement, ce troisième tome offre une dimension plus tragique et émouvante, avec des choix scénaristiques percutants. Les explorateurs morflent du début à la fin, les conséquences sont douloureuses, les derniers chapitres sont touchants et c’est en parcourant les dernières pages que je me suis rendu compte à quel point j’adore ces personnages. Ils sont amusants, parfois grincheux et pas causants, mais ils sont loyaux et déterminés à réussir leur quête.

Je me rends également compte que leur périple n’est pas de tout repos et que les créatures qui les assaillent sont nombreuses, sournoises et passionnantes. Parce que mine de rien, on avance petit à petit sur la voie de la compréhension, des révélations, j’ai adoré ce nouveau tome. Je continue d’apprendre, de voir l’univers s’étoffer, de découvrir d’autres pans de la culture scandinave et nordique.

Pour cela, je reste très fan des pages culturelles qui s’intègrent à merveille dans l’intrigue. La maquette de la bande dessinée est soignée, cela donne de belles pages lisibles et agréables à regarder. Et, ces illustrations sont de toute beauté, les choix des couleurs, le rendu des décors, le design des créatures ou des personnages, c’est ultra immersif et passionnant à lire. Par ailleurs, les bulles se marient à merveille aux illustrations, les dialogues ne mangent pas les dessins et font avancer le récit. Enfin, l’absence de dialogues n’est pas non plus un frein au rythme ou à la compréhension de l’histoire, au contraire ! Je suis impatiente de pouvoir lire le tome 4 désormais et si la curiosité vous anime, sachez que Mina Sundberg est sur Twitch et qu’elle réalise des live artistiques.




Mon coloc’ d’enfer de Keiko IWASHITA
Tomes 1 et 2
Pika édition – 2019 – 173, 158 pages

Miko est lycéenne. Ses parents devant s’occuper de sa grand-mère malade, elle se retrouve à faire de la colocation dans une grande maison appartenant à son oncle. Non seulement elle n’est pas habituée aux tâches ménagères, mais en plus ses colocataires sont tous des adultes un peu bizarres. Le plus âgé d’entre eux, Matsunaga, fait un peu peur à Miko mais s’avère en réalité être quelqu’un de très prévenant.

Vous savez, la romance / le contemporain et moi, ça fait deux. Toutefois, je trouve toujours mon compte parmi les mangas, peut-être la forme graphique qui me permet d’avoir une pause douceur et mignonne. Ce qui est le cas avec mon coloc’ d’enfer. Ce titre a quelque chose d’intriguant, de charmant, j’ai adoré l’ambiance qui s’y dégage et je suis restée conquise tout du long, enchaînant ainsi les deux premiers opus.

Miko est une lycéenne sympathique, un brin gaffeuse et pas toujours à l’aise avec les autres, elle fait de son mieux sans être parfaite pour autant, on la voit bougonner, se mettre en colère. Elle sait être attachante et adorable d’emblée de jeu et avec elle, j’ai adoré découvrir les colocataires d’une maison louée par son oncle. J’ai bien aimé Miko parce qu’elle se cherche, cherche sa place en tant que colocataire, elle apprend la vie en commun, à s’organiser, à se gérer seule. C’était hyper intéressant comme cheminement et façon de faire évoluer un personnage.

Les colocataires de Miko sont une joyeuse bande de cinq personnages aussi différents que formidables, aussi curieux qu’atypiques. Je n’en dirais pas plus pour vous laisser la découverte, mais aussi parce qu’en deux tomes, cela reste léger pour appréhender les petits secrets des uns et des autres. Toutefois, la mangaka a très envie de nous les dévoiler au fil des pages, j’ai appris de chouettes petites choses sur eux, sur leur personnalité, ça fait plaisir. J’adore Matsunaga, complètement hors du commun, aussi soucieux qu’il est soupe au lait, mais il n’est jamais méchant, ça me rappelle Kyo de Fruits Basket, c’est qu’il est un poil maladroit.

En tout cas, l’intrigue est une belle histoire que j’aime à nommer « tranche de vie », on y suit le quotidien des colocataires, de notre lycéenne, à travers des thèmes variés comme l’amour, le travail, la relation aux autres, la maturité, le passage à l’âge adulte, le lycée avec son lot d’examens, la famille. Tout n’est pas encore bien installé, j’ai encore de nombreuses interrogations sur les personnages, les sujets sont présents et pas encore exploités à fond. Cependant, c’est normal, nous avons deux tomes très bien construits, à la fois explicatifs sans être vides de contenus, les premiers nœuds du fil rouge se tisse autour de Miko et de Matsunaga. J’aime beaucoup cette ambiance douce, lumineuse et calme, ce rythme contemplatif avec beaucoup d’humour, humour travaillé et efficace, loin d’être lourd. Le texte est chouette, les illustrations sont merveilleuses, soignées, les expressions sont bien faites, pareil pour le character design – chaque protagoniste est identifiable, c’est élégant et mignon. Bref, j’ai passé un très chouette moment avec ces deux premiers tomes, je suis curieuse d’en lire plus !



Merci à toutes celles et à tous ceux qui m'aide : like, commentaires, dons, clipeee, partage ou retweet ici, sur les réseaux sociaux, sur YouTube, sur Etsy ou sur Tipeee. Vous êtes trop cool !

4 Commentaires

  1. FMA est clairement mon manga préféré ♥ Tout y est absolument parfait ! J'ai déjà eu un coup de cœur pour les deux premiers tomes de Stand still, stay silent et j'attends avec impatience de lire ce tome 3.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te souhaite une bonne lecture avec le tome 3 de Stand still, stay silent ! FMA est vraiment très chouette, j'ai terminé le sixième tome récemment et il est très cool =)

      Supprimer
  2. Je n'ai lu aucun de ces mangas même si j'ai beaucoup entendu parler de Sailor Moon et de Full metal alchimist. Je dois dire que je suis plus tentée par le premier que par le deuxième.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sailor Moon, c'est une vraie bouffée de nostalgie, pour le coup, tu sens les années 80/90 ^^ Perso, j'adore, mais ça peut dérouter plus d'un =) Merci pour ce retour !

      Supprimer